Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

  • : OGM : environnement, santé et politique
  • : Actualité et faits scientifiques sur les OGM
  • Contact

Introduction

Le propriétaire de ce site ne dit pas si les OGM c’est bien ou mal, s’il faut en manger ou pas. Il n'est payé ni par Monsanto, ni par Carrefour, ni par Greenpeace... (lire la suite).    ENGLISH VERSION uk-flag                                                    

ret-accueil-s

Rechercher

L'auteur

Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’Université Grenoble-Alpes, ses seules sources de revenus. Ses analyses n'engagent pas ses employeurs.

Dernier ouvrage:

L'affaire Séralini: l'impasse d'une science militante

Autre ouvragecouv grand public :

OGM, la question politique

 

 

Ouvrage précédent: Les OGM, l'environnement et la santé  

 

Ma page Facebook

Personnalisez votre blog

Aide à la création et à la personnalisation
de votre blog ou site internet :

logo_presencenumerique.gif

3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 17:26

Tout le monde s’accorde sur le constat, les questions dites « sociétales » sont « clivantes ». Pour quelles raisons ? S’agit-il de luttes entre « réactionnaires » et « progressistes » ? Entre traditionalisme et modernisme ? En réalité la question doit être posée autrement, comme un choix de civilisation.

 

La société occidentale contemporaine, pour son malheur, est depuis quelques décennies la proie d’une tentative de « décivilisation ». Il convient de la penser comme postmoderne, c’est-à-dire à la fois anti-moderne et anti-tradition. Le postmodernisme s’est constitué un corpus théorique (citons l’ouvrage « la condition postmoderne » de Jean-François Lyotard en 1979) et est devenue progressivement idéologie dominante.

 

Celle-ci se définit comme un ensemble de « déconstructions »: l’Homme des Lumières (dissous dans un être individualiste et consommateur, à l’identité variable qui construira entre autres son « genre »), la Nation (à laquelle se substituent d’autres « communautés imaginées », comme les réseaux « sociaux » ou les rassemblements victimaires), la démocratie représentative (remplacée par une démocratie « participative », aux contours flous et où règnent des minorités actives) et enfin, déconstruction de la réalité elle-même par un constructivisme s’enivrant de « représentations du monde » en forme de discours.

 

Cette postmodernité rejette les  valeurs universelles de la philosophie des Lumières – car portées par l’Occident – et propage une doctrine cosmopolite qui voit l’identité nationale comme un particularisme offensant pour l’Autre. La vision postmoderne confond l’ouverture aux autres cultures (une valeur des Lumières) et l’exaltation de la « diversité », aboutissant à la haine de soi. Ainsi, la lutte légitime pour les droits civiques de minorités ethniques est devenue antiracisme idéologique, le soutien à la décolonisation s’est transformé en tiers-mondisme aveugle, la condamnation de la persécution des homosexuels s’est muée en glorification des postures identitaires liées à des pratiques sexuelles (qui devraient rester) privées.

 

Une certaine Bien-Pensance croit devoir porter sur ses épaules toute la culpabilité de l’Occident. Ce « Sanglot de l’Homme Blanc » - cette « Identité Malheureuse »  - est devenu la pensée hégémonique du camp du Bien. Le temps qui passe n’y fait rien : il s’agit de montrer, encore et toujours, sa solidarité avec les victimes classées en catégories, comme les « Afro-américains », les femmes, etc.). La rédemption de l’être postmoderne passe par la reconnaissance et l’accueil sans conditions de l’Autre, non dans son individuation (selon des valeurs chrétiennes, comme l’amour du Prochain), mais comme un ensemble de communautés idéalisées et condamnées à se vivre au travers des fautes commises à leur encontre.

 

Le postmodernisme est hermétique à la critique, car il déconstruit la notion de Vérité (y compris en science). Il ne veut ni la connaitre, ni même la nommer (ce serait « stigmatiser » une communauté !). Il a transmuté la passion égalitariste en relativisme généralisé : tout se vaut !  Il accepte de ce fait la domination de l’Opinion, même ignorante, sous des formes péremptoires : soit sous pseudonyme sur les réseaux « sociaux », soit au contraire de manière égocentrée chez les amuseurs publics des plateaux de télévision.

 

A l’Ecole, l’idéologie postmoderne a supprimé la référence mythique à « nos ancêtres les Gaulois », symbole d’un récit national, et donc honni. Le  prétexte étant que cette référence ne correspondait pas à la filiation génétique des Français - « issus de la diversité » - et qu’elle risquerait de heurter cette « diversité » alors qu’il convient de la fêter comme telle. Elle a fait disparaître le beau titre d’Instituteur (et ses significations profondes) et elle prône désormais la « co-construction » de l’enseignement entre le Maître (devenu « communauté éducative ») et l’Elève (devenu « apprenant » !). Il serait bon de méditer ces délires « sémantiques » car ils accompagnent d’autres délires, cette fois « pédagogiques ».

 

La même menace touche la science, qui ne serait qu’une « construction sociale », une simple opinion d’une « communauté scientifique » partageant des présupposés, qui ne vaut pas plus que toute autre opinion. Relativisme oblige, les militants de l’écologisme et les charlatans doivent être écoutés comme (voire plus que) les scientifiques reconnus. Revêtant habilement les habits de la démocratie, une perversion démocratiste exige que la science devienne « citoyenne » ! L’imposture intellectuelle « sociologisante » devient hégémonique dans nos institutions scientifiques.

