Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

  • : OGM : environnement, santé et politique
  • : Actualité et faits scientifiques sur les OGM
  • Contact

Introduction

Le propriétaire de ce site ne dit pas si les OGM c’est bien ou mal, s’il faut en manger ou pas. Il n'est payé ni par Monsanto, ni par Carrefour, ni par Greenpeace... (lire la suite).    ENGLISH VERSION uk-flag                                                    

ret-accueil-s

Rechercher

L'auteur

Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’Université Grenoble-Alpes, ses seules sources de revenus. Ses analyses n'engagent pas ses employeurs.

Dernier ouvrage:

L'affaire Séralini: l'impasse d'une science militante

Autre ouvragecouv grand public :

OGM, la question politique

 

 

Ouvrage précédent: Les OGM, l'environnement et la santé  

 

Ma page Facebook

Personnalisez votre blog

Aide à la création et à la personnalisation
de votre blog ou site internet :

logo_presencenumerique.gif

9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 13:19

                                                                                                              uk-flagRead the English version

Les  pseudo-sciences (astrologie, médecines fantaisistes, paranormal, ufologie, etc) nuisent peut-être à l’image de la science, mais bien plus aux… croyants trop naïfs.

 

Au contraire, l’alterscience est une forme d’opposition à la science (lire une approche historique par Alexandre Moatti) : des personnes formées à la science mobilisent leurs connaissances en faveur de théories alternatives, de reconstruction de disciplines, à des fins idéologiques ou personnelles. Même seul contre tous, l’alterscientifique prétend avoir raison et éprouve un besoin éperdu de reconnaissance (fût-elle uniquement médiatique). Le livre Alterscience. Postures, dogmes, idéologies (Odile Jacob, 2013)


canada dryCa a la couleur de la science,

le gout de la science…

mais ce n’est pas de la science,


c'est la "science" Canada dry ou "science" parallèle.

 

 

La   "science" parallèle ne doit pas être confondue avec les pseudo-sciences. Elle est au service planifié d’un projet politique. Elle vise à remplacer les scientifiques, notamment pour l’évaluation des risques, par des "experts" médiatisés, sympathisants du projet politique. La "science" parallèle s’habille de termes valorisants, comme « science citoyenne »  ou «indépendante» , ou « lanceurs d’alerte » pour qualifier ses "experts" souvent autoproclamés, souvent alterscientifiques.

Lire aussi : Science contrôlée ou science parallèle : un nouveau phénomène de société, par Alain de Weck

Constatons que l’écologie politique a recours sur différentes thématiques (nucléaire civil, ondes électromagnétiques, chimie de synthèse et, bien sûr, OGM) à la stratégie de la "science" parallèle. Un contexte d’autant plus alarmant qu’il se trouve des gouvernements pour embrasser la cause de l’anti-science radicale...

NKM bise Bové

 

 

En 2008, quand la bise à NKM fut venue, les OGM se trouvèrent fort dépourvus... 

Partager cet article

Repost0

commentaires