Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

  • : OGM : environnement, santé et politique
  • : Actualité et faits scientifiques sur les OGM
  • Contact

Introduction

Le propriétaire de ce site ne dit pas si les OGM c’est bien ou mal, s’il faut en manger ou pas. Il n'est payé ni par Monsanto, ni par Carrefour, ni par Greenpeace... (lire la suite).    ENGLISH VERSION uk-flag                                                    

ret-accueil-s

Rechercher

L'auteur

Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’Université Grenoble-Alpes, ses seules sources de revenus. Ses analyses n'engagent pas ses employeurs.

Dernier ouvrage:

L'affaire Séralini: l'impasse d'une science militante

Autre ouvragecouv grand public :

OGM, la question politique

 

 

Ouvrage précédent: Les OGM, l'environnement et la santé  

 

Ma page Facebook

Personnalisez votre blog

Aide à la création et à la personnalisation
de votre blog ou site internet :

logo_presencenumerique.gif

3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 17:26

Tout le monde s’accorde sur le constat, les questions dites « sociétales » sont « clivantes ». Pour quelles raisons ? S’agit-il de luttes entre « réactionnaires » et « progressistes » ? Entre traditionalisme et modernisme ? En réalité la question doit être posée autrement, comme un choix de civilisation.

 

La société occidentale contemporaine, pour son malheur, est depuis quelques décennies la proie d’une tentative de « décivilisation ». Il convient de la penser comme postmoderne, c’est-à-dire à la fois anti-moderne et anti-tradition. Le postmodernisme s’est constitué un corpus théorique (citons l’ouvrage « la condition postmoderne » de Jean-François Lyotard en 1979) et est devenue progressivement idéologie dominante.

 

Celle-ci se définit comme un ensemble de « déconstructions »: l’Homme des Lumières (dissous dans un être individualiste et consommateur, à l’identité variable qui construira entre autres son « genre »), la Nation (à laquelle se substituent d’autres « communautés imaginées », comme les réseaux « sociaux » ou les rassemblements victimaires), la démocratie représentative (remplacée par une démocratie « participative », aux contours flous et où règnent des minorités actives) et enfin, déconstruction de la réalité elle-même par un constructivisme s’enivrant de « représentations du monde » en forme de discours.

 

Cette postmodernité rejette les  valeurs universelles de la philosophie des Lumières – car portées par l’Occident – et propage une doctrine cosmopolite qui voit l’identité nationale comme un particularisme offensant pour l’Autre. La vision postmoderne confond l’ouverture aux autres cultures (une valeur des Lumières) et l’exaltation de la « diversité », aboutissant à la haine de soi. Ainsi, la lutte légitime pour les droits civiques de minorités ethniques est devenue antiracisme idéologique, le soutien à la décolonisation s’est transformé en tiers-mondisme aveugle, la condamnation de la persécution des homosexuels s’est muée en glorification des postures identitaires liées à des pratiques sexuelles (qui devraient rester) privées.

 

Une certaine Bien-Pensance croit devoir porter sur ses épaules toute la culpabilité de l’Occident. Ce « Sanglot de l’Homme Blanc » - cette « Identité Malheureuse »  - est devenu la pensée hégémonique du camp du Bien. Le temps qui passe n’y fait rien : il s’agit de montrer, encore et toujours, sa solidarité avec les victimes classées en catégories, comme les « Afro-américains », les femmes, etc.). La rédemption de l’être postmoderne passe par la reconnaissance et l’accueil sans conditions de l’Autre, non dans son individuation (selon des valeurs chrétiennes, comme l’amour du Prochain), mais comme un ensemble de communautés idéalisées et condamnées à se vivre au travers des fautes commises à leur encontre.

 

Le postmodernisme est hermétique à la critique, car il déconstruit la notion de Vérité (y compris en science). Il ne veut ni la connaitre, ni même la nommer (ce serait « stigmatiser » une communauté !). Il a transmuté la passion égalitariste en relativisme généralisé : tout se vaut !  Il accepte de ce fait la domination de l’Opinion, même ignorante, sous des formes péremptoires : soit sous pseudonyme sur les réseaux « sociaux », soit au contraire de manière égocentrée chez les amuseurs publics des plateaux de télévision.

 

A l’Ecole, l’idéologie postmoderne a supprimé la référence mythique à « nos ancêtres les Gaulois », symbole d’un récit national, et donc honni. Le  prétexte étant que cette référence ne correspondait pas à la filiation génétique des Français - « issus de la diversité » - et qu’elle risquerait de heurter cette « diversité » alors qu’il convient de la fêter comme telle. Elle a fait disparaître le beau titre d’Instituteur (et ses significations profondes) et elle prône désormais la « co-construction » de l’enseignement entre le Maître (devenu « communauté éducative ») et l’Elève (devenu « apprenant » !). Il serait bon de méditer ces délires « sémantiques » car ils accompagnent d’autres délires, cette fois « pédagogiques ».

 

La même menace touche la science, qui ne serait qu’une « construction sociale », une simple opinion d’une « communauté scientifique » partageant des présupposés, qui ne vaut pas plus que toute autre opinion. Relativisme oblige, les militants de l’écologisme et les charlatans doivent être écoutés comme (voire plus que) les scientifiques reconnus. Revêtant habilement les habits de la démocratie, une perversion démocratiste exige que la science devienne « citoyenne » ! L’imposture intellectuelle « sociologisante » devient hégémonique dans nos institutions scientifiques.

 

La pensée postmoderne incarne son pessimisme dans la Précaution érigée en Principe, et son nihilisme dans le rejet de toute foi dans l’Homme et le Progrès, dans l’abandon de la quête ouverte et généreuse du Vrai, du Bien, du Beau.

L’idéologie postmoderne n’est pas un « Suicide Français », c’est un suicide de civilisation.

 

Cet article a été publié le 30 avril 2015 par Le Figaro sous le titre "Le syndrome de la postmodernité, une maladie de l’Occident"

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 09:13

Note de lecture du livre Les gardiens de la raison. Enquête sur la désinformation scientifique,

de Stéphane Foucart, Stéphane Horel et Sylvain Laurens

 

Par Marcel Kuntz

En tant que défenseur de la méthode scientifique et de l’utilisation de la Raison, cela aurait été pour moi une grande déception de ne pas être cité dans ce livre. Je remercie les auteurs de me faire l’honneur de me nommer 17 fois ! Merci, mais c’est trop vraiment !

Je note cependant dans ce livre plusieurs erreurs factuelles ou approximations me concernant (j’ai vu, sans les consulter, que d’autres personnes citées font la même remarque ; voir en bas de ce post), ce qui entachent la crédibilité de ce livre. Sans être un spécialiste, il me semble qu’il existe une pratique journalistique nommée « interview » et qu’elle permet d’éliminer les erreurs de ce type : je n’ai jamais été contacté par les auteurs…

 

Voici mes remarques plus précises.

Pages 30 et 31. Je suis cité à juste titre (merci !) comme auteur d’un rapport sur « L ’affaire Séralini, L’impasse d’une science militante » (téléchargeable gratuitement sur le site de la Fondapol ; 5 euros la version papier).

Il est affirmé dans le présent livre, toujours à juste titre, que cette affaire « est une référence majeure », mais non comme le prétendent les auteurs « dans l’imaginaire collectif de cette communauté souterraine » (on notera le mépris pour tous ceux scientifiques, journalistes et autres qui se sont intéressés à ce scandale), mais dans l’histoire de la « science » parallèle.

Je suis également désigné comme « membre de l’Afis ». Comme dit plus haut, une simple interview aurait amené les auteurs à corriger cette erreur (je n’ai rien contre l’Afis et j’admire l’exploit qui consiste à publier sa revue tous les trimestres, sans grands moyens, mais il me semble que la situation actuelle nécessiterait de fournir des précisions scientifiques dans un délai plus court, ce qui me motive plus).

 

Page 39.

« Dans cette salle se trouve une grande partie du casting de ce livre, ainsi que les principales idées d’une force politique qui semble encore ignorer ce qu’elle est. Des industriels et leurs organisations représentatives (l’Union des industries de la protection des plantes –  UIPP  –, Bayer/ Monsanto, l’Association nationale des industries alimentaires – Ania). Ses relais professionnels (les chambres d’agriculture, le Groupement national interprofessionnel des semences et plants, la FNSEA, le Syrpa). Ses communicants (Gil RivièreWekstein, l’agence Protéines et Serge Michels). Ses experts (JeanPaulKrivine, Hervé Le Bars, Marcel Kuntz). »

En réalité, je n’ai pas participé à une telle réunion. Ce qui est d’ailleurs sans intérêt. Ce qui est plus intéressant est la description de cette réunion par les auteurs (« ce petit monde en soussol ») : l’insistance à mentionner que cette réunion a eu lieu dans une salle située en sous-sol (les mots « cave » et « souterrain » sont même utilisés), à donner l’impression d’un grouillement et la mention d’un détail anecdotique (« petit problème d’éclairage dans la cave. Un court instant, les autres intervenants sont plongés dans les ténèbres ») donne l’impression que les auteurs décrivent des rats cachés dans l’obscurité d’une cave… A moins qu’ils ne les considèrent comme des malades mentaux (le mot « névrose » est utilisé…).

 

Page 65

Je remercie les auteurs d’avoir résisté à l’envie de parler (sauf erreur de ma part) du hoax de mes « liens avec Monsanto » (voir mon blog pour sa réfutation, si cela était encore nécessaire après des dizaines de fois…).

Ils affirment en revanche que « ce biologiste spécialisé en biotechnologie végétale a déposé un brevet avec Syngenta ». Là encore, une petite interview… aurait établi qu’en réalité, je n’ai rien déposé du tout, que je n’ai jamais été propriétaire de ce brevet (aujourd’hui je suppose dans le domaine public) et n’ai rien touché.  Je me rappelle avoir expliqué cette histoire il y a des années et suis sûr que ces journalistes « d’investigation » pointus en retrouveront la trace sur internet…

 

Sur la même page, je suis coupable par association, d’avoir cosigné un article (de discussion) qui veut «  mettre un coup de pression », devinez sur qui : l’International Society for Biosafety Research, « une plateforme de discussion entre savants, régulateurs et experts de l’industrie sur la question des biotechnologies ». Je confesse ce grave crime qui consiste à discuter avec une plateforme de discussion !

 

Page 116

« Dans son numéro de juillet 2012, Science & pseudo-sciences publie un article sous le titre : « Les abeilles, victimes de la course à l’audimat scientifique. L’auteur (c’est bien moi) y critique le protocole mis en œuvre et conteste la dose d’exposition choisie… »

Je renvoie le lecteur à cet article où je conteste en fait une méthode de communication tonitruante eu égards aux doutes que peut inspirer la méthode scientifique utilisée. Je n’aurais « aucune espèce de compétence professionnelle en apidologie ou en toxicologie de l’abeille ». Remarque savoureuse d’auteurs qui sont journalistes ou sociologue… Je précise simplement que j’ai été invité deux fois par le syndicat majoritaire des apiculteurs pour parler risque toxicologique pour les abeilles (certes des OGM, mais quand même) et que j’ai publié dans un contexte scientifique sur ce thème…

 

Page 124 à 125

« à la fin du printemps 2019. En avril, Le Point publie une interviewfleuve… La parole est alors donnée à Marcel Kuntz, spécialiste en biotechnologie végétale et… membre de l’Afis (encore non !). C’est un tout petit monde, où l’on croise toujours les mêmes individus ».

Il s’agit de l’avis du CIRC sur le glyphosate, contredit par toutes les autres agences d’évaluation des risques dans le monde (ce que les lecteurs du Monde ne savent pas, ni les lecteurs de ce livre... un peu dommage non ?). Suite de ma citation :

« Quand vous êtes dans une agence qui fait son commerce d’un classement des cancérogènes, vous avez sans doute un a priori dans ce domaine », affirmetil (c’est moi), et les auteurs de ce livre poursuivent par : « sans expliquer comment une agence de recherche scientifique pourrait bien faire « commerce » de ses avis ».

Je recommande aux auteurs de ce livre de relire la conclusion de ma note sur l’affaire Séralini, que je termine par « le précautionnisme a induit un véritable affairisme scientifique pour évaluer les risques de toutes sortes d’activités humaines, un business où tous les acteurs (chercheurs, revues, institutions scientifiques, sans oublier les médias) ont intérêt à l’identification d’un effet délétère… ».

Et si les choses ne sont pas assez explicites, chacun peut consulter mon blog (Glyphosate : pourquoi le CIRC a-t-il produit un classement aussi contestable ?) sur les liens d’intérêt avec des avocats prédateurs qui espèrent soutirer beaucoup d’argent dans le cadre de procès contre Bayer sur le glyphosate (liens d’intérêt que les lecteurs du Monde ne connaissent pas non plus… aussi un peu dommage non ?).

 

Page 127 à 128

Au sujet d’autres de mes interviews, je persiste et signe : « C’est le camp du Bien qui pense que les autres ont forcément des intentions cachées. Et si vous sortez de la bienpensance, de cette religion écologiste, tout justifie les attaques les plus violentes. »

 

Page 280

Nous abordons ici la question de l’idéologie du genre… Les auteurs écrivent : « …le biologiste américain Paul Gross vilipende la « critique féministe de la science » – une critique qui, selon lui, s’apparenterait à une forme de relativisme ou d’idéologie antiscientifique ».

« Cette prose assimilant le féminisme à une posture antiscience est aussi colportée en France par le biologiste Marcel Kuntz, figure de l’Afis (toujours non !) et grand défenseur du glyphosate (voir sur internet la teneur exacte de mes propos sur cet herbicide) que nous avons croisé à de nombreuses reprises dans ce livre (oui, encore merci !) ».

On notera encore une fois un terme méprisant (« colporté »)… Suite du texte :

« Celuici s’emporte régulièrement, et sur divers supports, contre  les études de genre ». En février 2019 par exemple, il publie dans Le Figaro une tribune contre la progression des études de genre et de l’écriture inclusive au CNRS, phénomènes dans lesquels il voit l’existence d’une idéologie ».

Je ne m’emporte pas, j’explique ! Pardonnez-moi ce clin d’œil à Audiard. A part cela, c’est parfaitement exact, et je persiste et signe (voir mon argumentaire : «  L’écriture inclusive et pourquoi elle ne devrait pas avoir cours dans les institutions scientifiques ».

Les auteurs poursuivent : « L’écrasante majorité des études sur le sujet témoignent pourtant de l’exact inverse. Les discriminations liées au genre sont banales et répandues dans le milieu scientifique ». Ces études proviendraient-t-elles de « sociologues » d’une même chapelle idéologique, publiées dans des revues de la même chapelle, après relecture par des « sociologues » toujours de la même chapelle ? Seraient-elles aussi crédibles que celles de Séralini sur un maïs OGM ?

 

Suite du livre : « Mais le principal danger, selon Marcel Kuntz, qui se répand aussi sur ce sujet dans des revues spécialisées en biotechnologie, viendrait de la progression du relativisme postmoderne en sciences exactes ». On notera encore une fois le grand respect des auteurs pour l’opinion des autres (je me « répands… » ; du haut niveau journalistique !). Pour le reste, c’est exact (je peux fournir mes articles sur simple demande).

 

J’arrête ici…

En conclusion

Le moins que l’on puisse dire est que les auteurs de ce livre ne s’inscrivent pas dans la longue tradition française (du moins chez certains intellectuels) des débats respectueux des autres même si l’on n’est pas d’accord avec eux… 

Je ne doute pas de la sincérité des auteurs dans leur défense de l’écologie politique. C’est leur droit. Je n’ai cependant pas identifié en quoi il était justifié d’abattre quelques arbres pour publier ce livre militant.

