Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contact

  • : OGM : environnement, santé et politique
  • OGM : environnement, santé et politique
  • : Actualité et faits scientifiques sur les OGM
  • Contact

Introduction

Le propriétaire de ce site ne dit pas si les OGM c’est bien ou mal, s’il faut en manger ou pas. Il n'est payé ni par Monsanto, ni par Carrefour, ni par Greenpeace... (lire la suite).    ENGLISH VERSION uk-flag                                                    

ret-accueil-s

Rechercher

L'auteur

couvMarcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale et enseignant à l’Université Grenoble-Alpes, ses seules sources de revenus.

Dernier ouvrage grand public :

OGM, la question politique

 

 

Ouvrage précédent: Les OGM, l'environnement et la santé  

 

Ma page Facebook

Personnalisez votre blog

Aide à la création et à la personnalisation
de votre blog ou site internet :

logo_presencenumerique.gif

17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 14:47

The artistIl devait arriver. L’opus 2012 des publications du Criigen (Séralini et collaborateurs) "prouvant" la toxicité des OGM est donc paru ! La parution de l’étude dans un journal scientifique fut remarquablement convoyée vers les médias. Le scénario mise en scène fut digne d’un roman de série noire (étude avec nom de code, importation rocambolesque des grains, maintien du secret devant de soi-disant menaces, etc.). Les produits dérivés sont sur le marché (livres, film, DVD, etc.).

 

Faire d'un cas une généralité

 

"Les OGM sont des poisons !" a titré "le Nouvel Obs". Une remarque préliminaire sur "les" OGM : l’évaluation scientifique des risques s’effectue cas par cas. La réglementation délivre des autorisations de mise sur le marché (ou peut les retirer) pour chaque type d’OGM individuellement. Il est donc erroné de parler "des" OGM. Si un modèle automobile présente un défaut, personne n’envisage le retrait de tous les types de véhicule…

 

En l’occurrence, il s’agit d’un maïs portant un caractère de tolérance à un herbicide, très commun dans les pays utilisateurs d’OGM et exporté vers d’autres pays (hormis la France qui n’importe pratiquement pas de maïs). Il est difficile de donner un chiffre exact, mais des millions d’animaux de fermes ont ainsi consommé des maïs portant ce trait génétique depuis son autorisation (délivrée en 2000 aux Etats-Unis, puis dans 14 pays et dans l'UE). Bien sûr certains animaux sont abattus très vite, mais pas tous.

 

L’hypothèse de la toxicité de ce maïs n’est donc pas la plus crédible a priori, car il n’a été rapporté aucun problème vétérinaire nouveau depuis sa mise en culture.


Des critiques mais un résultat à prendre en compte

 

Néanmoins, les scientifiques ont le devoir d’examiner cette publication à la loupe, même si la méthode du Criigen est détestable à plus d’un titre, notamment le mélange des genres entre étude scientifique et agit-prop politique. Je ne détaillerai pas ici le contenu de cette publication (les critiques scientifiques qui affluent sont compilées ici).

 

A titre personnel, je trouve l’étude méritoire dans sa partie "résultats", car elle présente nombre de mesures et apparaît d’un bien meilleur niveau que les "études" précédentes du même groupe, qui consistaient essentiellement à recalculer les données des industriels à l’aide de méthodes Science citoyennestatistiques contestables (et sévèrement réfutées).

 

Des critiques sont avancées quant au protocole expérimental : pourquoi pas cette mesure ? Pourquoi pas plus d’animaux ? Soyons clair, aucune publication scientifique n’est 100 % exhaustive. Ma critique porte sur les conclusions : si des résultats peuvent être expliqués par diverses explications hypothétiques, il n’est pas déontologiquement acceptable de n’en présenter qu’une, alors que d’autres (qui innocentent l’OGM) sont tout autant et – peut-être plus – vraisemblables !


Une organisation politique

 

Bien évidemment, le Criigen étant une organisation de l’écologie politique, ses choix idéologiques pèsent lourdement dans ses interprétations des résultats scientifiques.

 

La question des études de nourrissage à long terme d’animaux fait partie du débat en cours. L’étude de Séralini et collaborateurs est-elle la première ? Tout dépend si l’on parle "des" OGM ou de l’OGM en question. Dans le deuxième cas de figure, l’étude récente est la première de ce type (il existe 6 études sur des durées plus classiques et une étude de la composition de ce maïs).

 

Au contraire si le débat porte sur "les" OGM en bloc, alors je me permets de citer notre propre publication scientifique récente, sur divers OGM. Elle compile 12 études de longue durée (dont deux sur deux ans) et 12 études sur plusieurs générations d'animaux (la plus longue sur dix générations successives d’animaux). Aucune n’a été financée par les industriels des biotechs, aucune ne présente des conclusions alarmistes.


