Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : OGM : environnement, santé et politique
  • OGM : environnement, santé et politique
  • : Actualité et faits scientifiques sur les OGM
  • Contact

Introduction

Le propriétaire de ce site ne dit pas si les OGM c’est bien ou mal, s’il faut en manger ou pas. Il n'est payé ni par Monsanto, ni par Carrefour, ni par Greenpeace... (lire la suite).    ENGLISH VERSION uk-flag                                                    

ret-accueil-s

Rechercher

L'auteur

couvMarcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale et enseignant à l’Université Grenoble-Alpes, ses seules sources de revenus.

Dernier ouvrage grand public :

OGM, la question politique

 

 

Ouvrage précédent: Les OGM, l'environnement et la santé  

 

Ma page Facebook

Personnalisez votre blog

Aide à la création et à la personnalisation
de votre blog ou site internet :

logo_presencenumerique.gif

14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 13:40

Certains ont déploré le peu de place consacrée à l’environnement dans les débats récents en vue de l’élection présidentielle. Les bases existent pourtant pour une réflexion dont les termes ne seraient pas imposés par ceux qui ont monopolisé « l’écologie » au profit d’une idéologie - qui envisage de nous rendre tous plus pauvres - ou de leur carrière… « Il faut agir », tel est le leitmotiv du dernier livre de Maud Fontenoy qui décline sa définition d’une politique de l’environnement réconciliée avec l’économie et la science.

 

 « Il va falloir croire en la science et investir !»

Maud Fontenoy propose une écologie « positive », plutôt qu’accumuler taxes, normes et interdictions.  Autrement dit : « Moins se focaliser sur ce qu’il ne faut pas faire et plus sur ce qu’il faut faire ». « Produire plus et mieux » c’est développer une économie où le déchet de l’un est la matière première de l’autre. Bien sûr « la science ne réglera pas tous les problèmes du monde, mais une politique niant ou déformant la connaissance scientifique conduit immanquablement à des désastres ». « Contrôler, oui, c’est indispensable, mais interdire sans raison est effarant ». Le décor est donc planté !

 

Plaire à tout le monde n’est pas au programme

Si l’auteur égratigne au passage les politiciens qui n’ont jamais exercé d’autres métiers, elle rappelle aussi que la majorité d’entre eux valent mieux que la caricature qui en est souvent faite. Si elle est entrée en politique elle-même, ce n’est manifestement pas pour faire plaisir à tous : elle constate l’inefficacité de l’administration et a compris « que l’on ne faisait pas changer d’avis un journaliste » (qui a déjà des idées très arrêtées avant une interview)…

 

L’écologie « positive » passe aussi par l’éducation et Maud Fontenoy convoque Condorcet pour évoquer les progrès de l’esprit humain (et nous en avons effectivement besoin !), tout en déplorant un système éducatif aujourd’hui sous-performant et inégalitaire. « L’école aussi doit pouvoir innover » !

 

« Cent propositions pour une écologie ajustée à l’Homme »

Le livre se veut néanmoins « un message  d’apaisement, d’ouverture d’esprit et d’action » et avance cent propositions. La première revendique de « sortir du principe de précaution pour entrer dans un monde reposant sur le principe de responsabilité ». Le dernier concept mériterait d’être explicité (d’autant plus que ce « principe » a déjà été théorisé par Hans Jonas, le père de « l’heuristique de la peur » et donc des marchands du même nom !). Comment va-t-il s’articuler avec un « principe d’innovation » décrit récemment par l’European Political Strategy Centre de la Commission européenne ? On le voit, le débat doit se poursuivre, mais ce livre a le mérite de poser des jalons pour « associer développement, croissance et maîtrise de notre impact sur l’environnement ».

 

« Des tempêtes, j’en ai vu d’autres », tel est le titre de l’ouvrage et la philosophie de son auteur. Il lui faudra effectivement du courage pour affronter les vents contraires qui ne manqueront pas de se lever devant la réalisation de son programme. Mais, nous le savons, du courage Maud Fontenoy n’en manque pas. Les récits d’aventure maritimes (qui alternent dans son livre avec sa vision de l’écologie) sont là pour nous le rappeler. Hissez haut !

Partager cet article

Repost 0
Published by Marcel Kuntz - dans Editos
commenter cet article

commentaires