 

La pensée postmoderne incarne son pessimisme dans la Précaution érigée en Principe, et son nihilisme dans le rejet de toute foi dans l’Homme et le Progrès, dans l’abandon de la quête ouverte et généreuse du Vrai, du Bien, du Beau.

L’idéologie postmoderne n’est pas un « Suicide Français », c’est un suicide de civilisation.

 

Cet article a été publié le 30 avril 2015 par Le Figaro sous le titre "Le syndrome de la postmodernité, une maladie de l’Occident"

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 08:40

Ce blog existe car aujourd’hui, en 2020, il est toujours nécessaire de défendre la science contre ses ennemis. Ce terme est utilisé sciemment : il ne s’agit plus, autour de la science et des technologies, d’un débat civilisé où chacun présente courtoisement ses arguments. Il s’agit pour certains d’imposer une vision unique, la leur, et d’utiliser tous les moyens pour faire taire les autres, y compris par l’intimidation.

Qui sont-ils ? Ceux qui promeuvent des fake news :

-quelles qu’elles soient, sur des questions pour lesquelles des réponses scientifiques existent (non pas que la science sait tout, mais elle sait quand même un certain nombre de choses).

-d’où qu’elles viennent, y compris de journalistes-militants… notamment au service de l’écologie politique la plus radicalisée.

 

J’ai ainsi théorisé le concept de "science" parallèle.

Si elle a été mise en œuvre, c’est vrai, au départ par les industriels du tabac, elle est aujourd’hui produite à un niveau industriel par les franchisés de l’écologie politique radicalisée.

La question des OGM a permis d’identifier ce phénomène.

Ce blog héberge ainsi 270 lettres d’informations scientifiques (gratuites)  sur les OGM (depuis 2004). Qui n’ont bénéficié d’aucune subvention.

 

Le problème est en réalité plus grave. Si la "science" parallèle est personnifiée par quelques alterscientiques, très médiatisés, dont les fausses allégations ont été démontrées comme telles, elle touche aujourd’hui plus largement certains domaines scientifiques et j’ai ainsi employé le terme d’une science malade du militantisme et de l’idéologie (chacun a bien sûr, en tant que citoyen, le droit de militer, mais ici il s’agit d’une contradiction éthique fondamentale avec la déontologie scientifique).

Le problème de la sociologie non-scientifique

Le militantisme qui s’en prend à la science (souvent par une haine viscérale et obsessionnelle de l’entreprise privée) a de plus bénéficié du corpus théorique fourni par une chapelle de "sociologues", celle du postmodernisme, qui a entrepris de déconstruire la notion même de Vérité, ou la Raison, en contribuant à créer une confusion intellectuelle suicidaire au sein des sociétés occidentales (il ne s'agit pas de prétendre que la science détient LA Vérité, mais l'excès inverse, "tout se vaut", n'est pas une voie d'avenir).

Défendre la science et la raison, ce n'est donc pas défendre sa propre boutique, ni "les industriels" (si ceux-ci mentaient autant que les militants de l'écologie radicale, ce blog les critiquerait aussi), c'est défendre un certaine conception de la démocratie.

 

Qui n'est pas celle où des propagandistes de ladite écologie, du haut de leur donjon intouchable d'un journal de "référence", adeptes du "journalisme" d'insinuation, déversent à jet continu un militantisme à sens unique et malveillant.

Défendre la science et la raison, c'est aussi s'opposer à l'extension du domaine de la culpabilisation.

C'est plus précisément sur ce dernier domaine que je continuerai à m'exprimer, ne me laissant bien sûr pas intimider, bien au contraire...

Lire aussi: La République a toujours besoin de savants

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 17:53

L’idéologie postmoderne (certains dirons post-soixante-huitarde), dominante chez les « élites » occidentales mondialisés (celle des « anywhere », par opposition aux « somewhere », comme analysé par David Goodhart dans son livre The road to somewhere), se définit comme un ensemble de « déconstructions »:

les Lumières, la science (qui ne serait qu’une opinion parmi d’autres), la réalité (remplacée par un relativisme généralisé), etc. Cette idéologie postmoderne a pris le pouvoir dans les institutions scientifiques, soumis au « politiquement correct » sous l’influence d’une « sociologisation » à outrance, via des chapelles devenues hégémoniques, comme la « sociologie des sciences » ou celle des « gender studies ».

Bien au-delà des sciences, cette idéologie tente de déconstruire la démocratie représentative (remplacée par une pseudo-démocratie « participative ») et bien sûr la nation (à laquelle les « somewhere », cette « France du bas », aurait le tort d’être attaché).

Cette postmodernité propage une doctrine cosmopolite qui voit l’identité nationale comme un particularisme offensant pour l’Autre. Sur le thème de la Nation (donc aussi de la République), cette « sociologie » a ceci de particulier qu’elle refuse obstinément de voir ce qu’il y a à voir…, de peur de « stigmatiser », tout à son obsession de « lutter contre les discriminations ».

Elle tente de théoriser la non-assimilation des nouveaux arrivants dans un pays et prône « une construction identitaire spécifique, fondée sur la valorisation des différences culturelles, linguistiques et religieuses. » Autrement dit, le multiculturalisme qui confond l’ouverture aux autres cultures (une valeur des Lumières) avec l’exaltation de la « diversité ».