Pourquoi ne pas rendre les données publiques ?

 

Venons-en aux aspects les plus condamnables des agissements du Criigen, le double discours tout d’abord. Dans une conférence de presse, il a été annoncé que l’ensemble des données des expérimentations ne seraient pas mises à disposition de l’EFSA, l’agence européenne chargée par la commission de Bruxelles d’examiner la validité de la publication. Cette attitude, qui ne peut que renforcer la suspicion, est en contradiction avec l’article 3 des statuts du Criigen qui affirme que l’organisation oeuvre pour "la levée du secret sur les […] Organismes Génétiquement Modifiés susceptibles d'avoir un impact sur l'environnement et/ou la santé", et avec l’activisme judiciaire des écologistes pour obtenir les données brutes des industriels. Provocation inutile, puisque d’une manière ou une autre les données seront rendues publiques. Ce qui nous amène à la critique suivante.

 

Les lobbies écologistes agissent invariablement, et c’est regrettable, suivant une logique de confrontation. Ainsi les scientifiques de l’EFSA (et d’autres…) sont constamment mis en cause en raison de soi-disant conflits d’intérêt. C’est devenu une obsession : tous ceux qui ne partagent pas leurs vues sont "vendus aux industriels", suivant ainsi Schopenhauer et son "ultime stratagème" (à court d’arguments, recourir aux attaques ad personam).

 

Une pensée autrefois visionnaire dans sa prise de conscience de l’impact des activités humaines sur l’environnement, et qui a su provoquer des changements d’attitude salutaires, s’est enfoncée dans l’idéologie. Contredite par les données scientifiques sur beaucoup de ses fausses alertes, celle-ci a créé sa propre science parallèle toute acquise à sa vision du monde, où l’auto-proclamation "citoyenne" remplace la déontologie.

 

MK. Tribune publiée par le Nouvel Observateur le 23-09-2012

Lire ma tribune suivante dans le NO

Partager cet article

Repost 0
Published by Marcel Kuntz - dans Editos
commenter cet article

commentaires

Ph 23/10/2012 09:29

Bonjour,

Sous un tel titre de billet, je pensais qu'on allait trouver un réquisitoire sur ce qui fait l'essentiel de la validation scientifique efficace : la qualité des évaluations d'une étude par les
pairs AVANT publication...

Car si on en est arrivé à ce point de récrimination contre la publication de Séralini & al., avec des mises en causes si évidentes, selon les agences d'expertise et d'autres scientifiques, de
sa méthodologie et de son traitement statistique, pourquoi les tout premiers "experts" mobilisés par la revue Food and Chemical Toxicology et l'éditeur ont-ils validé l'étude et autorisé sa
publication ?

Incompétence de ces premiers experts et donc incompétence de la revue à choisir de bons scientifiques pour évaluer ce qu'elle publie ?

Conflit d’intérêt quelconque de la revue qui a choisi des relecteurs dont elle savait qu’ils étaient favorables à la thèse défendue par Séralini & al. ?

Quel crédit, le citoyen non versé dans ces considérations, peut-il désormais accorder à une publication scientifique ? Car l’enjeu est là, dépassant le seul contexte de la toxicité des OGM. Quelle
visibilité l’état des connaissances à un moment donné, peut-il avoir pour le public ? Comment distinguer la donnée scientifique de l’opinion si l’évaluation par les pairs ne fonctionne pas
correctement ?

Les Académies dans leur réaction ont vaguement évoqué cette question mais y consacre moins d’intérêt qu’à tout le ramdam médiatique orchestré le 19 septembre. Si ce n’est pas un article qui fait la
connaissance scientifique, s’il faut attendre l’opinion de « la communauté » scientifique (un résultat scientifique validé doit-il être l’expression d’un vote majoritaire d’une « communauté » ?),
cet article est quand même publié avec des résultats et une méthodologie validés par quelques membres de cette « communauté » scientifiques qu’on peut supposer experts dans leur domaine. Et comment
reprocher alors aux pouvoirs publics de prendre de décisions attentistes devant cette incertitude de la « communauté » ?

J'avais imaginé, avec ce titre de billet, que le retour à la déontologie scientifique concernait le "fonctionnement de la science", la validation de résultats par la publication évaluée par les
pairs. Mais je constate, hélas, ce manque de regard réflexif des scientifiques sur leur pratique.

Ph

pascal 22/10/2012 19:21

Toute discussion ou tout argument rationnel n'a aucune utilité dans ce débat .Nous sommes en face d'idéologue ,de personnes gonflés par le dogmatisme.
Essayez de convaincre un curé ,un rabbin de l'inexistence de dieu.... c'est inutile.Le monde est divisé en 2 : les hérétiques pro-ogm et les gentils écolos.
Introduire le doute suffit !