 

Glané sur Internet

« On est dans le quasi-factuel, le superficiel et le mépris suintant. C’est le climat général de l’ouvrage ». Par Thomas Durand

Les champions de l’intox. Par Franck Ramus

Un nouveau journalisme : de l’insinuation à l’inquisition. Par Virginie Tournay

Les naufrageurs de la raison (et de la gauche). Par Laurent Dauré

Un flot continu d'attaques mensongères et d'approximations... pour changer ! Par Jean Bricmont

Journalisme d’insinuation : après les articles, le livre. Par  AFIS

Un commentaire sur Amazon :

« Je viens de lire l’ouvrage à sa parution, vivement intéressé par le sujet abordé. Malheureusement, au fur et à mesure de ma lecture, j’ai été surpris par un grand nombre d’insinuations et de rapprochements hasardeux. Du coup, sous prétexte de dénoncer une forme de complotisme, les auteurs sombrent eux-mêmes… dans le même travers.
En outre, ils s'inscrivent la plupart du temps plus dans le procès d'intention que dans la recherche de la preuve, ce qui gâche le propos et donne à l’ensemble l’allure d’un règlement de comptes sans pour autant avoir la dimension d’un pamphlet.
C’est pour moi très décevant de voir un ouvrage manquant manifestement de toute rigueur aux éditions de la Découverte dont j’apprécie habituellement les publications ».

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 08:40

Ce blog existe car aujourd’hui, en 2020, il est toujours nécessaire de défendre la science contre ses ennemis. Ce terme est utilisé sciemment : il ne s’agit plus, autour de la science et des technologies, d’un débat civilisé où chacun présente courtoisement ses arguments. Il s’agit pour certains d’imposer une vision unique, la leur, et d’utiliser tous les moyens pour faire taire les autres, y compris par l’intimidation.

Qui sont-ils ? Ceux qui promeuvent des fake news :

-quelles qu’elles soient, sur des questions pour lesquelles des réponses scientifiques existent (non pas que la science sait tout, mais elle sait quand même un certain nombre de choses).

-d’où qu’elles viennent, y compris de journalistes-militants… notamment au service de l’écologie politique la plus radicalisée.

 

J’ai ainsi théorisé le concept de "science" parallèle.

Si elle a été mise en œuvre, c’est vrai, au départ par les industriels du tabac, elle est aujourd’hui produite à un niveau industriel par les franchisés de l’écologie politique radicalisée.

La question des OGM a permis d’identifier ce phénomène.

Ce blog héberge ainsi 270 lettres d’informations scientifiques (gratuites)  sur les OGM (depuis 2004). Qui n’ont bénéficié d’aucune subvention.

 

Le problème est en réalité plus grave. Si la "science" parallèle est personnifiée par quelques alterscientiques, très médiatisés, dont les fausses allégations ont été démontrées comme telles, elle touche aujourd’hui plus largement certains domaines scientifiques et j’ai ainsi employé le terme d’une science malade du militantisme et de l’idéologie (chacun a bien sûr, en tant que citoyen, le droit de militer, mais ici il s’agit d’une contradiction éthique fondamentale avec la déontologie scientifique).

Le problème de la sociologie non-scientifique

Le militantisme qui s’en prend à la science (souvent par une haine viscérale et obsessionnelle de l’entreprise privée) a de plus bénéficié du corpus théorique fourni par une chapelle de "sociologues", celle du postmodernisme, qui a entrepris de déconstruire la notion même de Vérité, ou la Raison, en contribuant à créer une confusion intellectuelle suicidaire au sein des sociétés occidentales (il ne s'agit pas de prétendre que la science détient LA Vérité, mais l'excès inverse, "tout se vaut", n'est pas une voie d'avenir).

Défendre la science et la raison, ce n'est donc pas défendre sa propre boutique, ni "les industriels" (si ceux-ci mentaient autant que les militants de l'écologie radicale, ce blog les critiquerait aussi), c'est défendre un certaine conception de la démocratie.

 

Qui n'est pas celle où des propagandistes de ladite écologie, du haut de leur donjon intouchable d'un journal de "référence", adeptes du "journalisme" d'insinuation, déversent à jet continu un militantisme à sens unique et malveillant.

Défendre la science et la raison, c'est aussi s'opposer à l'extension du domaine de la culpabilisation.

C'est plus précisément sur ce dernier domaine que je continuerai à m'exprimer, ne me laissant bien sûr pas intimider, bien au contraire...

Lire aussi: La République a toujours besoin de savants

Partager cet article

Repost0
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 07:30

LETTRE d'INFORMATIONS sur les PLANTES GENETIQUEMENT MODIFIEES

N° 270.       11 Juin 2020

****************************************************************

Citation du jour : « Quand le mensonge prend l'ascenseur, la vérité prend l'escalier, elle met plus de temps mais elle finit toujours par arriver » (Proverbe africain)

Abonnez-vous gratuitement ici               Lire le n° précédent

 

Sommaire

1. Dans le monde

2. Evaluations des biotechs

3. Agriculture et alimentation

4. Du côté des activistes et de leurs critiques

 

1. Dans le monde

-------------------------------------------------------------

INFOGRAPHIE : Où les OGM sont-ils CULTIVES ?

--------------------------------------------------------------

https://geneticliteracyproject.org/2020/04/28/where-are-gmo-crops-grown-glp-infographics-document-the-global-growth-of-agricultural-biotechnology-innovation/

 

-------------------------------------------------------------

Le MONDE VU par la COMMISSION EUROPEENNE

-------------------------------------------------------------

La Commission veut « ramener la nature dans nos vies »… Critiquée pour son inaction lors la pandémie, la Commission met le terme Covid-19 dans sa com'….

https://ec.europa.eu/france/news/20200520/strategies_biodiversite_systeme_alimentaire_durable_fr

Sa stratégie «De la ferme à la table» veut garantir « la sécurité alimentaire et l'accès à des régimes alimentaires sains issus d'une planète en bonne santé ». Le passage unique (et restrictif) sur les biotechnologies :

« Les nouvelles techniques innovantes, dont la biotechnologie et le développement de produits biosourcés, peuvent contribuer à accroître la durabilité, à condition qu'elles soient sûres pour les consommateurs et l'environnement et procurent des avantages à la société dans son ensemble ».

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:52020DC0381&from=EN

Commentaires:

https://www.europeanscientist.com/fr/opinion/apres-la-pandemie-la-penurie-un-green-deal-pour-la-decroissance/

 

-----------

FRANCE

------------

Remise du rapport du collège d'experts présidé par Benoît Potier « Faire de la France une économie de rupture technologique »

https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid149351/remise-du-rapport-du-college-d-experts-preside-par-benoit-potier-faire-de-la-france-une-economie-de-rupture-technologique.html

 

Politiques et science : des rapports compliqués

https://www.europeanscientist.com/fr/redactions-choice-fr/covid-19-vers-un-nouveau-rapport-entre-science-et-politique/

 

------------------------------------------------------------------

RAPPORTS ANNUELS GAIN sur les BIOTECHNOLOGIES AGRICOLES

------------------------------------------------------------------

France

https://www.fas.usda.gov/data/france-agricultural-biotechnology-annual-4

Autriche

https://www.fas.usda.gov/data/austria-agricultural-biotechnology-annual-3

Espagne

https://www.fas.usda.gov/data/spain-agricultural-biotechnology-annual-3

Italie

https://www.fas.usda.gov/data/italy-agricultural-biotechnology-annual-3

République Tchèque

https://www.fas.usda.gov/data/czech-republic-agricultural-biotechnology-annual-1

Pologne

https://www.fas.usda.gov/data/poland-agricultural-biotechnology-annual-3

Roumanie

https://www.fas.usda.gov/data/romania-agricultural-biotechnology-annual-3

Bulgarie

https://www.fas.usda.gov/data/bulgaria-agricultural-biotechnology-annual-3

Suède

https://www.fas.usda.gov/data/sweden-agricultural-biotechnology-report

Pays-Bas

https://www.fas.usda.gov/data/netherlands-agricultural-biotechnology-annual-3

Serbie

https://www.fas.usda.gov/data/serbia-agricultural-biotechnology-annual-3

Australie

https://www.fas.usda.gov/data/australia-agricultural-biotechnology-annual-4

Canada

https://www.fas.usda.gov/data/canada-agricultural-biotechnology-annual-3

Jamaïque

https://www.fas.usda.gov/data/jamaica-agricultural-biotechnology-annual-1 

Colombie

https://www.fas.usda.gov/data/colombia-agricultural-biotechnology-annual-4

Pérou

https://www.fas.usda.gov/data/peru-agricultural-biotechnology-annual-3

Nouvelle-Zélande

https://www.fas.usda.gov/data/new-zealand-agricultural-biotechnology-annual-3

Turquie

https://www.fas.usda.gov/data/turkey-agricultural-biotechnology-annual-2

Kazakhstan

https://www.fas.usda.gov/data/kazakhstan-agricultural-biotechnology-annual-4

Bengladesh

https://www.fas.usda.gov/data/bangladesh-agricultural-biotechnology-annual-4

Inde

https://www.fas.usda.gov/data/india-agricultural-biotechnology-annual-3

Sri-Lanka

https://www.fas.usda.gov/data/sri-lanka-agricultural-biotechnology-report-0

Indonésie

https://www.fas.usda.gov/data/indonesia-agricultural-biotechnology-annual-3

Japon

https://apps.fas.usda.gov/newgainapi/api/Report/DownloadReportByFileName?fileName=Agricultural%20Biotechnology%20Annual_Tokyo_Japan_10-20-2019

Philippines

https://www.fas.usda.gov/data/philippines-agricultural-biotechnology-annual-4

Vietnam

https://www.fas.usda.gov/data/vietnam-agricultural-biotechnology-annual-4

Taiwan

https://www.fas.usda.gov/data/taiwan-agricultural-biotechnology-annual-3

Afrique du Sud

https://www.fas.usda.gov/data/south-africa-agricultural-biotechnology-annual-3

Angola

https://www.fas.usda.gov/data/angola-agricultural-biotechnology-annual-3

Mozambique

https://www.fas.usda.gov/data/mozambique-agricultural-biotechnology-annual-3

Kenya

https://www.fas.usda.gov/data/kenya-agricultural-biotechnology-annual-3

 

--------------------------------------------------

REGLEMENTATIONS SUR LES BIOTECHS et l'AMELIORATION des PLANTES

--------------------------------------------------

Lois portant un régime de sécurité en matière de biotechnologie :

Burkina Faso

https://www.fas.usda.gov/data/senegal-biosafety-law-2012-burkina-faso

Niger

https://www.fas.usda.gov/data/senegal-biosafety-law-2019-niger

 

Amérique latine et Caraïbes

The regulatory current status of plant breeding technologies in some Latin American and the Caribbean countries

Andrés Gatica‐Arias. Plant Cell, Tissue and Organ Culture, 141, pages229–242 (2020)

https://doi.org/10.1007/s11240-020-01799-1

 

France : le gouvernement face à la décision du Conseil d'Etat

Le Gouvernement a annoncé étudier de manière approfondie la décision du Conseil d'Etat sur l'application de la Directive OGM concernant la mutagénèse, afin de la mettre en œuvre en prenant en compte l'avis de l'Anses du 26 novembre dernier et conformément à la réglementation européenne :

https://agriculture.gouv.fr/le-gouvernement-prend-acte-de-la-decision-du-conseil-detat-sur-le-champ-dapplication-de-la-directive

Le 6 mai, le gouvernement a notifié à la Commission européenne son projet de décret

« relatif à la modification de la liste des techniques d’obtention d’organismes génétiquement modifiés ayant fait l'objet d'une utilisation traditionnelle sans inconvénient avéré pour la santé publique ou l'environnement » :

https://ec.europa.eu/growth/tools-databases/tris/en/search/?trisaction=search.detail&year=2020&num=280

(voir version en Français).

Si approuvée, la proposition conduirait à la situation que les plantes régénérées à partir de cellules cultivées in vitro qui ont été soumises à l'application de mutagènes physiques ou chimiques deviennent soumises aux dispositions de la législation française sur les OGM. La législation française sur les OGM obtiendrait un champ d'application réglementaire plus large que la Directive européenne 2001/18.

 

Etats-Unis : vers une simplification pour les biotechs agricoles

United States relaxes rules for biotech crops

https://www.sciencemag.org/news/2020/05/united-states-relaxes-rules-biotech-crops#

Commentaires:

https://www.europeanscientist.com/fr/agriculture-fr/une-nouvelle-reglementation-aux-etats-unis-pour-promouvoir-les-innovations-agricoles/

 

Législations sur le gene editing dans le monde

La législation et la réglementation des plantes éditées par génome dans de nombreux pays évoluent rapidement pour s'adapter aux nouvelles technologies. La publication résume et évalue l'état actuel de ce paysage réglementaire en évolution rapide, en mettant l'accent sur les récents développements politiques en Europe et dans le Sud.

La publication:

Schmidt S.M., Belisle M, Frommer W.B. (2020): The evolving landscape around genome editing in agriculture - Many countries have exempted or move to exempt forms of genome editing from GMO regulation of crop plants. EMBO Rep e50680

https://www.embopress.org/doi/10.15252/embr.202050680  

 

 

2. Evaluations des biotechs

--------------------------

TRAVAUX de l'EFSA

--------------------------

Avis sur le soja GM MON 87705 x MON 87708 x MON 89788

Le groupe GMO note que, dans le cadre de cette demande EFSA-GMO-NL-2015-126, le demandeur n'a pas fourni d'étude d’alimentation pendant 90 jours sur le soja MON 87705 conformément aux exigences légales applicables. Par conséquent, le groupe GMO n'est pas en mesure de finaliser l'évaluation des risques du soja MON 87705 9 MON 87708 9 MON 89788 dans le cadre réglementaire actuel.

EFSA Journal 2020;18(5):6111, 36 pp.

https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2020.6111

 

Avis sur le colza MS11

Ce colza est conçu pour être utilisé uniquement pour la production de semences hybrides dans le cadre d'un système de sélection dédié et non pas commercialisé en tant que produit autonome pour l'alimentation humaine ou animale. De plus, aucun problème toxicologique ou d'allergénicité n'a été identifié pour les protéines Barnase, Barstar et PAT / bar exprimées dans le colza MS11. Néanmoins le groupe OGM juge qu'aucune conclusion ne peut être tirée pour l'analyse de la composition en raison de l'absence d'un ensemble de données de composition approprié, et donc que l'évaluation toxicologique, allergénique et nutritionnelle du colza MS11 ne peut pas être complétée.

EFSA Journal 2020;18(5):6112, 31 pp. https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2020.6112

 

-------------------------------------------------

MESURES de BIOSECURITE, IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES et DEFIS de la CULTURE de l'AUBERGINE  Bt au BANGLADESH

---------------------------------------------------

Le brinjal Bt-2 est cultivé par 35% des agriculteurs interrogés dans cette étude. La majorité de ces agriculteurs (60%) ont reçu une formation sur la biosécurité de cette culture. Selon 85%, la culture du brinjal Bt a amélioré la lutte contre les insectes et 77% ont convenu que le brinjal Bt réduisait les coûts de main-d'œuvre et de produits chimiques. 75% des agriculteurs ont constaté une augmentation du rendement et 72% ont constaté un revenu accru grâce à sa culture.  Cependant, 25% des agriculteurs ont indiqué qu'ils n'avaient pas obtenu un rendement accru en raison de l'incidence d'insectes secondaires. La plupart des agriculteurs (89%) estiment que la culture du brinjal Bt a amélioré la qualité du brinjal et a réduit l'utilisation de pesticides (97%) et, par conséquent, ils considèrent le brinjal Bt plus sûr pour la santé humaine (96%).

La publication:

Haque M.S and Saha N.R. (2020): Biosafety Measures, Socio-Economic Impacts and Challenges of Bt-brinjal Cultivation in Bangladesh. Front. Bioeng. Biotechnol. 8: 337 | https://doi.org/10.3389/fbioe.2020.00337

 

En résumé:

http://seppi.over-blog.com/2020/06/l-aubergine-bt-conquiert-le-marche-et-l-acceptation-des-agriculteurs-au-bangladesh-selon-une-etude.html

 

------------------------------------------------------------------

SURVEILLANCE APRES MISE sur le MARCHE : LE BILAN à 10 ANS pour le MON810 en EUROPE

------------------------------------------------------------------

Cette analyse qui repose sur des questionnaires aux agriculteurs n'a révélé aucun effet indésirable inattendu associé à la culture du MON 810. Les agriculteurs ont confirmé que la culture du MON 810 a entraîné une réduction significative de l'utilisation des pesticides, une protection efficace contre les ravageurs cibles, et des cultures en meilleure santé et plus productives par rapport au maïs conventionnel. La surveillance des caractéristiques liées à l'environnement et à la faune n'a révélé aucune différence significative entre le MON 810 et le maïs conventionnel.

