Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : OGM : environnement, santé et politique
  • OGM : environnement, santé et politique
  • : Actualité et faits scientifiques sur les OGM
  • Contact

Introduction

Le propriétaire de ce site ne dit pas si les OGM c’est bien ou mal, s’il faut en manger ou pas. Il n'est payé ni par Monsanto, ni par Carrefour, ni par Greenpeace... (lire la suite).    ENGLISH VERSION uk-flag                                                    

ret-accueil-s

Rechercher

L'auteur

couvMarcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale et enseignant à l’Université Grenoble-Alpes, ses seules sources de revenus.

Dernier ouvrage grand public :

OGM, la question politique

 

 

Ouvrage précédent: Les OGM, l'environnement et la santé  

 

Ma page Facebook

Personnalisez votre blog

Aide à la création et à la personnalisation
de votre blog ou site internet :

logo_presencenumerique.gif

7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 16:48

uk-flagWhy it is time to simply say "No"

Dr. Jens Katzek

As a former Friends of the Earth campaigner against genetically modified food, I finally left in the mids of the 90th after almost 10 years the environmental organization I previously worked for because of their opposition to Golden Rice. And the more I follow the most recent debates on Golden Rice the more I am still convinced that this was a very good decision.

 

drapeau francaisPourquoi il est simplement temps de dire "Non" 

Dr. Jens Katzek

Je suis un ancien militant anti-OGM de Friends of the Earth et j’ai finalement quitté au milieu des années 90 cette organisation pour laquelle j’ai travaillé pendant près de 10 ans, en raison de son opposition au Riz Doré. Et plus je suis le récent débat sur le Riz doré, et plus je suis convaincu que c’était une très bonne décision.

 


uk-flagLecture to Oxford Farming Conference, 3 January 2013

Mark Lynas

To read the original version, click here

 

drapeau francaisConférence à l’Oxford Farming Conference, le 3 janvier 2013

Mark Lynas

Pour lire le texte intégral en Français, cliquer ici

Extraits:

J’aimerais commencer par des excuses. Pour mémoire, je le dis ici devant vous, je regrette d’avoir passé plusieurs années à arracher des cultures OGM.

Je suis également désolé d’avoir aidé le mouvement anti-OGM à démarrer au milieu des années 90, et d’avoir ainsi contribué à diaboliser un outil technologique important qui peut être utilisé au bénéfice de l’environnement.

En tant que défenseur de l’environnement, et en tant que personne qui croit que chacun dans ce monde a le droit de choisir une nourriture saine et nourrissante, je n’aurais pu choisir une voie plus contreproductive. Je le regrette à présent amèrement.

 

[…] j’ai découvert la science, et dans cette démarche, j’espère être devenu un meilleur écologiste. […]

C’était un mouvement (anti-OGM) explicitement anti-science.  […]

Ce que nous ne réalisions pas à l’époque, c’était que le véritable monstre de Frankenstein n’était pas la technologie OGM, mais notre réaction à son encontre.

[…] une critique me disait : « donc vous êtes opposé aux OGM du fait qu’ils sont mis sur le marché par de grandes sociétés. Etes-vous aussi opposé à la roue parce qu’elle est vendue par de grandes entreprises automobiles ?

Alors j’ai lu. Et j’ai découvert que chacune de mes intimes convictions n’était rien moins que des légendes urbaines écolos.

 

J’avais supposé que ça augmentait l’utilisation des produits phytos.  Il s’est avéré que le coton et le maïs résistant aux insectes ont besoin de moins d’insecticides.  J’avais supposé que les OGM profitaient seulement aux grandes entreprises. Il s’est avéré que des milliards de dollars de bénéfice sont revenus aux agriculteurs, ayant moins besoin d’intrants. J’avais supposé que la technologie Terminator dérobait aux agriculteurs le droit de garder les semences. Il s’est avéré que c’était le cas des hybrides depuis bien longtemps, et que Terminator n’a jamais eu lieu. J’avais supposé que personne ne voulait des OGM.  En fait, ce qui s’est passé, c’est que le coton Bt a été piraté en Inde et le soja Roundup Ready au Brésil tellement les agriculteurs avaient hâte de les utiliser. J’avais supposé que les OGM étaient dangereux. En fait, la technologie s’est avérée plus sûre et plus précise que la sélection variétale classique.  