Le penser-faux de la « sociologie » postmoderne

Prenons l’exemple du Canada : un opus récent d’une sociologue vante son caractère « Unis par la diversité ». Symptomatique de l’incapacité à voir ce qu’il y a à voir, un média bien-pensant canadien choisit pour une interview de l’auteur de l’illustrer par une photo qui résume (involontairement) les conséquences de la non-assimilation (les barbus devant, les femmes voilées au fond !). Dans son zèle diversitariste, au nom d’« accommodements raisonnables »,  l’idéologie postmoderne n’hésite pas à abandonner, pour certaines « communautés », une valeur civilisationnelle comme l’égalité homme-femme !

Ne pas abandonner sa propre civilisation

Comme il faut reconquérir les « territoires perdus » de la République  française - qui s’est paralysée à cause de l’idéologie postmoderne - il faut aussi reconquérir la place de la science dans la société. Alors qu'il y a encore peu, les institutions scientifiques défendaient l'idée que la société a tout intérêt à écouter les scientifiques, aujourd'hui les scientifiques devraient « s'aligner » sur des « valeurs » en vogue dans la société.

Déclinée par la sociologie des sciences, l’idéologie postmoderne affirme que la science n’est qu’une «construction sociale », celle d’une « communauté » partageant les mêmes présupposés. Relativisme oblige, tout autre discours « communautaire » possède la même valeur que celui des scientifiques reconnus.

Les conséquences d’une science en proie au conformisme postmoderne sont également un enjeu de civilisation.

Partager cet article

Repost0
6 février 2018 2 06 /02 /février /2018 15:12
N’attaquez pas les agences scientifiques dans un but politique

L'érosion de la confiance dans les agences de régulation n'améliorera pas la responsabilité démocratique, prévient Bernhard Url, Directeur exécutif de l'Autorité européenne de sécurité des aliments.

 

Tribune publiée par la revue Nature, le 24 janvier 2018, sous le titre "Don’t attack science agencies for political gain"

https://www.nature.com/articles/d41586-018-01071-9

Le travail de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) consiste à évaluer ce qui pourrait rendre les aliments dangereux. C'est une tache suffisamment dure. C'est encore plus difficile lorsque l'agence est au centre d'un débat public qui va bien au-delà de la science.

C'est le cas des édulcorants artificiels, des organismes génétiquement modifiés (OGM) et du glyphosate, l'herbicide le plus utilisé au monde. Lorsque des questions sur les valeurs d'une société sont transmises à des agences scientifiques plutôt qu'à des élus, l'évaluation scientifique en souffre.

 

La controverse sur le glyphosate a commencé il y a deux ans et demi, lorsque l'EFSA et des experts désignés par les membres de l'Union européenne ont conclu que le produit était peu susceptible d'être cancérigène. Fin 2017, la Commission européenne a renouvelé une licence autorisant la vente de l'herbicide. La conclusion de l'EFSA contredisait celle du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui avait classé le produit chimique comme étant «probablement cancérigène» quelques mois plus tôt, en apportant sa propre part de controverse.

 

Le fait que les agences aient abouti à des conclusions différentes n'est pas surprenant: chacune d'entre elles a pris en compte différents corps de preuves scientifiques et de méthodologies. D'autres évaluations indépendantes - menées par l'Agence européenne des produits chimiques et les organismes de réglementation des États-Unis, du Canada, du Japon et de l'Australie - étaient en accord avec l'EFSA. Un organe d'experts sur les résidus de pesticides a également été créé par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture et l'Organisation mondiale de la santé.

 

Même ainsi, la divergence entre la conclusion de l'EFSA et celle du CIRC a été débattue par les législateurs de Bruxelles à Berlin et au-delà. Des traces de résidus de glyphosate dans la bière allemande ou les pâtes italiennes ont été signalées, mais les quantités observées de résidus d'herbicides ne présentent des risques que si une personne consomme environ 1 000 litres de bière ou le poids de son corps dans des pâtes sèches par jour.

 

Pourquoi une telle frénésie? Les agences qui estiment que les produits réglementés présentent un faible risque sont souvent accusées d'être sous l’influence indue de l'industrie. Nous, à l'EFSA, pensons que certains militants ne sont pas disposés à accepter les preuves que certaines substances réglementées sont sûres, et vantent de faibles études scientifiques alléguant le contraire. Les mêmes groupes ont applaudi l'EFSA pour des examens sur d'autres pesticides, tels que les néonicotinoïdes, jugés dangereux.

 

Il nous semble que certains militants contestent les évaluations scientifiques de la sécurité alimentaire dans un but politique. Leurs arguments méritent d'être exposés - mais ils sont du ressort des décideurs politiques.

 

Au cours des deux dernières années, l'EFSA a fait l'objet de multiples allégations au cours de son évaluation du glyphosate. Le plus pernicieux de ceux-ci est que l'agence aurait violé la bonne pratique scientifique en plagiant l'information de l'industrie. Il est vrai que le document en question, le Rapport d'évaluation du renouvellement produit par les autorités allemandes, comprend une section résumant la littérature toxicologique publiée qui contient du texte compilé par un comité d'une vingtaine de sociétés, dont le fabricant original de glyphosate, Monsanto. Mais il s'agit d'une pratique courante, et les groupes d'examen par les pairs de l'EFSA ont examiné de manière critique cet apport.