La publication:

Bertho L, Schmidt K, Schmidtke J, Brants I, Canto´n RF, Novillo C, et al. (2020) Results from ten years of post-market environmental monitoring of genetically modified MON 810 maize in the European Union. PLoS ONE 15(4): e0217272. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0217272

 

-------------------------------------------------------------------------

COVID-19 : VACCINS et TRAITEMENTS ISSUS des BIOTECHNOLOGIES VEGETALES à l'ETUDE

-----------------------------------------------------------------------

Webinaire de l'Académie d'Agriculture de France. Résumé et présentation de Dominique Job (co-auteurs : Hubert Laude, Georges Pelletier et Agnès Ricroch) :

https://www.academie-agriculture.fr/actualites/academie/seance/academie/webinaires-conferences-de-guy-waksman-et-dominique-job

Voir aussi la présentation « Agriculture et Numérique » de Guy Waksman.

 

 

3. Agriculture et alimentation

------------------------------------------------------

SANTE du VEGETAL : une SEULE SANTE et un SEUL MONDE

-----------------------------------------------------

Les présentations du colloque organisé le 28 janvier 2020 par l'Académie d'Agriculture de France

https://www.academie-agriculture.fr/actualites/academie/colloque/academie/sante-du-vegetal-une-seule-sante-et-un-seul-monde

 

---------------------------------------------------------------------------------

 « SOUVERAINETE ALIMENTAIRE : CONSOMMATEURS, SAVEZ-vous de QUOI on PARLE? »

---------------------------------------------------------------------------------

Une tribune de Jean-Marie Séronie :

https://www.lopinion.fr/edition/economie/souverainete-alimentaire-consommateurs-quoi-parle-tribune-216732

 

------------------------------------------------------------------

SANTE et ALIMENTATION : ATTENTION aux FAUX-SEMBLANTS STATISTIQUES

------------------------------------------------------------------

par Philippe STOOP, membre de l'Académie d'Agriculture de France.

Cette Note Académique revient sur les publications déclarant démontrer des effets favorables de l'alimentation bio sur le cancer, et des effets défavorables des aliments dits « ultratransformés », dans une même cohorte, et avec les mêmes méthodes statistiques.

Résumé :

« Ces derniers mois, plusieurs études épidémiologiques très médiatisées déclarent avoir observé des liens statistiques forts entre le risque de cancer et la consommation d'aliments bio ou ultra-transformés. Toutefois ces résultats reposent sur des traitements statistiques complexes, dont un examen attentif montre la fragilité : prise individuellement, chacune de ces publications semble minimiser fortement l'effet des facteurs de risque de cancer bien établis. En outre, quand on les compare entre elles, on constate qu'elles se contredisent mutuellement, alors qu'elles ont été réalisées sur la même population. Bien que parus dans des revues prestigieuses, ces travaux confortent donc les inquiétudes d'épidémiologistes éminents, qui appellent à refonder les méthodes employées en épidémiologie nutritionnelle.»

La façon dont des revues médicales prestigieuses les ont publiés, tout en émettant des réserves beaucoup moins bien mises en avant, interroge également sur les dérives de la presse scientifique.

https://www.academie-agriculture.fr/publications/notes-academiques/1722020-n3af-2020-1-sante-et-alimentation-attention-aux-faux

 

------------------------------------------------------------------

AGRICULTEURS et SCIENTIFIQUES FACE aux PROMOTEURS de FAKENEWS

-----------------------------------------------------------------

Mac Lesggy estime qu'il faut une « mobilisation générale » des agriculteurs et scientifiques : https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/mac-lesggy-agriculteurs-ne-laissez-pas-respirer-les-promoteurs-de-fakenews-205-147271.html  

 

Et aussi : Le coronavirus révèle une science malade du militantisme et de l'idéologie

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/marcel-kuntz-le-coronavirus-revele-une-science-malade-du-militantisme-et-de-l-ideologie-20200526

http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/2020/06/science-malade-du-militantisme-et-de-l-ideologie.html

 

---------------------------------------------

INFOX sur les TENEURS en GLYPHOSATE dans les URINES

-------------------------------------------

L'Association Générale des Producteurs de Blé et autres céréales (AGPB) demande à l'Anses de prendre position sur les méthodes d'analyses scientifiques utilisées :

« Depuis plusieurs mois, on assiste à la publication de résultats d'analyses sur la teneur en glyphosate dans les urines de citoyens français, visant à mettre en avant une large contamination de la population française. Ces communications entretiennent un sentiment de peur et de danger en matière de santé publique stigmatisant toujours plus les pratiques des agriculteurs. Ainsi, l'AGPB a souhaité contribuer au débat en évaluant, de manière objective, factuelle et indépendante, le taux de glyphosate chez les céréaliers, en pleine période d'utilisation de cet herbicide ».

http://agpb.fr/relation-presse/glyphosate-l%E2%80%99agpb-demande-%C3%A0-l%E2%80%99anses-de-prendre-position-sur-les-m%C3%A9thodes-d%E2%80%99analyses

 

-------------------------------------------------------------------------

AGRICULTURE BIOLOGIQUE vs OGM : SIX A PRIORI RECURRENTS d'un DEBAT IDEOLOGIQUE

-------------------------------------------------------------------------

Par Agnès Ricroch

https://www.europeanscientist.com/fr/agriculture-fr/agriculture-biologique-vs-ogm-six-a-priori-recurrents-dun-debat-ideologique/

 

 

4. Du côté des activistes et de leurs critiques

-----------------------------------------------

Un CHEVALIER BLANC pas si BLANC ?

-----------------------------------------------

Paul François, l'agriculteur connu pour son combat contre Monsanto, est mis en cause dans une affaire de détournement d'argent.

https://www.alouette.fr/news/charente-paul-francois-mis-en-examen-pour-recel-5457

 

-------------------------------------------------------

LES FINANCEMENTS de l'ACTIVISME ANTI-OGM aux ETATS-UNIS

-------------------------------------------------------

http://seppi.over-blog.com/2020/06/une-enquete-longue-d-un-an-refute-le-mythe-de-l-activisme-anti-ogm-ancre-dans-une-base-militante.html

 

----------------------------------------

COMBATTRE l'ANTI-SCIENCE ?

----------------------------------------

L'article parle d'une recrudescence des mouvements antiscience et d’attaques sans précédent contre des scientifiques aux États-Unis et ailleurs, et considère que cette tendance ne ralentira pas ou ne s'inversera pas de sitôt, et par conséquent qu'il appartiendra aux scientifiques eux-mêmes de réagir, de débattre avec un public sceptique et de défendre la science. Il propose de réorganiser la formation doctorale et postdoctorale en science et d'encourager les scientifiques chevronnés comme moyens d'établir un nouvel écosystème pour l'engagement scientifique auprès du public.

La publication

Hotez P.J. (2020): Combating antiscience: Are we preparing for the 2020s? PLoS Biol 18(3): e3000683. https://doi.org/10.1371/journal.pbio.3000683  

 

--------------------------------------------------------------------------------

Les FONDEMENTS COGNITIFS de la DESINFORMATION sur la SCIENCE

--------------------------------------------------------------------------------

Selon cette publication, malgré des progrès rapides et continus dans les domaines de la science, de l'enseignement général et de l'accès facile à des informations de haute qualité, de nombreux non-scientifiques sont non-informés ou mal informés sur l'état du consensus des experts sur les débats et les technologies scientifiques. Un nombre important de personnes aux États-Unis sont encore sceptiques quant au réchauffement climatique ou à la théorie de l'évolution, et une proportion importante de personnes en Occident estiment que les aliments GM sont dangereux, que les vaccins ne sont pas sûrs ou que les centrales nucléaires libèrent des quantités importantes de CO2 dans l'atmosphère.

La publication :

Antoine Marie, Sacha Altay, Brent Strickland (2020): The cognitive foundations of misinformation on science. What we know and what scientists can do about it EMBO reports 21: e50205 https://www.embopress.org/doi/abs/10.15252/embr.202050205

 

-------------------------------------------------------------------

La CONSTRUCTION d'une FAUSSE INFORMATION SCIENTIFIQUE:

la COVID-19 DUE à la « BIODIVERSITE MALTRAITEE »

-------------------------------------------------------------------

https://www.atlantico.fr/decryptage/3589069/le-grand-ecart-statistiques-de-certains-scientifiques-pour-relier-le-covid-19-a-la-biodiversite-ou-quand-les-scientifiques-tordent-les-statistiques-pour-correspondre-a-une-pensee-unique-greenpeace-giec-marcel-kuntz

 

https://www.agriculture-environnement.fr/2020/05/28/lien-coronavirus-perte-biodiversite-origine-fausses-affirmations

Partager cet article

Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 14:45

Adapté de ma tribune publiée le 26 mai par le Figaro Vox

  Beaucoup d’analystes ont noté la propension des idéologues à greffer leur vision du monde sur la crise du Covid-19, ses causes et sur le «monde d’après». D’un autre côté des spécialistes, de la médecine notamment, tiennent dans les médias, sauf exceptions, des propos rationnels et ouverts au doute face à un virus dont on ne sait pas tout. Les scientifiques seraient-ils naturellement immunisés contre l’idéologie? La réalité du monde scientifique est en fait bien plus inquiétante.

  Faisons d'abord un détour par l’appel «Non à un retour à la normale» de 200 artistes. On notera, si on a pu lire l’indécent appel jusqu’au bout, qu’il a également été signé par des scientifiques. Ces derniers veulent-ils eux aussi devenir des «famous people»? Vanitas vanitatum et omnia vanitas.

 

L’intrusion de l’écologie d’'idéologie en science

  Plus alarmantes sont les affirmations sans base scientifique, reprises par certains scientifiques, sur la cause du Covid-19 ou sa propagation, dont le «dérèglement» du climat, l’agriculture intensive; les activistes anti-pesticides dénonçant, devinez quoi, «les parallèles évidents entre la crise du coronavirus et l’expansion sans fin des pesticides» (il faut comprendre les pesticides de synthèse, pas ceux utilisés en agriculture biologique!). Cette sélective propagande anti-pesticide a eu, depuis des années, l’appui de scientifiques dont le but de recherche est de montrer l’impact, dogmatiquement présupposé délétère, des éléments entrants dans la production de l’agriculture moderne.

  Alors que l’influence alléguée des industriels est dénoncée en boucle, le mélange de plus en plus problématique entre démarche scientifique et a priori idéologiques l’est rarement. Il a atteint des sommets avec la récente campagne médiatique, initiée par quelques scientifiques sur une «biodiversité maltraitée» qui serait, affirment-ils, la cause de la pandémie actuelle.

 

Le mode de financement actuel de la recherche publique pose problème

  Nous touchons là également à un autre problème majeur, celui du mode de financement actuel de la recherche publique. Sa planification à l’excès, via des appels d’offre d’organismes publics, favorisent les bonimenteurs, ceux qui n’auront aucun scrupule à prétendre que leurs recherches vont d’une manière ou d’une autre «sauver la planète». Si votre sujet de recherche affiché est de documenter le rôle de la biodiversité comme facteur central dans l’émergence des maladies infectieuses, vous vous condamnez à confirmer vos préjugés… pour continuer à recevoir des subsides publics.

 

Des dirigeants scientifiques qui ne distinguent plus le vrai du faux

  Cette organisation perverse de la recherche touche toutes les couches du millefeuille bureaucratique de la science étatique. La compétition de tous contre tous concerne aussi les organismes de recherche et les «Alliances» qui fédèrent la recherche publique française autour de thèmes transversaux. Ainsi on a pu lire «seize dirigeants d’organismes scientifiques», en fait tous membres de l’Alliance pour l’environnement (AllEnvi), s’alignant sur cette information non démontrée: «La pandémie de Covid-19 est étroitement liée à la question de l’environnement».

  De plus, l’inouï battage médiatique sur ce sujet a-t-il pu se mettre en place sans le soutien actif d’un service de communication d’un organisme scientifique?

 

En réalité, il n’existe absolument aucune étude établissant un lien entre la crise actuelle et la biodiversité.

  Ce dernier concept est aujourd’hui utilisé à tort et à travers, comme synonyme de nature. Des animaux maltraités sur un marché en Chine, cela n’a rien à voir avec «la biodiversité». Scientifiquement la biodiversité comporte différents niveaux (diversités de gènes, espèces, écosystèmes, etc.). Il est fallacieux de lier un quelconque phénomène à «la» biodiversité sans en préciser le niveau.

  Il est tout aussi spécieux de vouloir regrouper toutes les maladies qualifiées de zoonoses comme dérivant d’une cause unique. Chacune est un cas particulier. Suivant les maladies, les études suggèrent en fait une participation positive, neutre ou négative du niveau de biodiversité étudié. Ces études restent dans le domaine de la corrélation et non pas de la seule preuve qui vaille, celle de la démonstration d’une cause à effet.

 

Les dérives actuelles de la recherche vont plus loin, pour atteindre les confins de la «méconduite».

  Ainsi, une Note de l’Académie d’agriculture de France intitulée «Santé et alimentation: attention aux faux semblants statistiques! » alerte à bon droit sur «plusieurs études épidémiologiques très médiatisées [qui] déclarent avoir observé des liens statistiques forts entre le risque de cancer et la consommation d’aliments bio ou [à l’inverse] ultra-transformés» mais «dont un examen attentif montre la fragilité…».

  Bien d’autres thèmes sont concernés par une «fragilité», comme les études prétendant prouver que les scientifiques femmes sont discriminées, les rangeant ainsi par idéologie dans une catégorie victimaire.

 

Le diagnostic de la maladie

  La recherche scientifique est donc bien malade, de son organisation bureaucratique, du politiquement correct (préféré à la distinction du vrai et du faux), de l’idéologie écologiste pour certains, et d’une incapacité croissante à penser «hors de la boite» pour remédier à ses problèmes.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 11:13

Adapté et augmenté d'une interview par L’Express du 5/4/2020

Jamais sans doute les scientifiques n'ont été aussi omniprésents que durant cette crise sanitaire. Directeur de recherche au CNRS et enseignant à l'université de Grenoble, Marcel Kuntz se félicite que l'expertise soit de retour en grâce. Mais ce spécialiste des biotechnologies végétales déplore les détournements idéologiques qui sont faits entre coronavirus et cause écologique. Et regrette que la parole scientifique n'ait pas plus été écoutée par les politiques dans des dossiers comme les OGM ou le nucléaire.

 

Thomas Mahler : Du fait de la crise sanitaire, les scientifiques sont omniprésents dans les médias et semblent être au coeur de la décision politique. Faut-il s'en réjouir?


Marcel Kuntz : Les experts ont plutôt fait oeuvre d'explications modestes, avec une écoute généralement bienveillante des journalistes : quand il y a des morts, comme dans cette pandémie, alors la connaissance redevient une valeur. Le relativisme postmoderne en prend un coup !

Sont-ils pour autant au coeur de la décision politique ? Il est trop tôt pour se prononcer.


On notera quand même un inouï battage médiatique pour accréditer que l'apparition des pandémies virales, dont le Covid-19 serait due à une "biodiversité maltraitée". Avec à la manoeuvre une poignée de scientifiques, en l'occurrence tournés vers les milieux naturels. L'idéologie et l'envie frénétique de financement n'ont, semble-t-il, pas disparu (j'interprète : il ne faudrait pas que tout l'argent de la recherche aille dans la santé, au détriment de son propre domaine de recherche !). Les Hommes restent des Hommes... Quant à l'idéologie, qui citer de meilleur que Nicolas Hulot qui y voit "une sorte d'ultimatum de la Nature"  ? En réalité il faut faire la part des choses. En quoi la "grippe espagnole" était-elle due à la perte de biodiversité ? Les oiseaux sauvages sont en cause dans la grippe asiatique et la plus récente grippe aviaire, autrement dit la nature n'est pas forcément bonne.