  

[…] Il nous faut produire plus de nourriture, non seulement pour rester au niveau de la croissance de la population mondiale, mais aussi parce que la pauvreté est peu à peu éradiquée. […] L’intensification est essentielle – nous devons produire plus sur des surfaces limitées pour protéger les forêts tropicales et pour éviter que les habitats naturels existant soient labourés.  […] Nous devons également faire avec des quantités d’eau limitées, avec des aquifères qui s’épuisent et des sécheresses qui devraient sévir avec de plus en plus d’intensité. […] Nous devons aussi mieux gérer l’utilisation de l’azote.

 

[…] Il ne suffit pas de s’asseoir en attendant qu’une innovation technologique résolve nos problèmes. Nous devons être bien plus proactifs et stratégiques que cela. Nous devons nous assurer que l’innovation technologique bouge bien plus rapidement, et dans la bonne direction de ceux qui en ont le plus besoin.

 

[…] Avant sa mort en 2009, Norman Borlaug a consacré de nombreuses années à lutter contre ceux qui, pour des raisons idéologiques ou politiques, s’opposaient aux innovations modernes dans l’agriculture. Citons-le : « si les réfractaires arrivent à stopper les biotechnologies agricoles, ils pourraient en fait accélérer les famines et la crise de la biodiversité mondiale qu’ils avaient prédites depuis près de 40 ans ».

Et grâce à des campagnes soi-disant écologistes lancées par des pays riches, nous sommes dangereusement proches de ces positions à l’heure actuelle. Les biotechnologies n’ont pas été stoppées, mais leur coût a été rendu prohibitif pour tous sauf pour les entreprises de plus grosse taille. […] Il y a une ironie déprimante dans le fait que ceux qui conduisent des campagnes contre les OGM commercialisés par les grandes sociétés sont finalement ceux qui ont principalement contribué à cette situation.

 

[…] Nous, consommateurs bien nourris, sommes aveuglés par la nostalgie romantique de l’agriculture du passé. Parce que nous avons assez à manger, nous pouvons nous permettre de céder à nos illusions.

[…] Si vous y réfléchissez, le mouvement du bio est avant tout un mouvement de rejet. Il n'accepte pas les nombreuses technologies modernes par principe.

 

[…] à l’échelle de la planète, combien de terres ont été épargnées grâce à ces améliorations de rendement formidables, dans lesquelles les intrants chimiques ont joué un rôle déterminant?  La réponse est de 3 milliards d'hectares, soit l'équivalent de deux Amériques du Sud. Il n'y aurait plus de forêt amazonienne aujourd'hui sans cette amélioration des rendements. Ni resterait-il un tigre en Inde ou un orang outan en Indonésie. C'est pourquoi je ne sais pas pourquoi tant de ceux qui s'opposent à l'utilisation de la technologie dans l'agriculture se disent écologistes.

 

[…] Si vous regardez la situation, sans préjugés, une grande partie du débat, à la fois en termes de lutte contre les biotechnologies et en faveur du bio, est simplement basée sur un sophisme naturaliste - la croyance que le naturel est bon et que l’artificiel est mauvais. C'est une erreur, car il y a beaucoup de poisons et des façons de mourir entièrement naturels.

 

[…] Ainsi, les droits d'une minorité bien nantis, qui dérivent en fin de compte d’une préférence des consommateurs basée sur l'esthétique, éclipsent les droits de tout le monde à utiliser des cultures améliorées qui profitent à l'environnement.

Je suis pour un monde de diversité, mais cela signifie qu’un système d'exploitation ne peut pas prétendre avoir le monopole de la vertu et viser à exclure toutes les autres options. Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir une coexistence pacifique? Particulièrement quand cela nous lie à d'anciennes technologies qui portent davantage de risques que les nouvelles.

 

[…] Le plus grand risque est que nous ne profitions pas de toutes sortes de possibilités d'innovation en raison de ce qui est en réalité rien de plus que des préjugés aveugles.

 

[…] Je ne sais pas pour vous, mais moi j'en ai assez. Donc, ma conclusion aujourd'hui est très claire : le débat sur les OGM est terminé. Il est fini. Nous n'avons plus besoin de discuter si oui ou non ils sont sûrs après plus d'une décennie et demie et la consommation de 3 billions de repas contenant des OGM, il n'y a jamais eu un seul cas de préjudice validé. […] Plus précisément, des gens sont morts pour avoir choisi de manger bio, mais personne n'a succombé de manger des OGM.