La partie du rapport présenté comme étant copiée de l'industrie met également en évidence des préoccupations au sujet des produits qui contiennent du glyphosate. En fait, elle a été utilisée pour étayer une recommandation de l'EFSA en novembre 2015 visant à évaluer plus avant la sécurité des produits phytopharmaceutiques contenant du glyphosate. Cette partie a été mise à la disposition du public pour commentaire en 2014, mais les plaintes au sujet de textes copiés ne sont arrivées que fin 2017, après que d'autres plaintes ont été soulevées concernant l'influence possible de Monsanto sur la littérature scientifique publiée.

 

Ainsi, lorsque les militants allèguent que l'EFSA n'a pas respecté le processus scientifique lors de l'évaluation du glyphosate, nous pensons qu'ils s'opposent en fait à d’autres problèmatiques: le rôle des pratiques agricoles modernes et des multinationales biotechnologiques dans notre approvisionnement alimentaire.

 

Une discussion sociétale plus large sur ces questions est essentielle, mais elle ne sera pas réalisée en faisant appel à la science réglementaire. C'est le rôle des politiciens de représenter les valeurs, les besoins et les attentes de leurs électeurs à travers des processus démocratiques. Cela ne relève pas de la responsabilité d'organisations telles que l'EFSA, qui ont été créées pour conseiller les décideurs politiques de l'UE sur des questions scientifiques.

 

Trois changements aideraient les représentants élus et les organismes de réglementation à faire leur propre travail. Premièrement, les questions sur les valeurs sociétales devraient être élaborées en amont et en dehors du travail scientifique. L'UE doit se doter d'un cadre juridique et réglementaire pour la production alimentaire qui rende compte de l'opinion des citoyens sur l'agriculture intensive, l'utilisation des pesticides, les organismes génétiquement modifiés et autres biotechnologies, et l'importance de la biodiversité. Cela fournira un forum pour un débat ouvert et honnête.

Deuxièmement, des directives réglementaires et juridiques devraient être élaborées pour régir la manière dont les organismes de réglementation interagissent avec l'industrie et gérer la transparence des données qu'ils utilisent.

 

Enfin, les politiciens doivent décider s'ils veulent que l'évaluation des risques des produits réglementés, comme le glyphosate et les additifs alimentaires, continue d'être fondée sur des études de sûreté commandées et payées par l'industrie, comme cela a été le cas depuis des décennies. Si c'est le cas, les politiciens doivent avoir le courage de soutenir les organismes de réglementation chargés de mettre en œuvre ces règles. Sinon, ils doivent trouver du financement pour ces études ailleurs. Ce n'est qu'une fois que ces mesures auront été prises que les organismes de réglementation seront à l'abri d'allégations de partialité lorsque leurs conclusions scientifiques sont en contradiction avec l'agenda politique d'un groupe d'intérêt ou un autre.

 

(traduction M. Kuntz)

Partager cet article

Repost0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 10:46

Le 21 février 2017 a été discutée et adoptée à l'Assemblée Nationale une "Résolution sur les sciences et le progrès dans la République", à l'initiative de M. Bernard Accoyer (LR) et M. Jean-Yves Le Déaut (PS), une proposition également déposée par Mme Dominique Orliac pour le PRG.

 

Ce texte part du constat "que la France, héritière d’une longue tradition scientifique, rationaliste et de la philosophie des Lumières, a toujours incarné le progrès et la science au service de l’humanité". Il constate "que l’expertise scientifique n’est plus assez prise en compte dans les processus de la décision politique". Et conclut par une invitation au "Gouvernement à donner plus d’importance aux études et rapports de l’OPECST dans l’élaboration et le suivi des politiques qui impliquent la science ou ses applications".

 

Ce  texte a été voté par les trois groupes qui l'ont déposé. On notera tout d'abord, à un moment où les médias découvrent le concept de "post-vérité", que ce vote n'a pas retenu l'attention desdits médias... Il est vrai qu'ils réduisent ce concept au Brexit et à Trump, sans voir qu'il s'impose depuis des années aux faits scientifiques et techniques sous la pression de l'écologie politique et d'une certaine caste de sociologues prétentieux.

 

On lira également avec intérêt la discussion général commune qui a précédé le vote. M. André Chassaigne (PCF) y déclare qu' "il n’est pas possible d’occulter les douloureuses expériences du XXe siècle, qui nourrissent encore aujourd’hui la suspicion quant aux vertus du progrès scientifique et technologique – même si chacun peut, bien évidemment, en mesurer aussi les bienfaits". Il ne s'agit pas là d'une critique, qui serait justifiée, d'une pensée de l'émancipation issue des Lumières devenue folle (l'exemple le plus meurtrier ayant été le communisme...). Non, la suite nous éclaire : "les découvertes scientifiques peuvent être mises au service d’une soif de destruction, de projets insensés menaçant directement l’avenir de l’humanité", et M. Chassaigne de pointer "Hiroshima".

 

Au-delà de cette Résolution, nous pouvons donc penser qu'il ne suffira pas de donner plus d'importance à l'OPECST. Un problème est, et restera pour quelque temps encore, le déni de réalité d'une partie importante du spectre des mouvements politiques dits "républicains". Les programmes de nombre de candidats à la fonction de Président de la République en attestent...