 

Que pensez-vous de l'action d'un conseil scientifique épaulant directement le gouvernement dans ses décisions concernant cette épidémie?
C'est une forme de com' politique : créer un "comité scientifique" peut crédibiliser l'action gouvernementale, qui en a bien besoin. En réalité, les collaborateurs ministériels auraient été en contact avec des experts même sans ce comité. Je ne peux m'empêcher d'y voir aussi une façon pour le gouvernement de se protéger : le syndrome "sang contaminé" (c'est-à-dire le procès de ministres, dont le Premier à l'époque) obsède les politiciens. Avant tout se protéger ! Pouvoir dire : "nous avons suivi les scientifiques" pourra être une façon de diluer les mises en cause, justes ou injustes, qui ne manqueront pas de venir.

 

Le temps des scientifiques n'est pas celui de l'actualité

Regrettez-vous que la parole scientifique n'ait pas été plus écoutée sur d'autres sujets, tels les OGM ou le nucléaire?
La parole scientifique est prudente : les OGM, pour prendre cet exemple, ne posent pas de problème sanitaire particulier
, mais comme pour toute activité humaine on peut établir une liste de risque théorique, pour les anticiper. Cette approche raisonnée a peu de force par rapport aux discours catastrophistes, et est de plus brouillée par des militants qui se trouvent être aussi scientifiques, et bien plus médiatiques. De plus, le temps des scientifiques n'est pas celui de l'actualité : rappelons que la réfutation finale des allégations erronées de Gilles-Eric Séralini, qui firent la une des médias en septembre 2012 avec ses fameux rats atteints de tumeurs, a dû attendre 2018, le temps de mener de nouvelles études européennes (Lire ma note sur le sujet).

Le plus décevant a été le recul, puis le ralliement des décideurs politiques de tous bords à ces discours, pour des raisons électoralistes. Ce fut le cas aussi sur le nucléaire. Je regrette la perte délibérée de fleurons technologiques français, pour l'agriculture, la santé et la production d'énergie, etc.
A la faveur de la crise actuelle, on vient de s'apercevoir de la dépendance de la France par rapport à la Chine pour des médicaments et autres produits stratégiques. Mais nous alertons depuis vingt ans de notre vassalisation sur les biotechnologies ! Sans avoir su convaincre. Demain des médicaments issus des nouvelles biotechs seront chinois, car l'Europe s'est suicidée sur ces sujets : dans une étude publiée l'année passée,
nous avons recensé pour les Etats-Unis et la Chine (celle-ci étant en train de devenir leader) près de 900 brevets chacun et moins de 200 pour l'Europe entière dans le domaine des nouvelles biotechnologies les plus prometteuses, en premier lieu pour la santé.

 

La sociologie des sciences, dans la lignée de Bruno Latour, a-t-elle fait du tort à la crédibilité des scientifiques?
Cette chapelle de pseudo-sociologie, vraie idéologie, a envahi les institutions scientifiques, les structures de formation des élites, etc.
Son constructivisme, poussé jusqu'à l'absurde, a affirmé que les objets d'étude des scientifiques n'existaient pas en dehors des scientifiques. Et pour être cohérent dans l'absurde : que Ramsès II n'a pas pu mourir de la tuberculose parce que le bacille de Koch n'était pas connu au temps des pharaons ! Machine à non-sens, mais dont le relativisme postmoderne s'est imposé dans une certaine intelligentsia...


Elle a notamment poussé à l'introduction des "parties prenantes" dans toutes les institutions scientifiques qui ont à se prononcer sur les risques. Il faut "faire démocratique" ! Et ces parties prenantes ne sont pas les citoyens ordinaires mais leurs représentants autoproclamés les mieux organisés, les activistes les plus médiatiques (est-il "démocratique" que l'écologie politique monopolise sans partage le thème de la "protection de l'environnement" grâce à leurs puissantes organisations franchisées). Qu'apportent-ils au travail scientifique ? Rien, ils sont là pour le discréditer. La science doit devenir "participative", "citoyenne"! C'est tellement bien-pensant que peu osent s'y opposer !

 

Une initiative comme celle de la Convention pour le climat, qui a tiré au sort 150 citoyens en leur laissant six mois pour se former aux enjeux du réchauffement climatique et formuler des propositions, n'est-elle pas une bonne chose?
C'est un pur produit de l'idéologie postmoderne : toute institution établie étant soupçonnée d'abus de pouvoir, d'être impérialiste, il faut la "déconstruire" et la remplacer par une illusion démocratiste. Ici, un groupe de citoyens plutôt que des institutions scientifiques reconnues. On remarquera d'ailleurs la différence avec le comité d'experts sur le Covid-19 évoqué précédemment !
Cela étant dit, ce type de convention a été inventé par les Scandinaves, qui savent dégager des consensus sociétaux. Car c'est leur culture. Mais pour des Gaulois c'est plus difficile... En fait, les propositions finales seront grandement influencées par le cadrage idéologique initial et par le pouvoir de persuasion des intervenants venus former les citoyens. Mais peut-être serai-je contredit, et l'avis dira que, vu la contribution mineure de la France dans l'émission mondiale de gaz à effet de serre, tout ce qu'elle pourra faire n'aura aucune portée, sauf à développer des nouvelles technologies...

 

Avons-nous aujourd'hui besoin d'un journalisme construit sur des préconceptions?

Comment voyez-vous le rôle de la presse française?

Je n'aime pas les jugements collectifs, donc je ne parlerais pas de "la" presse française. Il y a des journalistes qui ont des convictions politiques sans pour autant perdre une capacité de pensée critique de la doxa (notamment écologiste). La fermeture de la centrale de Fessenheim a ainsi été souvent analysée, avec raison, comme étant politique. D'autres sujets sont traités par des nouveaux Fouquier-Tinville, vrais accusateurs publics dans des journaux "de référence" ou en prime time du "service public" de la télévision...

Avons-nous aujourd'hui besoin d'un journalisme construit sur des préconceptions, où les coupables sont désignés a priori ?
 

Les politiques ont-ils eux aussi une responsabilité dans le discrédit de l'expertise scientifique.

Le dossier "pesticides" est hautement toxique pour les... faits.

D'abord, il faut rappeler que l'agriculture biologique utilise aussi des pesticides, homologués pour ses filières. Et que les produits les plus problématiques, synthétiques ou naturels, ont déjà été progressivement interdits lors des 40 dernières années. Je suis d'autant plus serein pour parler des pesticides que je pense que les biotechnologies peuvent contribuer à réduire encore leur usage ! Mais les biotechs végétales, dont les "méchants" OGM, ont été interdits en France par les politiciens (voir mon livre).

C'est aussi illogique que d'afficher sa volonté de réduire les émissions de CO2 et "en même temps" de réduire la part du nucléaire qui contribue à l'excellent bilan carbone de la production d'électricité française...

devil

Lire aussi dans European Scientist :

Covid-19 : mettre à plat les rapports entre science et politique

 

et ma tribune sur Atlantico sur la construction d'une pensée unique en science

 

et celle dans Le Figaro-Vox:

«Le coronavirus révèle une science malade du militantisme et de l’idéologie»

Partager cet article

Repost0
12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 12:25

LETTRE d'INFORMATIONS sur les PLANTES GENETIQUEMENT MODIFIEES

N° 269.        12 Février 2020

****************************************************************

Citation du jour : « En disant la vérité on peut se faire une très mauvaise réputation » (Proverbe allemand)

Abonnez-vous gratuitement ici       

Lire le n° précédent

 

Sommaire

1. Dans le monde

2. Travaux scientifiques

3. Pesticides

4. Divers

 

1. Dans le monde

---------------------------------------------------------

ATLAS des REGLEMENTATIONS de l'EDITION de GENE dans le MONDE

-----------------------------------------------------------

https://crispr-gene-editing-regs-tracker.geneticliteracyproject.org/

 

--------------------------------------------------------------------

Les GRANDES SOCIETES de BIOTECHNOLOGIE CONTROLENT-elles l'APPROVISIONNEMENT ALIMENTAIRE MONDIAL ?

----------------------------------------------------------------------

Cet article explique que si des grandes sociétés de biotechnologie sont dominantes sur les principaux marchés mondiaux des céréales, il est exagéré de dire qu'elles «contrôlent l'approvisionnement alimentaire mondial». Bayer, DowDupont et plusieurs autres ont un impact majeur sur les marchés du maïs, du soja et du coton, en particulier aux États-Unis. Il est également vrai que les producteurs nord-américains de maïs et de soja peuvent faire face à des choix plus limités en termes de sociétés semencières, mais les agriculteurs ne sont pas obligés d'acheter des semences brevetées. Ils le font parce que ces semences représentent historiquement les meilleures chances de rentabilité, grâce à des rendements plus élevés et à des coûts d'intrants moins élevés.

Il existe de nombreuses autres cultures de base, y compris le blé, et la plupart des fruits et légumes, qui reçoivent actuellement peu ou pas d'attention des principaux acteurs de la biotechnologie. Le développement de cultures issues de l’édition de gène devrait encore renforcer la concurrence sur le marché mondial des semences, les petites entreprises et les universités commençant à concurrencer les entreprises établies grâce à un environnement réglementaire favorable dans de nombreux pays.

https://gmo.geneticliteracyproject.org/FAQ/do-monsanto-and-big-ag-control-crop-research-and-world-food-supply/

 

---------

EUROPE

------------

L'EUROPE CONTINUE à TOURNER EN ROND sur l'EDITION DE GENE.

La nouvelle commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, souhaite plus d'informations sur la question controversée de l'édition de gènes et pour l'instant semble moins enthousiaste que son prédécesseur Vytenis Andriukaitis. Une copie à rendre en … avril 2021

https://www.euractiv.com/section/agriculture-food/news/eu-health-chief-wants-more-information-on-gene-editing-2/

 

COMMENTAIRES sur le GREEN DEAL

Le Pacte Vert pour l'Europe va-t-il proposer des solutions basées sur la science ?

https://www.euractiv.com/section/agriculture-food/news/industry-and-farmers-expect-science-based-solutions-to-deliver-new-green-deal/

Sonny Perdue, le secrétaire d'État américain à l'Agriculture, exprime « une certaine inquiétude quant à la capacité de contrer certaines des ONG dont le but est répandre la peur par une approche basée sur les dangers (potentiels) plutôt que sur les risques » :

https://www.euractiv.com/section/agriculture-food/news/us-agriculture-chief-urges-eu-to-listen-to-science-not-fear-mongering-ngos/

Interrogations sur un retour à l'économie planifiée :

https://www.europeanscientist.com/fr/editors-corner-fr/green-deal-europeen-bienvenue-dans-lere-du-neo-planisme-vert/

 

OPINIONS :

L'Europe, ses peurs et sa chimiophobie :

https://www.europeanscientist.com/fr/redactions-choice-fr/les-annees-2020-sous-le-signe-dune-europe-pro-science-debarrassee-de-ses-peurs-et-de-sa-chimiophobie/

Parlement européen : pas de diversité d’opinion sur la biodiversité

https://www.atlantico.fr/decryptage/3587289/biodiversite--le-parlement-europeen-vote-une-resolution-en-pietinant-toute-diversite-ideologique-europe-ideologie-environnement-marcel-kuntz-christian-leveque-  

 

-----------

FRANCE

-----------

MUTAGENESE : DÉCISION CONTENTIEUSE du CONSEIL d'ETAT du 7 FÉVRIER 2020

« Certains organismes obtenus par mutagenèse doivent respecter la réglementation OGM »

Le Communiqué du Conseil d'Etat :

https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/certains-organismes-obtenus-par-mutagenese-doivent-respecter-la-reglementation-ogm

Le texte complet :

https://www.conseil-etat.fr/Media/actualites/documents/2020/02-fevrier/decision-388649

Une décision qui s'appuie sur l'arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne en 2018

http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?docid=204387&doclang=FR

mais va plus loin. LIRE DEUX ANALYSES :

https://www.usinenouvelle.com/article/quatre-questions-pour-comprendre-la-decision-du-conseil-d-etat-sur-les-ogm-caches.N927809

https://www.contrepoints.org/2020/02/12/364164-ogm-le-marteau-pilon-du-conseil-detat-sabat-sur-linnovation-i

Pour le Conseil d'Etat : « Cela pourra amener en pratique à retirer les variétés concernées du catalogue et à en suspendre la culture ».

Le communiqué du GNIS :

https://www.gnis.fr/communique/la-decision-du-conseil-detat-freinera-linnovation-et-la-competitivite-agricole-francaise/

 

ALERTE sur la LIBERTE de la RECHERCHE.

Dans certains secteurs, la liberté de chercher n'existe plus. « Des pans de la recherche française sont devenus tabous », s'alerte l'enseignante-chercheure Agnès Ricroch dans l'Opinion du 2 janvier 2020

https://www.academie-agriculture.fr/sites/default/files/agenda/020120lopinionpar0801.pdf

 

CENSURES contre le FILM FOOD EVOLUTION

Le dossier « une diffusion impossible »

https://drive.google.com/file/d/1PbZ8LahkOMTfjt2iI3SqMMgt-_FJJ5s5/view

En résumé :

http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/2020/01/food-evolution.html

Commentaires :

https://www.agriculture-environnement.fr/2020/01/09/documentaire-food-evolution-une-censure-previsible

Bande annonce du film :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19581197&cfilm=256811.html

 

----------------

ETATS-UNIS

----------------

Nouveau site pour tout savoir sur la réglementation des biotechs aux Etats-Unis

https://usbiotechnologyregulation.mrp.usda.gov/biotechnologygov/home/

 

ERREMENTS sur le DICAMBA

Les graines de variétés tolérant cet herbicide avaient été approuvées par l'USDA, mais l'approbation était basée sur les formulations spéciales de dicamba à faible volatilité auxquelles elles étaient censées être associées. L'approbation de ces formulations par l'EPA n'est pas arrivée à temps et le dicamba qui était effectivement utilisé n'était pas celui approuvé par l'EPA.

Les choses ne se sont pas améliorées en 2017 avec l'arrivée des nouvelles formulations : les rapports de dommages aux cultures dus à la dérive du champ voisin traité persistent :

https://geneticliteracyproject.org/2020/02/03/farmer-vs-farmer-after-tens-of-thousands-of-acres-of-crop-damage-what-are-we-to-make-of-the-dicamba-debacle/

 

--------------

COLOMBIE

--------------

Depuis la première plantation de cotonnier GM en Colombie en 2003, un total de 1,07 million d'hectares a été planté en cotonniers et en maïs. Selon une étude qui évalue les impacts économiques et environnementaux, les agriculteurs ont bénéficié d'une augmentation de revenus de 301,7 millions de dollars au total. Ces gains seraient principalement dus à des rendements plus élevés : + 30,2% en utilisant des cotonniers empilés (tolérant à des herbicides et résistant à des insectes) et + 17,4% en utilisant des maïs empilés. Ces technologies ont réduit la pulvérisation d'insecticides et d'herbicides de 19% et, par conséquent, l'impact environnemental associé, et ont également diminué l'utilisation de carburant.

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/21645698.2020.1715156

A noter que le pays a élaboré une réglementation et des normes solides pour accompagner ces cultures, mais que le Parlement veut imposer l'étiquetage et même l'interdiction de planter des semences GM.