 

[…] Ainsi une innovation agricole hautement nécessaire est étranglée par une avalanche suffocante de règlements qui ne sont pas fondés sur une évaluation scientifique rationnelle du risque. Le risque aujourd'hui n'est pas que quiconque puisse être lésés par les aliments génétiquement modifiés, mais que des millions seront lésés de ne pas avoir assez de nourriture, parce qu’une minorité de personnes dans les pays riches veulent que leurs repas soient ce qu'ils considèrent comme naturel.

 

[…] Norman Borlaug est mort maintenant, mais je pense que nous honorons sa mémoire et sa vision lorsque nous refusons de céder aux orthodoxies politiquement correctes quand on sait qu'elles sont incorrectes. Les enjeux sont élevés. Si nous continuons à nous tromper, les perspectives de vie de milliards de personnes vont être à risque.

 

Donc, je mets au défi chacun d'entre vous aujourd'hui de remettre en question ses croyances dans ce domaine et de voir si elles résistent à un examen rationnel. […]

 

Mais le plus important de tout est que les agriculteurs devraient être libres de choisir quel type de technologies qu'ils souhaitent adopter. Si vous pensez que les anciennes méthodes sont les meilleures, c'est bien. Vous avez ce droit.

 

Ce que vous n'avez pas le droit de faire c’est d’empêcher ceux qui espèrent - ou s’efforce de - faire les choses différemment et mieux. Les agriculteurs qui comprennent les pressions que représentent une population croissante et un réchauffement de la planète. Qui comprennent que les rendements à l'hectare sont le paramètre le plus important de l'environnement. […]

 

Donc, mon message au lobby anti-OGM […] est le suivant. Vous avez droit à votre opinion. Mais vous devez maintenant savoir qu'elle n’est pas validée par la science. Nous arrivons à un point critique, et pour le bien des personnes et de la planète, il est maintenant tempspour vous de ne plus barrer cette voie et de laisser le reste d'entre nous agir pour nourrir la planète de manière durable.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

luc BECKER 25/01/2013 16:32

Une opposition par principe aux OGM relève de l'aveuglement ... mais ... prétendre vouloir nourrir la planète à l'aide des produits OGM relève également de l'aveuglement intellectuelle !!!

Balle au centre Messieurs et apprenez tous la "circonspection"!

RK 21/01/2013 13:38

Intéressant : Lynas affirme que ce qui l'amené à se documenter (et puis changer d'avis) est une critique émise sur un forum à la suite d'un de ses articles anti-OGM.
Une attitude manifestement différente de celle de Marie-Monique qui persiste dans ses erreurs, et même les amplifient. Le post suivant est à lire:
http://arianebeldi.wordpress.com/2012/10/04/sur-un-fil-de-la-toile-6-1-quand-lalterjournalisme-rencontre-lalterscience/

Marcel Kuntz 21/01/2013 13:48



Il s'agit donc de marie-monique ROBIN ! L'analyse d'Ariane Beldi est bienvenue, car elle est journaliste. Le dévoyement du journalisme par une démarche militante n'est donc pas une fatalité....



jmdesp 18/01/2013 16:43

Bonjour,

Je voudrais juste indiquer que Lynas pointe sur la traduction française suivante, qui est différente de celle ici sur un point non négligeable : "Il s'est avéré que c'était plus sûr et plus précis
que la sélection conventionnelle en utilisant la **mutagenèse** par exemple; la manipulation génétique ne déplace que quelques gènes, alors que la sélection classique modifie le génome entier à
tâtons."

Votre traduction ne comporte pas le terme mutagenèse, or je pense que Lynas a mal rédigé la deuxième partie de sa phrase, et que c'est bien une opposition explicitement entre les OGM et les
procédés de mutagenèse suivi d'une sélection des variétés survivantes (et non la sélection purement classique) qu'il souhaitait faire, car c'est dans ce sens que son affirmation fait le plus
sens.

Il faut dans ce contexte rappeler que les procédés de mutagenèse, que ce soit par irradiation aux rayons gamma, aux rayons X, à divers agents chimiques mutagènes, ont été utilisés depuis les années
30, et qu'on estime généralement que la grande majorité des variétés modernes cultivées comportent des gènes qui proviennent de l'une des variétés créés par ce moyen.

Yves Leclercq 16/01/2013 17:34

Je ne vous visite pas assez souvent. Très utile, la diffusion de témoignages de "repentis". Ils rassurent sur l'avenir, dans le monde. La vérité scientifique finira par s'imposer.
En France, c'est moins sûr!