 

La déconstruction postmoderne des Lumières en est un autre. Il est indispensable de déconstruire les déconstructeurs et leur lot de culpabilisation ("Hiroshima", mais aussi le colonialisme, l'esclavagisme, etc.), de repentance et autre bien-pensance. Malheureusement, et là nous revenons au déni de réalité, une Résolution parlementaire appelant à voir ce que l'on voit (Péguy), ce qui est pourtant indispensable si la France ne veut pas glisser vers le déclin et peut-être la guerre civile, ne pourrait aujourd'hui faire l'objet d'un consensus aussi large que celui obtenu par la présente Résolution sur les sciences et le progrès dans la République.

Amis "progressistes", encore un effort !

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 13:40

Certains ont déploré le peu de place consacrée à l’environnement dans les débats récents en vue de l’élection présidentielle. Les bases existent pourtant pour une réflexion dont les termes ne seraient pas imposés par ceux qui ont monopolisé « l’écologie » au profit d’une idéologie - qui envisage de nous rendre tous plus pauvres - ou de leur carrière… « Il faut agir », tel est le leitmotiv du dernier livre de Maud Fontenoy qui décline sa définition d’une politique de l’environnement réconciliée avec l’économie et la science.

 

 « Il va falloir croire en la science et investir !»

Maud Fontenoy propose une écologie « positive », plutôt qu’accumuler taxes, normes et interdictions.  Autrement dit : « Moins se focaliser sur ce qu’il ne faut pas faire et plus sur ce qu’il faut faire ». « Produire plus et mieux » c’est développer une économie où le déchet de l’un est la matière première de l’autre. Bien sûr « la science ne réglera pas tous les problèmes du monde, mais une politique niant ou déformant la connaissance scientifique conduit immanquablement à des désastres ». « Contrôler, oui, c’est indispensable, mais interdire sans raison est effarant ». Le décor est donc planté !

 

Plaire à tout le monde n’est pas au programme

Si l’auteur égratigne au passage les politiciens qui n’ont jamais exercé d’autres métiers, elle rappelle aussi que la majorité d’entre eux valent mieux que la caricature qui en est souvent faite. Si elle est entrée en politique elle-même, ce n’est manifestement pas pour faire plaisir à tous : elle constate l’inefficacité de l’administration et a compris « que l’on ne faisait pas changer d’avis un journaliste » (qui a déjà des idées très arrêtées avant une interview)…

 

L’écologie « positive » passe aussi par l’éducation et Maud Fontenoy convoque Condorcet pour évoquer les progrès de l’esprit humain (et nous en avons effectivement besoin !), tout en déplorant un système éducatif aujourd’hui sous-performant et inégalitaire. « L’école aussi doit pouvoir innover » !

 

« Cent propositions pour une écologie ajustée à l’Homme »

Le livre se veut néanmoins « un message  d’apaisement, d’ouverture d’esprit et d’action » et avance cent propositions. La première revendique de « sortir du principe de précaution pour entrer dans un monde reposant sur le principe de responsabilité ». Le dernier concept mériterait d’être explicité (d’autant plus que ce « principe » a déjà été théorisé par Hans Jonas, le père de « l’heuristique de la peur » et donc des marchands du même nom !). Comment va-t-il s’articuler avec un « principe d’innovation » décrit récemment par l’European Political Strategy Centre de la Commission européenne ? On le voit, le débat doit se poursuivre, mais ce livre a le mérite de poser des jalons pour « associer développement, croissance et maîtrise de notre impact sur l’environnement ».

 

« Des tempêtes, j’en ai vu d’autres », tel est le titre de l’ouvrage et la philosophie de son auteur. Il lui faudra effectivement du courage pour affronter les vents contraires qui ne manqueront pas de se lever devant la réalisation de son programme. Mais, nous le savons, du courage Maud Fontenoy n’en manque pas. Les récits d’aventure maritimes (qui alternent dans son livre avec sa vision de l’écologie) sont là pour nous le rappeler. Hissez haut !

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 21:27

Une civilisation qui ne croit à rien en fin de compte se soumettra à tout.

 

Au dernier décompte, les membres de l'Union européenne ont dépensé plus de 200 milliards de $ par an pour la défense, ont utilisé plus de 2.000 avions de combat et 500 navires de guerre, et emploie environ 1,4 million de militaires. Plus d'un million de policiers arpentent aussi à pied les rues d'Europe. Pourtant, en face d'une menace islamiste le continent semble impuissant. Est-ce le cas ?

La France était-elle impuissante en mai 1940 ?

Spécifions qu’un camion fonçant le long d’une promenade de bord de mer n’est pas une division Panzer, et que quelques milliers de combattants de l’Etat islamique dispersés de Mossoul à Marseille ne sont pas une autre Wehrmacht. Mais comme en France en 1940, l'Europe d'aujourd'hui affiche la même combinaison de rigidité doctrinale et perte de volonté qui a conduit une armée alliée de 144 divisions à être surpassée par les Allemands en six semaines. La ligne Maginot des «valeurs européennes» ne prévaudra pas sur des gens qui ne reconnaissent aucune de ces valeurs.

 

Le Premier ministre français Manuel Valls a clairement reconnu, après l’attaque de Nice, que "la France va devoir vivre avec le terrorisme." Cela peut avoir été conçu comme un état de fait, mais il sonne comme l’aveu que son gouvernement n’est pas prêt de rallier le public à une campagne de sang, de labeur, des larmes et de sueur contre l’Etat islamique - une autre capitulation prématurée dans un pays qui en a connu auparavant.