 

---------

CHINE

--------

La Chine semble sur la voie de délivrer un certificat d'autorisation au soja SHZD32-01 développé par l'Université de Shanghai Jiaotong. S'il est approuvé, il deviendra la première culture de soja GM de Chine à recevoir un tel certificat, une première étape vers une production commercialisée.

https://www.brecorder.com/2020/01/02/558067/china-plans-to-issue-biosafety-certificates-to-domestic-gm-soyabean-corn/

 

----------

KÉNYA

----------

Sans lever l'interdiction générale des cultures GM de 2012, les cotonniers Bt GM résistant à des insectes ont été autorisés pour usage commercial. D'autres cultures GM pourraient être examinées au cas par cas.

https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2019/12/kenyas-bt-cotton-approval-opens-door-to-other-gmo-crops/

 

------------

NIGERIA

--------------

Le pays se prépare pour deux cultures GM pour la campagne 2020 :

http://seppi.over-blog.com/2020/02/le-nigeria-se-prepare-pour-deux-cultures-gm-pour-la-campagne-2020.html

 

------------------

PHILIPPINES

-----------------

Les Philippines autorisent le Riz Doré pour une utilisation directe dans l'alimentation humaine ou animale, ou pour la transformation. Le pays deviendrait le premier à mettre à la disposition du public ce riz enrichi en pro-vitamine A :

https://www.irri.org/news-and-events/news/philippines-approves-golden-rice-direct-use-food-and-feed-orprocessing

Greenpeace Philippines tente à nouveau de faire dérailler le processus : https://geneticliteracyproject.org/2020/01/29/viewpoint-on-the-wrong-side-of-humanity-and-science-greenpeace-philippines-launches-last-gasp-effort-to-derail-gmo-golden-rice-approval/

Point de vue: au moins 200 000 personnes meurent chaque année en conséquence de la non-autorisation du Riz Doré

https://geneticliteracyproject.org/2020/01/09/viewpoint-at-least-200000-people-die-every-year-gmo-golden-rice-is-kept-off-the-market/

 

2. Travaux scientifiques

-------------------------------------

EVALUATION des RISQUES

------------------------------------

NOUVELLE CONFIRMATION de la SURETE du RIZ DORE

La caractérisation moléculaire de l'ADN introduit dans la lignée GR2E de ce riz biofortifié en provitamine A a confirmé l'insertion d'une copie unique de l'ADN de transfert dans le génome et son héritage en tant que locus unique. Le séquençage nucléotidique de l'ADN inséré a confirmé qu'il a été introduit sans autres modifications. Les protéines nouvellement synthétisées n'ont pas montré de similitude de séquence avec les allergènes ou les toxines, et ont été rapidement digérées dans du liquide gastrique simulé et leur activité enzymatique a été inhibée lors d'un traitement thermique. Les tests de toxicité orale aiguë de ces protéines chez la souris ont démontré l'absence d'effets indésirables. Ces preuves ont confirmé l'absence de danger identifiable pour les deux protéines et, en combinaison avec d'autres analyses comparatives existantes, ont fourni l'assurance que les aliments dérivés de ce riz sont sûrs.

La publication

Oliva, N., Florida Cueto-Reaño, M., Trijatmiko, K.R. et al.(2020): Molecular characterization and safety assessment of biofortified provitamin A rice. Sci Rep 10, 1376

https://www.nature.com/articles/s41598-020-57669-5.pdf

 

PROTEINES BT EMPILEES : AUCUN NOUVEAU RISQUE pour les ARTHROPODES NON CIBLES

Les auteurs ont examiné la littérature scientifique pour déterminer si de multiples protéines insecticides produites ensemble par des cultures GM pourraient interagir de manière inattendue et représenter de nouvelles menaces pour la biodiversité et les organismes non cibles.

La publication

Romeis J. and Meissle M. (2019): Stacked Bt Proteins Pose No New Risks to Nontarget Arthropods. Trends in Biotechnology

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S016777991930294X

 

TRAVAUX de l'EFSA

EFSA GMO Panel (2020): Scientific Opinion on the assessment of genetically modified soybean SYHT0H2 for food and feed uses, import and processing. EFSA Journal 18(1):5946, 29 pp. https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2020.5946

Les minutes de la réunion du groupe OGM du 29-30 janvier 2020 :

http://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/event/135th-plenary-meeting-gmo-panel-minutes.pdf

 

---------------------------------------

SEQUENCAGE de GENOMES

--------------------------------------

Le GENOME du LUPIN BLANC SEQUENCE grâce à la collaboration de onze laboratoires français et étrangers

https://www.terre-net.fr/observatoire-technique-culturale/strategie-technique-culturale/article/le-genome-du-lupin-blanc-enfin-sequence-217-165910.html

SEQUENCAGE de GENOMES de COLZA CANOLA

Un consortium de labos universitaires et de sociétés semencières mondiales, des États-Unis, du Canada, d'Europe et d'Israël, annonce l'achèvement de plusieurs génomes de référence colza / canola. Ces génomes sont nécessaires pour améliorer la qualité et le rendement de cette importante culture oléagineuse.

https://www.nrgene.com/press-releases/publication-of-rapeseed-genome-assemblies/

SEQUENÇAGE du GENOME du RIZ BASMATI

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2020-02/nyu-nss013120.php

 

----------------------------

EDITION DE GENES

---------------------------

CRISPR-CAS9, un OUTIL pour AMELIORER la CAPACITE NATURELLE des CELLULES T HUMAINES à COMBATTRE le CANCER.

Une publication rapporte un premier essai clinique de phase I chez l'homme pour tester l'innocuité et la faisabilité du montage multiplex CRISPRCas9 pour concevoir des cellules T chez trois patients atteints d'un cancer réfractaire. Le transfert adoptif de cellules T modifiées chez les patients a entraîné une greffe durable avec des modifications aux trois loci génomiques visés. Bien que des translocations chromosomiques aient été détectées, la fréquence a diminué avec le temps. Les cellules T modifiées ont persisté jusqu'à 9 mois, ce qui suggère que l'immunogénicité est minime dans ces conditions et démontre la faisabilité de l'édition génique CRISPR pour l'immunothérapie contre le cancer.

La publication :

Stadtmauer et al. CRISPR-engineered T cells in patients with refractory cancer. Science (2020): eaba7365

https://science.sciencemag.org/content/early/2020/02/05/science.aba7365

 

Dans une autre étude, les chercheurs ont utilisé le criblage CRISPR-Cas9 pour découvrir un nouveau type de récepteur des cellules T, ce qui pourrait ouvrir la voie à un nouveau type de thérapie contre le cancer, grâce à des cellules T qui peuvent attaquer une gamme variée de cancers chez les patients humains sans nécessiter de traitement personnalisé.

https://www.sciencealert.com/new-t-cell-therapy-kills-most-human-cancer-types-and-might-work-across-individuals

La publication :

Crowther et al. Genome-wide CRISPR–Cas9 screening reveals ubiquitous T cell cancer targeting via the monomorphic MHC class I-related protein MR1. Nature Immunology (2020)

https://www.nature.com/articles/s41590-019-0578-8

 

EDITION et CREATION de CELLULES SOUCHES chez les PLANTES

Des méthodes pour induire des cellules végétales somatiques « éditées » à former des méristèmes contournent l'étape lourde de culture de tissus et permettent la modification du génome d'un ensemble plus large d'espèces végétales.

La publication :

Plant gene editing through de novo induction of meristems    Nature Biotech. 38:84 - 89

Michael F. Maher, Ryan A. Nasti, Macy Vollbrecht, Colby G. Starker, Matthew D. Clarket al.

https://www.nature.com/articles/s41587-019-0337-2

 

Une COMPILATION rassemble une liste d'événements marquants et la couverture médiatique des trois dernières décennies, axées principalement sur CRISPR

https://medium.com/@ITIF/pivotal-recent-developments-in-gene-editing-3466988d16b0

 

POURQUOI la LEGISLATION EUROPEENNE n'est PLUS ADAPTEE aux NOUVELLES BIOTECHNOLOGIES

Dans une décision de 2018, la CJUE a déclaré que les organismes modifiés par édition de gènes (NBT) ne sont pas exemptés de la législation actuelle de l'UE sur les OGM. La décision a été prise dans un contexte de sélection végétale conventionnelle utilisant la mutagenèse des plantes cultivées par des traitements physiques ou chimiques. Ces plantes sont explicitement exemptées de la législation de l'UE sur les OGM, basée sur l'utilisation à long terme de la mutagenèse. À la suite de sa décision, la Cour européenne considère que les NBT fonctionnent «à un rythme hors de proportion avec ceux résultant de l'application des méthodes conventionnelles de mutagenèse». Cet article soutient qu'en fait ce n'est plus le cas : une convergence a eu lieu entre la mutagenèse conventionnelle et les NBT, en particulier en raison des possibilités des méthodes TILLING qui permettent la détection rapide des mutations dans n'importe quel gène d'un génome. Ainsi, par les deux stratégies, des mutations dans n'importe quel gène à travers le génome peuvent être obtenues à une vitesse assez élevée. Cependant, les différences entre les stratégies sont 1) la précision du site exact de mutation dans un gène cible, et 2) le nombre de mutations hors cible affectant d'autres gènes que le gène cible. Les deux aspects favorisent les méthodes NBT, qui fournissent plus de précision et moins de mutations hors cible. Cela contraste fortement avec le statut différent des deux technologies par rapport à la législation européenne sur les OGM. À l'avenir, cette situation n'est pas durable pour l'industrie européenne de la sélection végétale, car il est prévu que les restrictions sur l'utilisation des NBT seront plus faibles en dehors de l'Europe. Cela appelle à reconsidérer la législation de l'UE sur les plantes générées par mutagenèse NBT

La publication

Holme I.B., Gregersen P.L. and Brinch-Pedersen H. (2019): Induced Genetic Variation in Crop Plants by Random or Targeted Mutagenesis: Convergence and Differences. Front. Plant Sci. | https://doi.org/10.3389/fpls.2019.01468

 

-------------------------------------------------------------------------------

La SELECTION DES PLANTES a AUGMENTE la DIVERSITE des TOMATES CULTIVEES

-----------------------------------------------------------------------------

La publication a étudié la dynamique de la diversité des variétés de tomates en serre dans le nord-ouest de l'Europe au cours des sept dernières décennies. La diversité génétique était très faible au cours des années 1960, mais elle est maintenant huit fois plus élevée.  La pression exercée depuis les années 1970 pour appliquer moins de pesticides a conduit à l'introgression de nombreuses résistances aux maladies de parents sauvages, ce qui représente le premier coup de pouce de la diversité génétique. En Europe, un deuxième coup de pouce s'en est suivi, largement tiré par les médias populaires allemands qui ont dénoncé les tomates sans goût, entrainant la sélection pour la saveur des fruits, augmentant encore la diversité depuis les années 1990.

La publication:

Schouten H.J., Tikunov Y., Verkerke W., Finkers R., Bovy A., Bai Y., Visser R.G.F. (2019): Breeding Has Increased the Diversity of Cultivated Tomato in The Netherlands. Front. Plant Sci. | 10:1606.

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpls.2019.01606/full

 

3. Pesticides

---------------

ECLAIRAGES sur quelques FAKE NEWS

---------------

https://fakenewsfrance.com/2020/01/27/il-y-a-de-plus-en-plus-de-pesticides-en-france-selon-capital-sur-m6-fake-news/

https://fakenewsfrance.com/2020/01/05/nombreuses-fake-news-dans-une-emission-darte-sur-la-mecanisation-de-lagriculture/

 

------------------

GLYPHOSATE

-------------------

L'EPA a terminé son examen réglementaire du glyphosate - l'herbicide le plus utilisé aux États-Unis. Après un examen approfondi des meilleures données scientifiques disponibles, comme l'exige la loi fédérale sur les insecticides, les fongicides et les rodenticides, l'EPA a conclu qu'il n'y a aucune préoccupation particulière pour la santé humaine lorsque le glyphosate est utilisé conformément aux recommandations, et qu'il n'est pas un cancérigène.

https://www.epa.gov/pesticides/epa-finalizes-glyphosate-mitigation

 

REBONDISSEMENT : arrestation de l'avocat américain Timothy Litzenburg pour chantage et tentative d'extorsion de fonds,

https://www.justice.gov/opa/pr/virginia-attorney-arrested-engaging-scheme-extort-public-company

Un nouveau chapitre de l'affaire du glyphosate mettant en lumière les pratiques peu vertueuses des cabinets d'avocats spécialisés dans les actions collectives (ici contre Bayer) :

https://www.agriculture-environnement.fr/2020/01/13/inculpation-du-tombeur-de-monsanto

 

LIVRE : Glyphosate l'impossible débat. Intox, mensonges et billets verts

de Gil Rivière Wekstein (Le Publieur)

https://www.lepublieur.com/livre/Glyphosate-impossible-debat-pesticides-gil-riviere-wekstein-flaysakier/

Lire la préface de Jean-Daniel Flaysakier :

https://www.lepublieur.com/fichier/extrait/18290/Extrait_Glyphosate.pdf

 

------

SDHI

------

La campagne contre ces fongicides avait pris de l'ampleur suite à cette publication :

Evolutionarily conserved susceptibility of the mitochondrial respiratory chain to SDHI pesticides and its consequence on the impact of SDHIs on human cultured cells. Paule Bénit, Agathe Kahn, Dominique Chrétien, Sylvie Bortoli, Laurence Huc, Manuel Schiff, Anne-Paule Gimenez-Roqueplo, Judith Favier, Pierre Gressens, Malgorzata Rak et Pierre Rustin. PLOS ONE, le 7 novembre 2019.

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0224132

La couverture par la com’ du CNRS :

http://www.cnrs.fr/fr/les-fongicides-sdhi-sont-toxiques-pour-les-cellules-humaines

https://lejournal.cnrs.fr/articles/appliquer-le-principe-de-precaution-a-legard-des-sdhi

 

Une vidéo explique les libertés prises par la publication :

https://www.youtube.com/watch?v=BQL9da6qENw

La position de l'ANSES : « A ce jour, aucun nouvel élément n'est venu confirmer l'existence d'une alerte sanitaire qui conduirait au retrait des autorisations de mise sur le marché en vigueur »

https://www.anses.fr/fr/content/fongicides-sdhi

Ce qui vaut à l'ANSES d'être attaquée par les anti-pesticides, sur fond de pétition :

https://www.jim.fr/e-docs/fongicides_sdih_remise_en_cause_de_levaluation_de_lanses_181435/document_actu_pro.phtml

 

Commentaires :

https://www.lopinion.fr/edition/economie/sdhi-nouvelle-lubie-lobby-anti-pesticides-209811

https://www.lepoint.fr/sante/pesticides-sdhi-vrai-scandale-ou-fausse-alerte-28-01-2020-2359950_40.php#xtor=RSS-289

http://seppi.over-blog.com/2020/01/fongicides-sdhi-nouvelle-escalade-dans-le-bombardement-activiste.html

https://www.contrepoints.org/2020/01/28/363069-pas-de-panique-ni-la-france-ni-la-planete-ne-sappellent-titanic

Le Collectif Science-Technologies-Actions déplore l'instrumentalisation abusive d'une recherche scientifique et d'une communication peu respectueuses des faits : https://sciencetechaction.tumblr.com/post/190769618635/fongicides-sdhi-pour-une-recherche-et-une

 

L'OPECST a organisé le 23 janvier 2020 une audition concernant les fongicides SDHI :

http://videos.senat.fr/video.1494201_5e2788cf925bd.audition-pleniere---fongicides-sdhi

 

4. Divers

----------------------------------------------

NOTES FONDAPOL sur les BIOTECHS

-----------------------------------------------

Des outils de modification du génome au service de la santé humaine et animale :

http://www.fondapol.org/etude/des-outils-de-modification-du-genome-au-service-de-la-sante-humaine-et-animale/

Des plantes biotech au service de la santé du végétal et de l'environnement :

http://www.fondapol.org/etude/des-plantes-biotech-au-service-de-la-sante-du-vegetal-et-de-lenvironnement/

OGM et produits d'édition du génome, enjeux réglementaires et géopolitiques :

http://www.fondapol.org/etude/ogm-et-produits-dedition-du-genome-enjeux-reglementaires-et-geopolitiques/

Les biotechnologies en Chine, un état des lieux :

http://www.fondapol.org/etude/les-biotechnologies-en-chine-un-etat-des-lieux/

L'affaire Séralini, l'impasse d'une science militante :

http://www.fondapol.org/etude/laffaire-seralini-limpasse-dune-science-militante/

 

-------------------------------------------------------------------------

La BIOTECHNOLOGIE VEGETALE dans un MONDE GLOBALISE et de DANGER pour l'ENVIRONNEMENT

-------------------------------------------------------------------------

Cet article défend une agriculture fondée sur la science et met en lumière la manière dont les réalisations scientifiques sont à la base de la civilisation moderne. Un aperçu de la littérature sur les innovations en biotechnologie végétale et la nécessité d'orienter l'agriculture vers la durabilité introduit une série de perspectives sur la façon dont la biotechnologie végétale peut contribuer au défi majeur de nourrir notre super population avec suffisamment d'aliments nutritifs sans compromettre davantage l'environnement. Trois forces majeures - la science, l'économie et la société - façonnent notre monde moderne. Il faut un nouveau contrat social pour harmoniser ces forces. Le déploiement des technologies doit se faire sur la base de valeurs éthiques et morales.

