Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : OGM : environnement, santé et politique
  • OGM : environnement, santé et politique
  • : Actualité et faits scientifiques sur les OGM
  • Contact

Introduction

Le propriétaire de ce site ne dit pas si les OGM c’est bien ou mal, s’il faut en manger ou pas. Il n'est payé ni par Monsanto, ni par Carrefour, ni par Greenpeace... (lire la suite).    ENGLISH VERSION uk-flag                                                    

ret-accueil-s

Rechercher

L'auteur

couvMarcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale et enseignant à l’Université Grenoble-Alpes, ses seules sources de revenus.

Dernier ouvrage grand public :

OGM, la question politique

 

 

Ouvrage précédent: Les OGM, l'environnement et la santé  

 

Ma page Facebook

Personnalisez votre blog

Aide à la création et à la personnalisation
de votre blog ou site internet :

logo_presencenumerique.gif

23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 12:48

uk-flagVersion originale en Anglais : Politics vs. Science, by Steven Novella

 

 

drapeau francaisQue se passe-t-il quand des points de vue politiques ou idéologiques sont contredits par un consensus d’avis scientifiques basés sur les preuves ?  Il apparait qu’une réaction habituelle – qui dépend de la force avec laquelle ces vues idéologiques sont ancrées -  est de rejeter la science. Non seulement les gens rejettent la science dans le cas spécifique qui les intéresse, mais en plus ils rejettent la science elle-même. Ils considèrent que si la science est en désaccord avec leur point de vue (et donc qu’ils « savent » être la vérité), alors la science doit être rejetée.


Le plus récent exemple de ce type de réaction vient de l'Union Européenne. Le rôle de "Conseiller Scientifique JunckerEuropéen en Chef", tenu par le Professeur Anne Glover, a été récemment supprimé par Jean-Claude Juncker, le nouveau Président de la Commission européenne.  Il existe des explications contradictoires quant à la raison exacte de cette suppression, mais après revue de la presse cela me semble assez clair. Ses conseils sur la science, plus particulièrement en ce qui concerne les organismes génétiquement modifiés (OGM),  étaient politiquement gênants.


Selon les discours prononcés par Glover, son poste, créé début 2012, a toujours été contesté. Elle a déclaré dans un discours prononcé en Nouvelle Zélande :
"Je dirais que la politique interne a nui à l'efficacité de mon rôle. Beaucoup de gens de la Commission ne voulait simplement pas d’un Conseiller Scientifique Européen, donc ça a été un peu difficile. J'ai eu toute l'indépendance nécessaire, mais j'ai été souvent exclue de l'information essentielle. »

 

Elle s’est aussi souvenue :
« J’arrivais à une réunion et c'était presque comme s'ils avaient oublié que je devais y participer » dit-elle, ajoutant « qu'elle n’a rencontré son patron direct – José Manuel Barroso, le Président de la Commission Européenne –  que 51 jours après mon arrivée à Bruxelles parce qu'il « avait d'autres choses à faire ».

 

De toute évidence, Glover était énergique et efficace, présentant les avis et conseils des scientifiques européens pour aider à définir la politique scientifique. Cela est la raison évidente d’avoir un Conseiller Scientifique.  De plus en plus souvent, d’importantes politiques gouvernementales dépendent de questions scientifiques. Il n'est simplement pas possible pour les politiciens de construire une politique efficace sans avoir une bonne compréhension de la science actuelle.


Mais en politique, les faits sont gênants.  Avoir un Conseiller Scientifique disant publiquement quel est le consensus actuel des avis scientifiques sur une question précise, peut compliquer la vie d’un homme politique qui veut nier la science en faveur de son idéologie.doutes serieux
C'est précisément pourquoi la communauté scientifique, notamment en Europe, est tellement consternée par cette décision. Il s'agit précisément du rôle de la science au sein d’un gouvernement. Les politiciens montrent ainsi qu'essentiellement ils se préoccupent plus de l'idéologie que des faits. Cela devrait indigner toute personne intelligente.


La décision a été vivement critiquée par le Dr Roberto Bertollini, l’Expert scientifique en chef et le représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé auprès de l'UE :
« L’idéologie et les groupes d'intérêts continuent de dominer le débat public en Europe et ailleurs, quelles que soient les tentatives de partager les conseils basés sur les connaissances et sur la science ».

 

Il est clair que la décision de limoger Glover a été motivée par la politique anti-OGM en Europe. Greenpeace et les autres organisations écolos se sont opposés à Glover et ont envoyé une lettre à Mr. Juncker affirmant:

"L'actuel Conseiller Scientifique Européen en Chef présente des opinions partiales et partisanes sur l'utilisation des organismes génétiquement modifiés en agriculture, affirmant à plusieurs reprises qu'il y aurait un consensus scientifique quant à leur sécurité. Nous espérons que vous, le futur Président de la Commission Européenne, déciderez de ne pas nommer à nouveau un Conseiller Scientifique en Chef. "
Pour être clair, Greenpeace ne veut pas que la Commission Européenne ait un Conseiller Scientifique en Chef, simplement parce qu'ils sont en total désaccord avec la science sur les biotechnologies végétales.

 

Selon une source du quotidien anglais « The Télégraph » :
"Elle est controversée en raison de ses vues sur les Biotechnologies Végétales.  Juncker n'aime pas l'idée que les cultures génétiquement modifiées soient approuvées par l'UE sur des bases scientifiques. Pire encore, elle a mécontenté les Français. »

 

Conclusion
Notre civilisation moderne est complexe et devient de plus en plus complexe chaque jour au fur et à mesure que la technologie progresse, que la population augmente, que la mondialisation s’étend, et que les effets de notre industrie pèsent plus lourdement sur l'environnement. Notre qualité de vie collective dépendra de plus en plus de notre capacité à conduire notre civilisation de façon efficace et efficiente.


aveuglementPeut-être la plus grande menace pour notre efficacité est-elle l'idéologie, qui semble être un problème majeur dans le cerveau humain. Personne n'est à l’abri de son emprise. L'idéologie est une lentille déformant la réalité, qui affecte la façon dont nous voyons toute chose ainsi que notre façon de penser rationnellement.


Notre meilleur espoir est la Science qui met potentiellement des verres correcteurs sur notre idéologie. La science est la vérification de la réalité. Je ne vois rien de plus important à l'élaboration d'une politique efficace et effective que d'aider ce processus avec les meilleures données scientifiques disponibles.


Toute personne ou organisation qui s’opposerait à la science, ou au rôle d'un conseiller scientifique - parce que cela contredit leur idéologie – représente une force régressive dans notre civilisation. Ils doivent être fermement critiqués et contredits.


De plus, s’il devait y avoir un doute que les forces anti-OGM sont essentiellement antiscientifiques, leur opposition au rôle de Conseiller Scientifique Européen en Chef en est la preuve concrète.

Partager cet article

Repost 0

commentaires