 

M. Valls a ensuite été hué à un service commémoratif pour les victimes de Nice. Il serait réconfortant de penser que c'était parce que lui et son patron, le président François Hollande, ont échoué à forger une stratégie pour détruire l’Etat islamique. Mais l'objection du public était qu'il n'y avait pas assez de policiers le long de la Promenade des Anglais pour arrêter l'attaque. En termes footballistique, la plainte concerne le reproche concerne l'échec de la défense, et non pas l'absence d’une bonne attaque.

 

Ensuite, il y a l'Allemagne, le site de trois attaques terroristes en une semaine. Cela semble presque d’une autre époque lorsque les Allemands ont souhaité la bienvenue à un million de migrants du Moyen-Orient dans une sorte d’extase d’autocongratulation morale, menée par le chant d'Angela Merkel du "Nous pouvons le faire!" Le slogan de l'été dernier sonne maintenant aussi daté et creux que le « Yes we can ! » de Barack Obama.


Maintenant, l'Allemagne devra faire face à une menace terroriste à coté de laquelle la bande à Baader des années 1970 semble insignifiante. L'Etat allemand est plus fort et plus intelligent que sa version française, mais il succombe aussi plus à l'intimidation morale. L'idée de l'auto-préservation nationale à tout prix sera toujours discutable dans un pays qui cherche à expier un péché inexpiable.

 

D’où la question de savoir si l'Europe est impuissante. À sa crête des années 1980, sous François Mitterrand et Helmut Kohl, le projet européen a combiné la force économique allemande et la confiance des Français dans une politique de puissance. Aujourd'hui, il mêle la faiblesse politique française avec le solipsisme moral allemand. Cela est la recette d’un déclin civilisationnel rapide, et peu importe combien de ressources économiques ou militaires l'UE peut avoir à sa disposition.

Ce déclin peut-il être arrêté? Oui, mais cela nécessiterait un grande désapprentissage des mythologies politiques sur lesquelles l'Europe moderne a été construite.

 

Parmi ces mythologies: que l'Union européenne est le résultat d'un engagement moral d'après-guerre pour la paix; que le christianisme à une importance purement historique pour l'identité européenne; qu'il n’existe pas de solution militaire; que son pays ne mérite pas que l’on se batte pour lui; que l'honneur est atavique alors que la tolérance est la valeur suprême. Les gens qui ne croient en rien, y compris en eux-mêmes, en fin de compte se soumettent à tout.

L'alternative est une reconnaissance du fait que la longue paix en Europe dépendait de la présence de la puissance militaire américaine, et que le retrait de ce pouvoir implique que les Européens devront se défendre eux-mêmes. L'Europe devra également comprendre comment appliquer sa puissance non pas symboliquement, comme il le fait maintenant, mais stratégiquement, dans la poursuite d’objectifs difficiles. Cela pourrait commencer par la destruction de l’Etat islamique en Libye.

 

Plus important encore, les Européens devront apprendre que l'impuissance peut être aussi corruptrice que la puissance, et beaucoup plus dangereuse. La tempête de la terreur qui descend sur l'Europe ne prendra pas fin dans grâce à de nouvelles politiques d'inclusion, de sensibilisation communautaire, d’aide étrangère ou des initiatives diplomatiques de Mme Merkel. Elle prendra fin dans des rivières de sang. Le leur ou le nôtre ?

Dans tout cela, le meilleur guide pour savoir comment l'Europe peut trouver son chemin vers la sécurité est le pays qu’elle a sermonné et vilipendé pendant les 50 dernières années : Israël. Pour l'instant, il est le seul pays en Occident qui refuse de risquer la sécurité de ses citoyens sur la vision des autres des droits de l'homme ou sur l'autel de la paix.

Les Européens chercheront sans doute du côté d’Israël des conseils tactiques dans la lutte le terrorisme - techniques de gestion des foules, etc. -  mais ce qu'ils ont vraiment besoin d'apprendre de l'Etat juif est la leçon morale. A savoir, que l'identité peut être une grande préservatrice de la liberté, et que les sociétés libres ne peut pas survivre à travers des accommodements progressifs avec des barbares.

 

Bret Stephens (traduction MK), The Wall Street Journal

 

Lire aussi mes articles

"Penser le réel après les attentats : en finir avec l’idéologie relativiste postmoderne",
publié après le 13 novembre 2015,

et celui publié en avril 2015 dans Le Figaro sous le titre "Le syndrome de la postmodernité, une maladie de l’Occident"

Partager cet article

Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 19:59

Original version by Mark Lynas, GMO safety debate is over

Traduction par Yoann Kerbrat

 

Le débat sur les OGM est terminé – à nouveau. La semaine dernière, la prestigieuse Académie Nationale des Sciences, de l’Ingénierie et de la Médecine (États-Unis) a publié le rapport le plus ambitieux jamais produit par la communauté scientifique sur les plantes et aliments génétiquement modifiés (GM). La conclusion est formelle : après l’examen de centaines de publications scientifiques sur le sujet, des heures de visionnage de témoignages d’activistes et la prise en compte de centaines de commentaires du grand public, les scientifiques ont écrit qu’ils n’ont « pas trouvé de preuve étayée que la nourriture produite à partir de plantes génétiquement modifiées était moins sûre que la nourriture produite à partir de plantes non génétiquement modifiées ».