La publication:

Van Montagu M. (2019): The future of plant biotechnology in a globalized and environmentally endangered world. Genet. Mol. Biol. 43

https://www.academicoo.com/artigo/the-future-of-plant-biotechnology-in-a-globalized-and-environmentally-endangered-world

 

-------------------------------------------------------------------

STOCKER LES MÉGADONNÉES DANS UN MONDE FINI

--------------------------------------------------------------------

Publication de l'Académie des Technologies :

Les "centres de données", “cloud” inclus, stockent les mégadonnées numériques de l'humanité sur des disques durs et bandes magnétiques dont la durée de vie est très limitée ; ils représentent des "gouffres" pour les ressources en terrain, électricité et eau. En comparaison, le stockage à l'échelle infra-moléculaire, en particulier sur l'ADN, permettrait une densité supérieure d'un facteur 10 millions, une conservation prolongée d'un facteur 10 mille, pour une consommation électrique quasi-nulle.

https://www.academie-technologies.fr/blog/categories/autres-publications/posts/stocker-les-megadonnees-dans-un-monde-fini

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2020 1 06 /01 /janvier /2020 12:27

Adapté d'un article d'Emmanuelle Ducros dans L'Opinion

 

Food evolution est un film américain sorti en 2017, réalisé par Scott Hamilton Kennedy. Il s’attaque à un sujet controversé : les OGM. Le documentaire a choisi de démonter les mécanismes de diabolisation de cette technologie et met en avant ses avantages pour mieux nourrir une population mondiale croissante. Ses mésaventures, depuis sa sortie en France, mettent en lumière le tabou oppressant sur les OGM dans l’espace public.

 

« Naïfs ? Nous l’étions lorsque nous avons décidé de promouvoir Food evolution en France. » Eddy Agnassia, un des responsables de 2iFilms, jeune société de distribution cinématographique née en février 2018, a découvert le documentaire au festival de Cannes en mai 2018. « Pour notre premier film, nous voulions un long-métrage “sociétal”. […]

Avec Food evolution, nous voulions participer au pluralisme des idées sur les défis alimentaires. Nous étions loin de nous douter de ce qui allait suivre. »

Un an et demi après avoir pris en main le destin de Food evolution, la petite entreprise déchante. Tous les éléments semblaient pourtant réunis pour un succès. Le réalisateur, Scott Hamilton Kennedy, a été nominé aux Oscars en 2009 pour un autre film, The Garden. Le documentaire, sorti en 2017 et financé par un organisme scientifique à but non lucratif, l’Institute of food technologists, a bien fonctionné aux Etats-Unis. [...] Le film est, certes, scénarisé « à l’américaine », émotionnel dans sa défense des OGM, mais il est bien construit, intéressant. Il est factuel, rigoureux et démontre, preuves à l’appui, que le débat a été distordu par une redoutable machine à désinformer.

Il s’ouvre, d’ailleurs, sur une affaire célèbre, celle de la papaye rainbow. Ce fruit génétiquement modifié a déchaîné les passions à Hawaï où il a sauvé la production fruitière, anéantie par un parasite redoutable. « Nous savions que nous nous exposions aux controverses, commente Eddy Agnassia. Netflix avait d’ailleurs refusé le documentaire pour cette raison… Mais nous avons décidé de faire un choix contrariant. Le cinéma sert à cela. »

Art et essai.  Le film a bien obtenu un visa d’exploitation du ministère de la Culture en novembre 2018. Mais il devra se passer de la recommandation « Art et essai », pourtant libéralement distribuée, et qui permet l’accès à un réseau de 1 200 salles indépendantes. « Une grande déception, alors que le film remplit toutes les conditions pour être recommandé : qualité, nouveauté du sujet...[…]... Pour nous, il s’agit d’une sanction pure et simple d’un sujet tabou, les OGM. » […]

Des pressions pour que le film ne soit pas montré

Faute d’estampille, les promoteurs du film doivent batailler pour qu’il soit vu. Démarcher salle par salle. Essuyer des refus cinglants. Un mail du responsable de la programmation d’une salle alsacienne assène par exemple : « Il va à l’encontre des valeurs que nous défendons [de programmer] un documentaire pas assez objectif, trop pro-OGM et pesticides ».

Finalement, Food evolution n’a été programmé qu’une soixantaine de fois en France l’an dernier, dans 49 salles. Il a été écarté systématiquement des festivals consacrés à l’alimentation ou à l’agriculture, dans lesquels il aurait pu pourtant avoir un rôle appréciable de contrepoint aux théories « mainstream » sur l’agroécologisme.

« Des associations comme Générations futures, des mouvements comme les Faucheurs volontaires ont fait systématiquement pression sur les programmateurs pour que le film ne soit pas montré, dénonce Eddy Agnassia. Ils confisquent le débat. Nous ne comptons plus les défections, les réponses alambiquées. Cela dépasse Food evolution : il n’y a plus de place pour les idées contradictoires. » […]

Une diffusion à la télévision française en 2020 ?

Ce qui est inquiétant, c’est que le débat ouvert est difficile, y compris là où il devrait foisonner. La première projection du film en France, à AgroParisTech, la grande école française d’agronomie, le 27 novembre 2018, le démontre. « Le réalisateur était là, l’amphithéâtre comble, se souvient Augustin Chazal, secrétaire général de l’Institut Sapiens, qui a parrainé la soirée. Nous nous attendions à un accueil intéressé. Nous avons été étonnés par la méfiance d’une partie des étudiants. Certains ont reproché au réalisateur un parti pris pro-OGM, non scientifique… alors qu’ils ne sont pas choqués que les films anti-OGM soient si nombreux, si univoques, si peu scientifiques ! Moi qui suis ingénieur agronome, j’ai été surpris de manifestations d’une hostilité intrinsèque à la technologie. »

Le destin de Food evolution au cinéma semble scellé. « La sortie commerciale est un échec, les pertes lourdes, constate Eddy Agnassia. Néanmoins, nous restons confiants avec la prochaine exploitation du film en VOD sur la plateforme Vimeo et une probable diffusion à la télévision française en 2020. »

«Après une soirée de débat, 30 % à 40 % des gens sont moins enclins à croire des thèses toutes faites»

Gil Kressmann, de l’Association française des biotechnologies végétales, qui a animé une dizaine de soirées débat consécutives à la diffusion de Food evolution, se veut optimiste. « Le film est, certes, parfois accueilli de façon agressive, surtout en milieu urbain. Mais souvent, il provoque une prise de conscience de la complexité du sujet, un questionnement. Des spectateurs découvrent l’existence d’un lobby du bio et de ses outrances.

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 11:59

LETTRE d'INFORMATIONS sur les PLANTES GENETIQUEMENT MODIFIEES

N° 268.        16 décembre 2019

****************************************************************

Citation du jour : « La vérité a la vie dure. Sans doute parce qu'elle n'est pas pressée », Jean Dutourd.

 

Abonnez-vous gratuitement ici :

https://listes.univ-grenoble-alpes.fr/sympa/subscribe/lpcv-lettreinfopgm        

 

Lire le n° précédent) :

http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/2019/09/lettreinfopgm_267.html

 

Sommaire

1. L'ère de la post-vérité

2. Dans le monde

3. Evaluations scientifiques

4. Gene editing (réécriture de gènes) et gene drive (forçage génétique)

5. Divers

 

 

1. L'ère de la post-vérité

-------------------------------

OGM, MYTHES et FAITS

---------------------------------

https://gmoanswers.com/gmo-myths-vs-facts

Et aussi, les 10  meilleures contre-vérités:

http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/2019/10/meilleures-contreverites-sur-ogm.html

 

-------------------------------------------------------------

MONETISER la DESINFORMATION sur les OGM

--------------------------------------------------------------

Pour que les marques de produits, les idées ou les campagnes gagnent du terrain sur les plateformes de médias sociaux, elles doivent attirer l'attention. Cela est souvent accompli en créant et en diffusant des informations convaincantes, voire de la désinformation. La monétisation de la désinformation est explorée à travers une étude de cas sur les OGM et l'analyse d'un ensemble de données de 94 993 articles en ligne uniques. Les résultats préliminaires suggèrent qu'un petit groupe de sites de santé alternative et pro-complot a reçu plus d'engagements totaux sur les réseaux sociaux que les sites généralement considérés comme des médias. Les autres externalités observées comprennent la croissance de produits et d'approches marketing supplémentaires tels que le «sans OGM».

La publication:

Monetizing disinformation in the attention economy: The case of genetically modified organisms (GMOs) Camille D.Ryan, Andrew J.Schaul, Ryan Butner, John T.Swarthout

European Management Journal, Available online 29 November 2019

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0263237319301446

 

A lire également sur l'influence des réseaux sociaux:

https://geneticliteracyproject.org/2019/12/10/natural-health-and-conspiracy-sites-exploit-social-media-to-fester-opposition-to-gmo-crops-heres-a-study-about-what-can-be-done-to-stop-it/

 

---------------------------------------------------

La SCIENCE en PLEINE TURBULENCE

---------------------------------------------------

La science suscite de nombreuses critiques, que ce soit à cause de recherches falsifiées, de « journaux prédateurs » ou à cause de résultats controversés ou impopulaires. C'est aussi une cible de fake news. Comment la science peut-elle s'affirmer en période de fake news ?

https://leblogaa.blogspot.com/2019/12/la-science-en-pleine-turbulence.html

 

-----------------------------------------------------------------------

GLYPHOSATE  : DÉSINFORMATION et MENSONGE D'ETAT

-----------------------------------------------------------------------

Par Gérard Kafadaroff, André Fougeroux, Jean-François Proust, Philippe Joudrier

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/glyphosate-desinformation-et-mensonge-d-etat-833941.html

Ce qui rappelle un autre mensonge d'Etat :

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/interdiction-des-mais-ogm-en-france-un-mensonge-d-etat-506084.html

Lire aussi :

http://seppi.over-blog.com/2019/11/la-farce-des-tests-au-glyphosate-dans-le-mensuel-du-morbihan.html  

 

2. Dans le monde

-----------------

EUROPE

----------------

La Commission a autorisé 8 nouveaux OGM à l'importation :

https://www.eureporter.co/frontpage/2019/11/29/commission-authorizes-eight-geneticallymodifiedproducts-for-food-and-feed-uses/

 

Du surplace sur les nouvelles biotechs ?

L'UE a demandé une étude à la Commission afin de clarifier la situation créée par la décision de la Cour de justice de l'Union Européenne en 2018 qui a modifié la manière dont la technologie d'édition génétique devrait être traitée en vertu du droit de l'UE. L'étude devra être soumise d'ici avril 2021.

http://eu-policies.com/news/eu-calls-study-justify-2018-gene-editing-legislation/

Commentaires :

http://seppi.over-blog.com/2019/12/la-commission-europeenne-von-der-leyen-delivrera-t-elle-sur-les-nbt-et-d-autres-innovations-technologiques.html

 

Dans le Pacte Vert (Green Deal) pour l’Europe, la politique « De la ferme à la table » reste floue : https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/fs_19_6727

 

Solutions innovantes pour la régulation des cultures GM à l'époque de l'édition des gènes. Par Klaus Ammann

http://www.ask-force.org/web/Rajastan/Ammann-Regulation-of-GM-crops-needs-Renovation-20191130-fulltext.pdf

 

Pour l'ancien Commissaire européen V. Andriukaitis, l'UE doit rester un acteur clé dans le domaine des semences et des nouvelles technologies sur les plantes :

https://european-seed.com/2019/09/the-eu-must-remain-a-key-actor-in-the-area-of-seeds-and-new-technologies-in-plants/

 

Fuir la science sans raison: le dilemme du Parlement européen sur les OGM

par Beat Späth (Europabio)

https://www.euractiv.com/section/agriculture-food/opinion/senselessly-shunning-science-the-eu-parliaments-gmo-dilemma/

 

Utiliser les OGM pour atteindre les objectifs de développement durable de l'ONU ?

(Europe must embrace GMOs to address the UN SDGs). Par J.D.G. Jones J.D.G.

https://www.theparliamentmagazine.eu/printpdf/9357

 

Exporter les peurs du progrès, en importer les fruits…. un destin européen ?

Par Jean-Paul Oury

https://www.europeanscientist.com/fr/editors-corner-fr/exporter-les-peurs-du-progres-en-importer-les-fruits-un-destin-europeen/

Et aussi : l'UE met son agriculture et son autonomie alimentaire en danger si elle n'adopte pas rapidement les nouvelles biotechnologies, selon l'AFBV :

https://www.biotechnologies-vegetales.com/communique_de_presse_2019-10-17

 

-------------

FRANCE

-------------

Limagrain veut avoir accès aux dernières technologies génomiques.

Dans un communiqué de presse publié le 9 décembre 2019, le semencier Vilmorin (groupe Limagrain), annonce la signature d'un accord en matière de technique d'édition de génome, avec la société Corteva Agriscience et le Broad Institute du MIT et de Harvard aux États-Unis.

Le semencier français aura accès à des brevets concernant les techniques d'édition de génome, notamment CRISPR-Cas9 pour ses activités en semence de grandes cultures et semences potagères.

https://www.cultivar.fr/sinformer/vilmorin-cie-va-deployer-la-technologie-crispr-cas9-pour-ses-activites-de-semences

 

Bayer travaille sa communication

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/bayer-s-engage-a-atteindre-la-neutralite-carbone-d-ici-2030-835045.html

 

Des activistes anti-OGM ont bloqué le 6 décembre 2019 le port de commerce de Brest pour empêcher l'importation de soja en provenance du continent américain. Ils ont endommagé des installations et perturbé le fonctionnement de l'usine Bunge. Un groupe de personnes s'est introduit dans l'enceinte du port et a coupé des tapis d'approvisionnement des silos.

http://www.lafranceagricole.fr/actualites/cultures/faucheurs-volontaires-des-militants-sattaquent-aux-importations-de-soja-ogm-1,11,524676411.html

 

Comment le terme "agribashing" s'est imposé dans l'espace public. Par Eddy Fougier

https://www.huffingtonpost.fr/entry/comment-le-terme-agribashing-sest-impose-dans-lespace-public_fr_5dea5fe6e4b0913e6f8ee7f4

 

Judiciarisation et politisation de l'évaluation des risques : l'ANSES renonce à son avis.

L'Anses prend acte de la décision du tribunal administratif de Nice d'annuler les autorisations de mise sur le marché des insecticides « Transform » et « Closer » à base de sulfoxaflor, une substance active homologuée par la Commission européenne.

Pour ces autorisations, qu'elle avait délivrées le 27 septembre 2017, comme pour l'ensemble des autorisations de mise sur le marché de produits phytosanitaires, l'Anses rappelle qu'elle applique strictement le cadre réglementaire européen en prenant en compte l'ensemble de la littérature scientifique disponible. Ce cadre implique une évaluation scientifique des risques et la mise en place, dès que nécessaire, de mesures de protection appropriées, en pleine application du principe de précaution.

