Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

  • : OGM : environnement, santé et politique
  • : Actualité et faits scientifiques sur les OGM
  • Contact

Introduction

Le propriétaire de ce site ne dit pas si les OGM c’est bien ou mal, s’il faut en manger ou pas. Il n'est payé ni par Monsanto, ni par Carrefour, ni par Greenpeace... (lire la suite).    ENGLISH VERSION uk-flag                                                    

ret-accueil-s

Rechercher

L'auteur

Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’Université Grenoble-Alpes, ses seules sources de revenus. Ses analyses n'engagent pas ses employeurs.

Dernier ouvrage:

L'affaire Séralini: l'impasse d'une science militante

Autre ouvragecouv grand public :

OGM, la question politique

 

 

Ouvrage précédent: Les OGM, l'environnement et la santé  

 

Ma page Facebook

Personnalisez votre blog

Aide à la création et à la personnalisation
de votre blog ou site internet :

logo_presencenumerique.gif

1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 11:13

Nouvelle/New Publication

The ethical concerns about transgenic crops

Agnès E. Ricroch, Michèle GUILLAUME-HOFNUNG, Marcel Kuntz

Biochemical Journal, 2018,

http://www.biochemj.org/content/475/4/803

(résumé en Français ci-dessous)

 

It is generally accepted that transgenesis can improve our knowledge of natural processes but also leads to agricultural, industrial or socio-economical changes which could affect human society at large and which may, consequently, require regulation. It is often stated that developing countries are most likely to benefit from plant biotechnology and are at the same time most likely to be affected by the deployment of such new technologies. Therefore, ethical questions related to such biotechnology probably also need to be addressed. 

 

We first illustrate how consequentialist and non-consequentialist theories of ethics can be applied to the “GMO” debate, namely consequentialism, autonomy/consent ethics (i.e. self-determination of people regarding matters that may have an effect on these people), and virtue ethics (i.e. whether an action is in adequacy with ideal traits). We show that these approaches lead to highly conflicting views.

We have then refocused on moral “imperatives”, such as freedom, justice and truth. Doing so does not resolve all conflicting views, but allows a gain in clarity in the sense that the ethical concerns are shifted from a technology (and its use) to the morality or amorality of various stakeholders of this debate.

 

Thereby, topics of interested are not only patenting and restrictions for breeders and farmers by seed companies,

but also destruction of scientific research and harassment of researchers studying GMOs,

harassment of farmers growing GMOs in some countries,

and the construction of their own parallel “science” by opponents,

as well as politically-motivated distortion of scientific facts by some governments,

not to forget thewords of mass destruction” of some media.

 

 

Les préoccupations éthiques à propos des cultures transgéniques

 

Il est généralement admis que la transgénèse peut améliorer notre connaissance des organismes vivants, mais conduit également à des changements agricoles, industriels ou socio-économiques qui pourraient affecter la société humaine dans son ensemble et qui, par conséquent, pourraient nécessiter une réglementation particulière. On dit souvent que les pays en développement sont les plus susceptibles de bénéficier de la biotechnologie végétale et qu'ils sont en même temps les plus susceptibles d'être affectés par le déploiement de ces nouvelles technologies. Par conséquent, les questions éthiques liées à cette biotechnologie doivent probablement aussi être traitées.

 

Nous illustrons d'abord comment les théories conséquentialistes et non conséquentialistes de l'éthique peuvent être appliquées au débat sur les « OGM », à savoir le conséquentialisme, l'autonomie / l'éthique du consentement (autodétermination des personnes concernant les sujets pouvant affecter ces personnes) et l’éthique de la vertu (c.-à-d. si une action est en adéquation avec des idéaux). Nous montrons que ces approches conduisent à des vues très conflictuelles.

Nous nous sommes ensuite recentrés sur des «impératifs» moraux, tels que la liberté, la justice et la vérité. Cela ne résout pas tous les points de vue contradictoires, mais permet au début de gagner en clarté, dans le sens où les préoccupations éthiques sont déplacées d'une technologie (et de son utilisation) à la moralité ou à l'amoralité de diverses parties prenantes de ce débat.

 

Ainsi, les sujets d'intérêt ne sont pas seulement les brevets et les restrictions pour les agriculteurs par les entreprises semencières,

mais aussi la destruction des travaux de la recherche scientifique et le harcèlement des chercheurs qui étudient les OGM,

le harcèlement des agriculteurs cultivant des OGM dans certains pays,

et la construction de leur propre "science" parallèle par les opposants,

ainsi que la distorsion - politiquement motivée - des faits scientifiques par certains gouvernements,

sans oublier les "mots de destruction massive" de certains médias.

Partager cet article

Repost0

commentaires