 

La méthode de l’Académie Nationale a été à la fois étonnamment inclusive et explicitement consensuelle. Comme précisé dans la préface de leur rapport, les scientifiques ont « pris en compte tous les commentaires » – aussi absurdes soient-ils – comme des « défis constructifs » et les ont considérés attentivement. De ce fait, le comité d’experts a écouté avec patience l’adepte de la lévitation yogique devenu militant anti-OGM Jeffrey Smith en lui donnant généreusement un créneau de 20 minutes lui permettant d’affirmer comme à son habitude que la nourriture génétiquement modifiée était responsable d’environ tous les maux modernes imaginables. Greenpeace aussi a offert son témoignage. De même que Gilles-Eric Séralini, le professeur Français qui a subi l’ultime indignité scientifique de voir son papier, proclamant que les OGM induisaient des tumeurs chez les rats, rétracté en 2013.

 

Chacune de ces affirmations ont été examinées les unes après les autres. Est-ce que la nourriture GM provoque des cancers ? Non – les changements d’incidence de cancers au cours du temps sont « en général similaires » entre les États-Unis, où les aliments GM sont partout, et le Royaume-Uni, où ils sont pratiquement inconnus. Qu’en est-il des maladies du rein ? Les taux aux États-Unis sont stables depuis un quart de siècle. Obésité et diabète ? Il n’y a « pas de preuve publiée pour soutenir cette hypothèse » ou de lien entre ces maladies et la nourriture GM. Maladie cœliaque ? « Pas de différence majeure » entre les États-Unis et le Royaume-Uni, encore une fois. Allergies ? « Le comité n’a pas trouvé de relation entre la consommation de nourriture GM et l‘augmentation de la prévalence des allergies alimentaires ». Autisme ? De même, les comparaisons États-Unis et Royaume-Uni « ne valident pas l’hypothèse de l’existence d’un lien».

 

Dans un monde rationnel, toute personne effrayée par les OGM à propos des effets sur la santé devrait lire le rapport, pousser un immense soupir de soulagement puis commencer à chercher des explications fondées sur des preuves plus étayées (science-based) afin d’expliquer les tendances inquiétantes de problèmes de santé tels que le diabète, l’autisme et les allergies alimentaires. Mais les associations psychologiques développées depuis plusieurs années sont difficile à briser. Un sondage réalisé par Pew Center Poll en 2015 a montré que seulement 37% du public pense que la nourriture GM est sans danger, comparé à 88% des scientifiques, soit un écart plus important que toute autre controverse, y compris celles sur le changement climatique, la théorie de l’évolution et la vaccination des enfants en bas âges. Ces attitudes profondément ancrées ne sont pas prêtes de disparaître – particulièrement depuis qu’elles sont continuellement renforcées par un lobby anti-OGM qui se fait beaucoup entendre et qui est bien financé.

 

Il y a également une influence de la politique. La loi sur l’étiquetage obligatoire des produits OGM au Vermont, dont on prévoit qu’elle plonge les producteurs et détaillants alimentaires américains dans le chaos lors de son entrée en vigueur le 1er juillet prochain, repose sur l’hypothèse explicite que la nourriture GM pourrait être dangereuse. « Il y a un manque de consensus concernant la validité des recherches et de la science autour de la question de la sécurité de la nourriture génétiquement modifiée » énonce la loi dans son préambule. En effet, cette nourriture « présente potentiellement des risques pour la santé [et] la sécurité ». Est-ce que la législation du Vermont va changer sa loi maintenant qu’il est clair qu’elle se tient du mauvais côté d’un très solide consensus scientifique ? Bien sûr que non.

 

Le rapport de l’Académie Nationale devrait être une lecture particulièrement inconfortable pour le mouvement environnementaliste, dont beaucoup de leaders présentent désormais toutes les caractéristiques  d’un profond déni de la science sur le sujet. Une porte-parole des Amis de la Terre a discrédité le rapport en le qualifiant de « trompeur » avant même de l’avoir lu. Le site internet de ce groupe prétend que de « nombreuses études » démontrent que la nourriture GM peut poser des « risques sérieux » pour la santé humaine. Un autre groupe environnementaliste, Food & Water Watch, a publié un article de réfutation accusant de façon conspirationniste l’Académie Nationale d’avoir des liens secrets avec Monsanto, avant de réaffirmer « qu’il n’y a pas de consensus, et qu’il existe encore un débat très animé au sein de la communauté scientifique… à propos de la sécurité et des mérites de cette technologie ».

 

Mais en dépit de ces dénégations bruyantes, la vérité est qu’il n’y a pas plus de débat concernant la sécurité des cultures GM que sur la réalité du changement climatique, dont le consensus scientifique est défendu par ces mêmes groupes. Et l’ironie de l’histoire va même plus loin : nombre de stratégies employées pour diaboliser les OGM sont héritières des stratégies des climato-sceptiques. Il y a la même promotion de l’existence de faux « non-consensus scientifiques » par des groupes d’experts autoproclamés. Plus de 300 « scientifiques et juristes» ont signé une pétition affirmant qu’il n’y a « pas de consensus sur la sécurité des OGM » l’année dernière, nous rappelle Greenpeace. Cela peut paraître beaucoup, jusqu’à que vous le compariez avec les 30 000 « scientifiques américains » qui auraient signé une pétition affirmant qu’il n’y a pas « de preuve scientifique solide » liant le CO2 au changement climatique, que Greenpeace (à juste titre selon moi) ignore.