Le gouvernement ayant décidé d'interdire l’utilisation du sulfoxaflor et de la flupyradifurone, deux substances actives phytopharmaceutiques au mode d'action identique aux néonicotinoïdes, en application de la loi EGAlim, l'Anses ne fera pas appel du jugement du tribunal de Nice.

https://www.anses.fr/fr/content/jugement-du-tribunal-administratif-de-nice-l%E2%80%99anses-retire-les-autorisations-de-mise-sur-le-0

 

-----------------

ALLEMAGNE

------------------

Les académies des sciences et la Fondation allemande pour la recherche appellent les législateurs européens à repenser la réglementation des plantes obtenues par édition génome.

https://www.leopoldina.org/uploads/tx_leopublication/2019_Stellungnahme_Genomeditierte_Pflanzen_web.pdf

 

Un rapport GAIN-USDA sur les biotechs agricoles dans ce pays:

Le rejet public des plantes GM est répandu : il n'y a pas de production commerciale de cultures GM et pratiquement aucun aliment étiqueté OGM sur le marché. Malgré cela, l'Allemagne abrite des entreprises qui développent et fournissent des semences GM à l'échelle mondiale. La décision de la Cour de justice de l'Union européenne sur la réglementation de l'édition du génome met en péril l'avenir du secteur national de la sélection végétale. L'industrie de l’élevage en Allemagne est un

grand consommateur de soja transgénique importé destiné à l'alimentation animale.

https://apps.fas.usda.gov/newgainapi/api/Report/DownloadReportByFileName?fileName=Agricultural%20Biotechnology%20Annual_Berlin_Germany_10-20-2019

 

Un plan gouvernemental de sortie du glyphosate, un rapport GAIN :

https://gain.fas.usda.gov/Recent%20GAIN%20Publications/Germany%20Announces%20Glyphosate%20Phase-Out%20Plan_Berlin_Germany_9-13-2019.pdf

 

 

3. Evaluations scientifiques

----------------------------------------

EUROPE : AVIS de l'EFSA

----------------------------------------

Assessment of GM maize MON 89034 for renewal authorisation under Regulation (EC) No 1829/2003 (application EFSA-GMO-RX-015). EFSA Journal 2019;17(11):5845, 10 pp. |

https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2019.5845

 

Assessment of GM maize MIR604 for renewal authorisation under Regulation (EC) No 1829/2003 (application EFSA-GMO-RX-013). EFSA Journal 2019;17(11): 5846, 11 pp. https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2019.5846

 

Assessment of GM soybean MON 87751xMON 87701xMON 87708xMON 89788 for food and feed uses, under Regulation (EC) No 1829/2003 (application EFSA-GMO-NL-2016-128). EFSA Journal2019; 17(11):5847, 31 pp.

https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2019.5847

 

--------------------------------------------------------------------------------------

AFRIQUE du SUD: une REGLEMENTATION OGM PLUS LEGERE POURRAIT SOUTENIR la PRODUCTION AGRICOLE NATIONALE

--------------------------------------------------------------------------------------

L'article étude la relation entre la politique alimentaire sur les OGM d'un pays et son taux d'autosuffisance alimentaire (TAA), avec l'exemple de la réglementation sur les cultures GM et la production de maïs GM en Afrique du Sud. Il propose des raisons potentielles pour lesquelles un pays qui a un faible TAA a toujours une réglementation stricte en matière de politique alimentaire GM.

La publication:

Shao Q., Drabik D., Gouse M. & Wesseler J. (2019): Food self-sufficiency and GM regulation under conflicting interests: the case of GM maize in South Africa, Agrekon.

https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/03031853.2019.1664308

 

--------------------

BENGLADESH

--------------------

Les IMPACTS de la CULTURE de l'AUBERGINE Bt :

réduction de l'utilisation de pesticides et de la toxicité environnementale, moins d'infestations par les insectes visés, des rendements et des revenus accrus et des effets bénéfiques pour la santé tels que perçus par les agriculteurs.

La publication :

Ahmed A.U. et al. (2019): Impacts of Bt Brinjal (eggplant) technology in Bangladesch.

https://pdf.usaid.gov/pdf_docs/PA00TZ7Z.pdf

Pour lire en Français : http://seppi.over-blog.com/2019/10/etude-de-l-ifpri-l-aubergine-genetiquement-modifiee-reduit-l-utilisation-de-pesticides-et-augmente-les-revenus-des-agriculteurs.html

 

GOLDEN RICE

Le ministère de l'Environnement et des Forêts a rejeté la décision du ministère de l'Agriculture d'autoriser le "riz doré" au Bangladesh, affirmant qu'il avait besoin d'une étude détaillée "de grande envergure" avant une telle autorisation.

https://www.observerbd.com/details.php?id=231149

Lire aussi:

« Nous avons mis au point une technologie pour sauver des millions d'enfants pauvres, mais une campagne mondiale de diffamation l'a bloquée », par Adrian Dubock, Ingo Potrykus, and Peter Beyer

https://leapsmag.com/we-pioneered-a-technology-to-save-millions-of-poor-children-but-a-worldwide-smear-campaign-has-blocked-it/

et

Ed Regis, Johns Hopkins University Press: Golden Rice: The Imperiled Birth of a GMO Superfood

«Environ un million de personnes qui vivent du riz deviennent aveugles ou meurent chaque année d'une carence en vitamine A. Le riz doré, développé dans l'espoir de lutter contre ce problème par une équipe de scientifiques européens à la fin des années 90, a été génétiquement modifié pour fournir un nutriment essentiel qui manque au riz blanc: le bêta-carotène, qui est converti en vitamine A dans le corps. Mais vingt ans plus tard, cette nourriture n'a toujours pas atteint les populations les plus nécessiteuses - et des dizaines de millions de personnes en Inde, en Chine, au Bangladesh et dans toute l'Asie du Sud et du Sud-Est sont devenues aveugles ou sont mortes ».

https://www.amazon.de/Golden-Rice-Imperiled-Birth-Superfood/dp/1421433036

 

--------------------------------------------------------------------------

La CHINE et les CULTURES GM RESISTANTES à des INSECTES

--------------------------------------------------------------------------

Le COUT du REPORT de la COMMERCIALISATION du RIZ Bt

La publication:

Jin Y., Drabik D., Heerink N. and Wesseler J. (2019): The Cost of Postponement of Bt Rice Commercialization in China. Front. Plant Sci. 10:1226.

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpls.2019.01226/full  

 

DEVELOPPEMENT, APPLICATION et PERSPECTIVES d'UTILISATION des CULTURES GM INSECTE-RESISTANTES.

La publication :

Li Y., Hallerman R.M., Wu K.and Peng Y. (2019): Insect-Resistant Genetically Engineered Crops in China: Development, Application, and Prospects for Use

Annu. Rev. Entomol. 2020. 65:13.1–13.20.

https://www.annualreviews.org/doi/10.1146/annurev-ento-011019-025039

 

---------------------------------------------------------------------

INDE : MYTHES et REALITES sur les SUICIDES d'AGRICULTEURS

--------------------------------------------------------------------

La publication:

Agrarian Suicides in India: Myth and Reality. Sthanu R. Nair

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1111/dpr.12482

 

---------------------------------------------------------------------------------------

PAKISTAN : BENEFICES POUR la SANTE des CULTURES GM RESISTANTES à des INSECTES

---------------------------------------------------------------------------------------

En raison de la résistance intégrée aux insectes, le cotonnier Bt nécessite moins de pulvérisations de pesticides que le cotonnier conventionnel, ce qui est non seulement avantageux du point de vue économique et environnemental, mais peut également entraîner des avantages pour la santé des agriculteurs. En utilisant des données socioéconomiques et biophysiques du Pakistan, la publication analyse l'association directe entre l'expression du gène Bt dans la plante et les avantages pour la santé. Une caractéristique clé de cette étude est que la culture du cotonnier Bt au Pakistan a lieu dans un marché mal réglementé: les agriculteurs se trompent souvent dans leur croyance à savoir s'ils ont planté du cotonnier Bt ou conventionnel, ce qui peut affecter leurs stratégies d'utilisation des pesticides et donc leur exposition aux pesticides. L'adoption de véritables cotonniers Bt (basée sur la mesure de l'expression du gène Bt) est associée à d'importantes économies de coûts de santé.

La publication :

Kouser, S., D.J. Spielman, M. Qaim (2019). Transgenic cotton and farmers’ health in Pakistan. PLoS ONE 14(10): e0222617.

https://journals.plos.org/plosone/article/file?id=10.1371/journal.pone.0222617&type=printable

 

---------------------------------------------------------------

ADOPTION des CULTURES d'OGM : qui bénéficient de quoi ?

--------------------------------------------------------------

Selon cet article, les agriculteurs des cinq principaux pays utilisateurs de cultures d'OGM (Argentine, en Australie, au Brésil, au Canada et aux États-Unis) profitent de la majorité des avantages économiques et environnementaux. Inversement, en raison du manque de production agricole mécanisée, ce sont les petits exploitants agricoles des pays en développement qui accumulent la majorité des avantages pour la santé humaine de ces cultures.

La publication:

The human health benefits from GM crops Stuart J. Smyth. Plant Biotechnology Journal (2019), pp. 1–2. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1111/pbi.13261

 

------------------------------------------------------------------------------------

Des PROJETS de RECHERCHE INDEPENDANTS CONFIRMENT les DONNEES de MONSANTO

sur la SECURITE du MAÏS MON 810 PROTEGE CONTRE des INSECTES

-------------------------------------------------------------------------------------

Le poids cumulé des preuves (études sur la sécurité des protéines nouvelles; évaluations moléculaires, compositionnelles et agronomiques / phénotypiques) démontre l'innocuité et l'équivalence des GM par rapport aux variétés conventionnelles dont elles sont dérivées. Les études confirmatoires de toxicologie et de nutrition animale sont néanmoins devenues une composante obligatoire des évaluations de la sécurité des cultures GM. Des tests sur des animaux (études de toxicité subchronique et chronique), par des labos indépendants, ont récemment confirmé l'absence de la toxicité du MON 810.

Pour les auteurs de cette publication, ces résultats auraient pu être prédits à partir des données de sécurité disponibles. Les tests sur les animaux des cultures transgéniques devraient être appuyés par des hypothèses scientifiques vérifiables et les tests devraient être conformes aux obligations éthiques de réduire, d'affiner et de remplacer les tests sur les animaux lorsque cela est possible.

La publication:

Petrick J.S., Bell E. & Koch M.S. (2019): Weight of the evidence: independent research projects confirm industry conclusions on the safety of insect-protected maize MON 810, GM Crops & Food

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/21645698.2019.1680242

 

4. Gene editing (réécriture de gènes) et gene drive (forçage génétique)

-------------------------------------------------------------------

PRODUIRE UNE CACAHUETE NON ALLERGENIQUE ?

-------------------------------------------------------------------

Par P. Beetham, PDG de CIBUS:

http://news.agropages.com/News/Detail-33045.htm

 

---------------------------------

QUESTIONS ETHIQUES

-----------------------------------

Bébés CRISPR en Chine: révélations sur la publication (encore non-publiée) consacrée à cette expérimentation.

Le manuscrit de He Jiankui montre comment il a ignoré les normes éthiques et scientifiques en créant les jumeaux Lulu et Nana édités par édition de gène :

https://www.technologyreview.com/s/614764/chinas-crispr-babies-read-exclusive-excerpts-he-jiankui-paper/

Le rapport décrivant la création des premiers bébés génétiquement modifiés au monde crée un dilemme éthique pour les revues scientifiques :

https://www.technologyreview.com/s/614761/nature-jama-rejected-he-jiankui-crispr-baby-lulu-nana-paper/

Le document de recherche non publié de He Jiankui montre que la tentative de modification génétique a mal tourné :

https://www.technologyreview.com/s/614762/crispr-baby-twins-lulu-and-nana-what-happened/

 

La Max Planck Gesellschaft soutient les cultures CRISPR et rejette la modification de la lignée germinale humaine :

https://geneticliteracyproject.org/2019/10/16/max-planck-society-backs-crispr-crops-rejects-human-germline-editing/

Le document :

Ethics council of the Max Plank society: Discussion paper focusing on the scientific relevance of genome editing and on the ethical, legal and societal issues potentially involved

https://www.mpg.de/13811476/DP-Genome-Editing-EN-Web.pdf

 

Numéro special de The CRISPR Journal : The Ethics of Human Genome Editing. https://www.liebertpub.com/toc/crispr/2/5

 

Et aussi:

Hansson S.V. (2019): A Science-Informed Ethics for Agricultural Biotechnology- Crop Breed Genet Genom. 2019;1: e190006.

https://cbgg.hapres.com/htmls/CBGG_1054_Detail.html

 

---------------------------------------------------------

ARTICLES de REVUE sur le GENE EDITING

---------------------------------------------------------

MEDECINE

Moon S.B., Kim D.Y, Ko J.-H., Kim Y-S. (2019): Recent advances in the CRISPR genome editing tool set. Experimental & Molecular Medicine 51:130

https://www.nature.com/articles/s12276-019-0339-7.pdf

 

APPLICATIONS AGRICOLES

Cerier S.: Genetic engineering, CRISPR and food: What the 'revolution' will bring in the near future

https://geneticliteracyproject.org/2019/10/18/genetic-engineering-crispr-food-revolution-will-bring-near-future/

 

Metje-Sprink J., Sprink T., Hartung F. (2019): Genome-edited plants in the field. Current Opinion in Biotechnology 61 | https://doi.org/10.1016/j.copbio.2019.08.007

https://reader.elsevier.com/reader/sd/pii/S0958166919300618?token=9E695C2D3F7E19173D03A85F336EBD6C2DC51A10F5484BAB1D8E31279ADC52B6274B9B0AEC1A3DDC6F06C6433B234C74

 

Vats et al (2019): Genome Editing in Plants: Exploration of Technological Advancements and Challenges. Cells 2019, 8 (11), 1386;

https://www.mdpi.com/2073-4409/8/11/1386

 

Schindele A., Dorn A. and Puchta H. (2020): CRISPR/Cas brings plant biology and breeding into the fast lane. Current Opinion in Biotechnology 2020, 61:7–14 |

https://reader.elsevier.com/reader/sd/pii/S0958166919300606?token=20634DAE6A9BA7ABBEA57C4FBCE4D2817346892E8EA510ACAD21CF4CE33AB351DD0B1856A896C06F3EE9539AA188CDD4

 

Mishra S. (2019): Targeted genome editing tools in plants. In: Innovations in Life Science Research ISBN: 978-1-53615-868-7 Editors: R. P. Sinha, S. Pandey-Rai and N. Ghoshal 2019 Nova Science Publishers, Inc

https://www.researchgate.net/profile/Sushma_Mishra4/publication/336553652_TARGETED_GENOME_EDITING_TOOLS_IN_PLANTS/links/5da58f96a6fdcc8fc3533a87/TARGETED-GENOME-EDITING-TOOLS-IN-PLANTS.pdf

 

Kim J.I. & Kim J. Y. (2019): New era of precision plant breeding using genome editing.  Plant Biotechnol Rep

https://link.springer.com/content/pdf/10.1007%2Fs11816-019-00581-w.pdf

 

Wang, K., Gong, Q. & Ye, X. (2019): Recent developments and applications of genetic transformation and genome editing technologies in wheat. Theor Appl Genet

https://link.springer.com/article/10.1007/s00122-019-03464-4

 

Modrzejewski D., Hartung F., Sprink T., Krause D., Kohl C., Wilhelm R. (2019): What is the available evidence for the range of applications of genome editing as a new tool for plant trait modification and the potential occurrence of associated off target effects: a systematic map. Environ Evid 8:27

https://environmentalevidencejournal.biomedcentral.com/track/pdf/10.1186/s13750-019-0171-5

 

REGLEMENTATIONS

Wesseler J., Politiek H. and Zilberman D. (2019): The Economics of Regulating New Plant Breeding Technologies - Implications for the Bioeconomy illustrated by a Survey Among Dutch Plant Breeders. Front. Plant Sci.

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpls.2019.01597/abstract

 

------------------------------------------------------------

GENE DRIVE et CONTROLE des MAUVAISES HERBES

------------------------------------------------------------

Les systèmes de forçage génétique visent à permettent une gestion génétique directe des populations végétales via la propagation de modifications génétiques altérant la forme physique des mauvaises herbes par exemple. Cet article examine l'utilité potentielle de ces techniques génétiques pour la gestion des populations de plantes sauvages et examine les facteurs qui pourraient influer sur leur conception, propagation et efficacité.

La publication :

Gene drives in plants: opportunities and challenges for weed control and engineered resilience

Barrett L.G., Legros M., Nagalingam K., Glassop D., Raghu S. and Gardiner D.M. (2019)

Proc. R. Soc. B 286: 20191515

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rspb.2019.1515

 

 

5. Divers

---------------------------------------------------------------------------------------------

RECHERCHES pour AMELIORER la PHOTOSYNTHESE et la BIOFORTIFICATION des CULTURES

--------------------------------------------------------------------------------------------

La publication:

Genetic Engineering for Global Food Security: Photosynthesis and Biofortification

by Andrew John Simkin. Plants 2019, 8(12), 586

https://www.mdpi.com/2223-7747/8/12/586

 

----------------------------------------

PLANTES GM et RENDEMENTS ACCRUS

----------------------------------------

Un nouveau maïs GM produit jusqu'à 10% de plus.  Des chercheurs de Corteva Agriscience, une société de produits chimiques et de semences basée à Wilmington (Delaware) ont obtenu ce résultat grâce à un gène qui fonctionne comme un des commutateurs principaux pour la croissance et le rendement.

https://www.sciencemag.org/news/2019/11/new-genetically-modified-corn-produces-10-more-similar-types

La publication :

Wu J. t al. (2019): Overexpression of zmm28 increases maize grain yield in the field. PNAS

https://www.pnas.org/content/early/2019/10/29/1902593116

 

------------------------------------------------------------------------------

LA TRANSGENESE NATURELLE PLUS FREQUENTE qu'ANTICIPEE

------------------------------------------------------------------------------

La bactérie Agrobacterium est un vecteur souvent utilisé en génie génétique. Dans la nature, le transfert de gènes médié par Agrobacterium conduit à la formation de galles du collet ou de prolifération racinaire (hairy root), en raison de l'expression des gènes d'ADN-T transférés. La régénération spontanée des cellules transformées peut produire des transformants naturels portant des séquences cellulaires d'ADN-T (ADN-cT) d'origine bactérienne. Cette étude a recherché des gènes de type ADN-T dans les génomes séquencés de dicotylédones et de monocotylédones et démontre la présence d'ADNcT dans 23 des 275 espèces de dicotylédones étudiées. L'analyse des données de transcriptome de 356 espèces de dicotylédones a donné 16 espèces naturellement transgéniques supplémentaires. Parmi les espèces monocotylédones séquencées, Dioscorea alata (igname plus grande) et Musa acuminata (banane) contiennent également des séquences de type ADN-T.

La publication:

Matveeva, T.V. & Otten, L. (2019): Widespread occurrence of natural genetic transformation of plants by Agrobacterium. Plant Mol Biol

https://link.springer.com/article/10.1007/s11103-019-00913-y

Pour lire en Français:

http://seppi.over-blog.com/2019/10/selon-une-recherche-de-nombreuses-plantes-sont-naturellement-des-ogm.html

 

-------------------------------------------------------------------

AGRICULTURE BIOLOGIQUE et GAZ à EFFET de SERRE

-------------------------------------------------------------------

L'agriculture est un contributeur majeur aux émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). L'agriculture biologique peut-elle contribuer à réduire ces émissions en diminuant l'utilisation des intrants agricoles et en augmentant la séquestration du carbone dans le sol ? Cette étude évalue les conséquences pour les émissions nettes de GES d'un passage à 100% à la production d'aliments biologiques en Angleterre et au Pays de Galles en utilisant une évaluation du cycle de vie. Elle prévoit des déficits majeurs dans la production de la plupart des produits agricoles par rapport à une base de référence conventionnelle. Les émissions directes de GES sont réduites grâce à l'agriculture biologique, mais lorsque l'augmentation de l'utilisation des terres à l'étranger (pour compenser les déficits de l'offre intérieure) est prise en compte, les émissions nettes sont plus importantes.

La publication :

Smith, L.G., Kirk, G.J.D., Jones, P.J. et al. The greenhouse gas impacts of converting food production in England and Wales to organic methods. Nat Commun 10, 4641 (2019) https://www.nature.com/articles/s41467-019-12622-7

Pour lire en Français :

http://seppi.over-blog.com/2019/11/conversion-au-100-bio-en-angleterre-et-au-pays-de-galles-plus-de-details-inconvenants.html

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 14:41

A qui de droit

 

Nous sommes des spécialistes des sciences de la vie et des sciences sociales, auteurs de nombreuses publications scientifiques sur l'agriculture, l'alimentation et les biotechnologies.

 

Cette lettre concerne l'utilisation constante par l'activiste Vandana Shiva d'une rhétorique anti-science pour soutenir des positions non-éthiques. Nous sommes très surpris que des institutions fondées sur la recherche scientifique et inspirées par l’éthique puissent décider de l’inviter en tant que conférencière.

 

Les paragraphes suivants regroupent quelques-unes de ses positions anti-scientifiques, anti-sociales et finalement nuisibles à la cause qu’elle prétend défendre :

 

1. Son incroyable tendance au non-sens : à ce propos, nous citons sa déclaration absurde concernant le fonctionnement supposé des technologies de restriction de l'utilisation génétique (GURT), tirée de son livre Stolen Harvest [1](p. 82-83) : « Les biologistes moléculaires sont en train d’examiner le risque que le gène Terminator, échappé du génome des cultures dans lesquelles il a été intentionnellement incorporé, puisse se transmettre à des cultures voisines à pollinisation libre ou à des espèces sauvages apparentées présentes dans les champs voisins. Compte tenu de l’étonnante capacité de la Nature de s’adapter et du fait que cette technologie n'a jamais été testée à grande échelle, la possibilité que le gène de stérilité Terminator puisse se transmettre aux cultures voisines ou à l'environnement naturel DOIT être prise au sérieux. La diffusion progressive de la stérilité dans les semences entraînerait une catastrophe mondiale qui pourrait à la fin éliminer de la planète les formes de vie plus élevées, y compris l’homme. »

Ces mêmes mots se trouvent dans d'autres documents de son site Web.

 

Il pourrait être nécessaire de lire ces déclarations deux fois, car elles sont trop déconcertantes pour être comprises la première fois. En effet, elle affirme que les graines stériles – qui, bien sûr, ne peuvent pas germer – peuvent propager la stérilité. Un élève de collège avec de telles opinions ne réussirait pas son épreuve de biologie.

Il faut noter que les GURT sont complètement différentes de la technique de forçage génétique, qui permet, entre autres utilisations, de propager la stérilité dans des populations d’organismes nuisibles (par exemple les moustiques transmettant le paludisme).

 

2. Son ignorance choquante : « La plupart des #OGM sont des cultures qui incluent la #toxine Bt ou des traits de #tolérance aux herbicides (HT). Les toxines sont des poisons. OGM = des plantes produisant des poisons. Les poisons ne font pas partie de l’alimentation. » www.twitter.com/drvandanashiva/status/440363765821747200  

Quelqu'un devrait lui expliquer que les protéines Bt sont toxiques pour certaines classes d'insectes clairement identifiées (les phytoravageurs), mais elles ne le sont pas pour les poissons, les oiseaux, les mammifères (www.ucbiotech.org/answer.php?question=31).

Ce même sujet est également abordé dans les publications scientifiques citées en réponse à son post délirant, et en particulier, dans une étude « classique » qui précise que les plantes produisent naturellement des substances pour se défendre contre les organismes nuisibles et que 99,99 % des pesticides présents dans les aliments sont naturels et inoffensifs pour l'homme.

 

3. Sa propension à l’insulte : « Soutenir que les agriculteurs devraient être libres de cultiver des OGM susceptibles de contaminer les produits des fermes biologiques revient à dire que les violeurs devraient avoir la liberté de violer. » (www.twitter.com/drvandanashiva/status/287397046447640576).

Elle compare les agriculteurs, qui cultivent des semences scientifiquement et légalement reconnues comme sûres, aux violeurs ! C'est une insulte grotesque adressée à des millions d'agriculteurs honnêtes qui aspirent à utiliser les technologies innovantes pour cultiver leurs produits de manière durable et efficace. Naturellement, son abus scandaleux a suscité de nombreuses réactions de colère (voir les réponses à son post).

 

4. Son rejet des technologies qui aident les agriculteurs (principalement des femmes et des enfants) à atténuer le travail fatigant et pénible du désherbage manuel : « Les Indiennes désherbent sélectivement à la main, préservant ainsi notre biodiversité. » (www.navdanya.org/attachments/Food_Sovereignty4.pdf – photo et légende à la page 21.)

C'est une déclaration absurde : le désherbage vise précisément à éliminer la « biodiversité » végétale nuisible qui étouffe les cultures des champs.

 

5. Et enfin, une déclaration ridicule : « Les engrais n'auraient jamais dû être autorisés dans l'agriculture » a-t-elle déclaré en 2011. « Je pense qu'il est temps de les interdire. Il s’agit d’une arme de destruction massive. Leur utilisation est comme la guerre, car ils sont issus de la guerre. » Citation sur www.newyorker.com/magazine/2014/08/25/seeds-of-doubt et sur d’autres sites web.

Il faudrait lui demander si elle va interdire la métallurgie, puisqu'elle a été utilisée pour forger les canons...

 

 

En conclusion

Vandana Shiva prétend défendre une agriculture durable, mais ses idées sur l'agriculture la relègueraient à une activité primitive, peu rentable et inefficace.

Ses déclarations sont une insulte aux scientifiques qui ont œuvré pour que l’amélioration génétique classique et le génie génétique servent les agriculteurs.

 

Le dernier point, mais non le moindre, est le suivant : Vandana Shiva est connue pour ses honoraires exorbitants exigés pour promouvoir ses contre-vérités et opinions anti-sociales.

Nous sommes convaincus que nos remarques motivées seront prises comme une critique constructive par les personnes qui envisagent de bonne foi d’inviter Vandana Shiva.

 

Nous vous prions d'agréer, Mesdames, Messieurs, nos sentiments les meilleurs.

 

La lettre originale, en Anglais, a été signée par :

Giovanni Molteni Tagliabue – Côme (Italie)

Independent researcher in philosophy of life sciences, political science

Klaus Ammann – University of Bern (Suisse)

Professor Emeritus, expert in agri-food biotech regulation

Mahaletchumy Arujanan – Adjunct Lecturer, Monash University (Malaysia)

                Executive Director, Malaysian Biotechnology Information Centre

David J. Bertioli – University of Georgia

Georgia Research Alliance Distinguished Investigator and Professor, Institute of Plant Breeding, Genetics and Genomics

Enrico Bucci – Temple University, Philadelphie, PA

Adjunct Professor in Systems Biology, Sbarro Health Research Organization

Trevor Charles - University of Waterloo (Canada)

                Professor in the Department of Biology, Director, Waterloo Centre for Microbial Research

Bruce M. Chassy – University of Illinois at Urbana-Champaign

Professor Emeritus, expert in agri-food biotech regulation

Felice Cervone – University of Rome "La Sapienza"

Full Professor, Dept of Biology and Biotechnologies, M.A.E. (Member of Academia Europaea)

Pellegrino Conte – University of Palermo, Italie

Full Professor, Agricultural Chemistry

Gilberto Corbellini – Italian National Research Council

                Director, Department of Humanities, Social Science and Cultural Heritage

John Davison – INRA Versailles (France)

Research Director (Emeritus)

Thomas R. DeGregori – University of Houston, Texas

Professor of Economics; Books, articles and field experience in agricultural economic development

Nina Fedoroff – Penn State University

Emeritus Professor of Biology; former President of the American Association for the Advancement of Science (AAAS)

Edgardo Filippone – University of Naples "Federico II"

Full Professor, Department of Agricultural Sciences, Section of Plant Genetics and Biotechnology

L. Val Giddings, PhD – PrometheusAB, Inc. (Etats-Unis)

                Expert in agri-food biotech regulation

Klaus-Dieter Jany – Wadi International University (Syrie)

                Vice-President for Teaching and Research

Jonathan D. G. Jones FRS – The Sainsbury Lab, Norwich, Royaume-Uni

Professor and Senior Group Leader

Drew L. Kershen – University of Oklahoma

Earl Sneed Centennial Professor of Law Emeritus

Marcel Kuntz – University of Grenoble-Alpes, France

Director of Research at Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, Grenoble, France) et

Alan McHughen – University of California, Riverside

                Botany and Plant Sciences, expert in agri-food biotech regulation

C. J. Leaver CBE FRS FRSE – University of Oxford

Emeritus Professor of Plant Science

Bruno Mezzetti – Marche Polytechnic University, Italie

                Full Professor, Dept Agriculture

Henry I. Miller, M.Sc., M.D. - Senior Fellow, Pacific Research Institute

Formerly, Robert Wesson Fellow in Scientific Philosophy and Public Policy, Hoover Institution, Stanford University; Formerly, Consulting Professor, Institute for International Studies, Stanford University

Piero Morandini – University of Milan, Italie

                Researcher in Plant Physiology, Environmental Science and Policy Department

Channa Prakash, Tuskegee University

                Dean, Arts & Sciences

Sir Richard John Roberts – Chief Scientific Officer, New England Biolabs, Ipswich, MA

1993 Nobel Laureate in Physiology or Medicine

Daniele Rosellini – University of Perugia, Italie

Associate Professor of Agricultural Genetics

Teemu Teeri – University of Helsinki

Professor in Plant Breeding

Donatello Sandroni – PhD in Ecotoxicology

Science Journalist, Italie

Alessandro Vitale – National Research Council (CNR), Milan, Italie

                Lead scientist, Institute of Agricultural Biology and Biotechnology

Robert Wager - Vancouver Island University (Canada)

Molecular biology, Biochemistry

 

Le rôle institutionnel est fourni uniquement à des fins d'identification et ne constitue en aucun cas un engagement de la part de l’institution même.

 

Liens vers des articles qui contiennent des critiques motivées à propos des positions de Vandana Shiva.

 

https://geneticliteracyproject.org/2014/08/23/who-is-vandana-shiva-and-why-is-she-saying-such-awful-things-about-gmos-2-2  republié sur www.forbes.com/sites/jonentine/2014/01/29/vandana-shiva-anti-gmo-celebrity-eco-goddess-or-dangerous-fabulist

https://geneticliteracyproject.org/glp-facts/vandana-shiva

https://issues.org/keith/

www.newyorker.com/magazine/2014/08/25/seeds-of-doubt

http://blogs.discovermagazine.com/collideascape/2013/01/05/vandana-shiva-compares-gmos-to-rape

www.acsh.org/news/2017/01/06/vandana-shivas-myth-busted-monsanto-didnt-cause-farmer-suicides-india-10696

http://scroll.in/article/814756/counterview-in-gmo-debate-vandana-shiva-has-chosen-fear-mongering-and-denialism

www.itsmomsense.com/vandana-shiva-fearmongering-in-oregon

http://swarajyamag.com/magazine/lies-lies-and-more-lies

www.hindustantimes.com/comment/manujoseph/activism-and-the-gift-of-delusion/article1-1258334.aspx

http://scroll.in/article/677247/Vandana-Shiva-is-confusing-ideology-for-science-%E2%80%93-and-getting-rational-people-to-believe-her

https://geneticliteracyproject.org/2018/04/12/viewpoint-gmo-critic-vandana-shivas-anti-modernity-crusade-threatens-worlds-poor

www.acsh.org/news/2018/02/06/%E2%80%98social-justice-warrior%E2%80%99-vandana-shiva-poor-advocate-poor-12529

 

[1] Note de traduction : la traduction des citations de Vandana Shiva est uniquement à titre informatif. La version originale est en langue anglaise.

 

Voir aussi la manipulation grossière par V. Shiva du suicide d'agriculteurs en Inde

Lire aussi divers articles en Français sur V. Shiva

Et aussi (en Anglais) une analyse en 3 parties des contrevérités énoncées par V. Shiva lors d'une conférence dans une université aux Etats-Unis:

Poison-free, fossil-free California agriculture (1 of 3)

Sponsoring Falsehood (2 of 3)

Sponsoring Falsehood (2 of 3)

Partager cet article

Repost0