 

Il reste cependant de la place pour d’authentiques contestations. Le rapport de l’Académie Nationale est zélé quand il s’agit de pointer du doigt certaines des difficultés et conséquences des OGM. L’utilisation massive de culture GM est en effet selon le rapport responsable de l’évolution croissante de résistances, à la fois chez les mauvaises herbes et chez les insectes. De plus la domination de la technologie par l’industrie peut restreindre l’accès des semences GM aux petits agriculteurs dans les pays les plus pauvres. L’étiquetage obligatoire des OGM pourrait être un bon moyen de redonner confiance au publique dans un système de production alimentaire plus transparent.

 

Mais ces vrais points de débats ne remettent pas en cause la qualité des aliments. Ce problème est définitivement réglé. Soyons donc clair encore une fois : le débat est fini. Si vous vaccinez vos enfants et croyez que le changement climatique est vrai, vous devez arrêter d’avoir peur de la nourriture génétiquement modifiée.

Partager cet article

Repost0
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 16:54
Repenser la règlementation sur les OGM de zéro

European GMO regulation needs to be rethought from scratch

My article in The Parliament Magazine

 

 

VERSION FR

La réglementation européenne sur les OGM doit être repensée de zéro

Pour citer la Commission européenne, « Cette législation spécifique [sur les OGM] poursuit deux principaux objectifs :

-protéger la santé humaine et l'environnement,

-et assurer la libre circulation de produits génétiquement modifiés sûrs dans l'Union européenne ».

Beaucoup, y compris moi-même, ont montré que toutes les données scientifiques crédibles confirment que les OGM autorisés sont en effet sûrs pour la santé et l’environnement. Cependant, une défaillance majeure de la réglementation actuelle est qu'elle a quasiment tué la biotechnologie agricole en Europe.

 

La raison: même si l'amélioration des plantes peut créer diverses variétés, la réglementation a créé un objet juridique unique appelé «OGM», facile à diaboliser sans avoir à préciser quelle est l’utilisation de cet objet que l’on conteste. Tout se vaut, mais personne ne sait vraiment ce qu'est un OGM !

 

Quelle que soit la classification réglementaire des nouvelles technologies de sélection des plantes (NBT, new plant breeding techniques), si elle repose sur l'interprétation sémantique de la définition des OGM conformément à la directive actuelle, la même cause produira les mêmes effets. Si considérées comme un «OGM», les NBT sont tuées à bout portant. Si exemptées, elles seront vilipendées comme étant des «OGM cachés» et tuées à petit feu.

 

Les agrobiotechnologies ne sont pas un mode de production agricole. Elles sont un moyen d'accroître la biodiversité des caractères génétiques. Ce qui est important est ce qui est fait avec un produit, et non la façon dont le produit a été obtenu. La seule approche raisonnable serait un règlement basé sur le produit. À savoir, tous les nouveaux caractères, indépendamment de la façon dont ils ont été obtenus, s’ils appartiennent à la même classe technique, ils devraient être soumis au même examen technique. L'évaluation des risques doit être effectuée d'une manière rigoureusement scientifique, proportionnellement aux risques réels, en évitant les surcharges idéologiques comme cela est le cas actuellement.

 

La biotechnologie a un besoin urgent d'être reconsidérée dans la réalité et nécessite une exfiltration des luttes politiques. Les scientifiques (y compris ceux de l’EFSA) doivent être protégés contre l'intimidation, les intrusions dans les laboratoires, le vandalisme d'expériences et la violence contre des personnes, comme cela a trop été le cas.

 

Repenser la règlementation sur les OGM de zéro

Read also on Euractiv:

Decades-old GMO regulation unfit for 21st century, by K. Ammann & M. Kuntz:

Version française
 

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 18:45

Afficher l'image d'origine

La colère est mauvaise conseillère. L’émotion aussi. L’aveuglement idéologique ne l’est pas moins : face aux attentats du 13 novembre 2015, deux voies extrêmes sont à éviter.

Celle du repli national illustré par le discours de Marine Le Pen, à la connotation volontairement « présidentialisable », tout en conservant ses obsessions du bouc émissaire européen et de la fermeture tous azimuts.

A l’autre extrême, Anne Hidalgo, la maire de Paris, face aux événements chante l’hymne de la Gauche postmoderne : la « diversité » et le « vivre-ensemble ».

 

L’idéologie nationaliste veut expulser l’Autre pour protéger la Nation et son identité, tandis qu’une idéologie cosmopolite voit l’identité nationale comme un particularisme offensant pour l’Autre qu’il faut accueillir sans conditions. La première profite des errements de la seconde devenue la pensée dominante du camp du Bien depuis des décennies.

 

Aucun de ces discours n’aborde la question centrale posée par une longue liste d’attentats : pourquoi des enfants passés par l’ « Ecole de la République », laïque, se construisent-ils une identité à l’opposé des valeurs proclamées par cette école ? N’est-ce pas parce que cette école et la bien-pensance médiatique ont trahi ces valeurs pour une idéologie postmoderne déconstructrice de l’Etat-Nation au profit de « communautés imaginées » ?

 

Il faudra plus que le discours d’Hidalgo sur « ce Paris populaire, ouvert, heureux de partager les cultures du monde parce que c'est un Paris fort de sa diversité » pour imaginer une nouvelle politique. A défaut, le retour du nationalisme est inéluctable, malheureusement.

 

Sur l'idéologie postmoderne, lire : "Déconstruire les déconstructeurs".

Partager cet article

Repost0